Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

09 décembre 2010

Pourquoi le blog "Les voies de l'âme" ?

L’histoire de ce blog remonte à janvier 2005, date de son ouverture. Il s’appelait alors les Trois Mondes et était animé par Elizabeth et moi. Nous avions voulu créer un moyen de communication plus inter actif que ceux dont nous disposions au sein de l’association « Les 3 mondes ». Nous parlions de l’association et de ses activités. Nous diffusions aussi des impressions et ressentis personnels ainsi que l’enseignement de certains maîtres spirituels et les comptes rendus de conférences. Au fil du temps le blog a, bien entendu, évolué. Elizabeth animait son propre blog et n’avait plus trop de temps pour intervenir sur celui-ci. C’est donc moi qui ai repris totalement le flambeau. Le blog est alors devenu plus personnel, plus axé sur ma vie, mes expériences. Les commentaires se sont multipliés et un échange a commencé à se mettre en place entre tous les participants, entre eux et avec moi. Puis j’ai quitté l’association et il m’a fallu changer le nom du blog qui est alors devenu « Les voies de l’âme » et qui a donc été créé en mars 2010.

De janvier 2005 à décembre 2009, le blog avait été visité par 165367 personnes qui avaient consulté 425 994 pages.

communicationLa fermeture, puis l’ouverture du nouveau blog ont entraîné une chute d’audience qui remonte progressivement. Le blog est consulté actuellement, en moyenne, par 100 personnes par jour. La majorité des consultations viennent de France, mais des consultations régulières émanent des pays francophones( Canada, Belgique, Suisse), puis  des Etats-Unis, d’Afrique du Sud, de la Tunisie, du Maroc. Sans doute des français expatriés à l’étranger. J’aimerais d’ailleurs bien les connaître.

En animant le blog, je poursuis plusieurs objectifs qui se sont mis en place progressivement et qui, je m’en aperçois tous les jours, ne sont pas toujours faciles à réaliser car communiquer de cette façon demande de la prudence, de la diplomatie tout en restant authentique. Exercice de haute voltige qui concourt ainsi, chemin faisant, à travailler sur soi. J’apprends la tolérance et à ne pas être trop réactif car je ne partage pas toujours tout ce qui se dit dans les commentaires Mais heureusement vous êtes plusieurs à m’accompagner dans cette démarche et, sans vous, je n’irais pas bien loin.  

Parmi les objectifs que je me suis fixé :

- Créer, quasi quotidiennement, un espace de réflexion, un RDV, très court ou chacun vient puiser ce qu’il veut en toute liberté.

- Plutôt que d’émettre des théories, parler de nos expériences de vie, nos ressentis, nos rencontres, coups de cœur, nos émotions parce que c’est en vivant tout cela que nous apprenons, évoluons, tirons les leçons. C’est lorsque nous sommes touchés dans notre intégrité, que nous avons de grandes chances de nous transformer. On peut le regretter mais c’est ainsi….

- Diffuser un peu de théorie, bien sûr, en proposant des enseignements ou des réflexions de maître spirituels.

- Valoriser l’art à chaque fois que cela est possible. Plusieurs d’entre vous pratiquent une activité artistique que ce soit la peinture, la sculpture, la musique et la poésie. Le blog est fait pour mettre en valeur tout cela.

-Et plus ambitieux encore ! Tenter de créer une communauté d’esprit entre tous ceux qui cherchent et s’interrogent sur le sens de la vie.

Daniel

 

Posté par DANIEL GENTY à 07:09 - Informations - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Pourquoi le blog "Les voies de l'âme" ?

    "Les voies de l'âme"

    Vous savez Daniel, cette démarche que vous avez est à mon sens particulièrement difficile.
    Mais ce que je vois chaque jour c’est la rigueur quant à la quotidienneté de vos billets, le travail de mise en valeur quant à leur attrait, le recul nécessaire quant aux commentaires qui en découlent, la patience, la tolérance…

    Votre objectif, permettre à chacun d’avancer, de progresser de manière individuelle tout d’abord pour ensuite favoriser un « courant » qui puisse faire évoluer de manière positive le monde dans un sens plus général.
    C’est une tâche difficile mais oh combien honorable !

    Alors je souhaite juste vous dire « Merci » car depuis six mois en ce qui me concerne, il m’apparait être en progression en regard de mon profond désir d’évoluer.
    Remises en question, silences, besoin de communiquer, expression de soi mais aussi peines, joies, reculs, retranchements, contradictions, détachements, prises de conscience…

    Il est des moments où je vis votre blog comme un ravissement et d’autres ou c’est tout le contraire… Un remue-ménage dans ma conscience…
    Mais quel bonheur de constater qu’il est en fait la traduction de ce que chacun est au fond de lui… Enfin, il me semble... c’est en tout cas mon sentiment… Un savant mélange d’imperfections, de qualités, d’aptitudes, de lassitudes, de forces, de valeurs, d’essentiel…
    Un panachage qui fait ce que nous sommes, des êtres humains avant tout, en recherche permanente d’évolution… Pour soi et autrui… Car nos expériences, nos ressentis sont l’expression d’un regard sur soi mais aussi un présent (s’il est perçu comme tel) offert aux autres… C’est ainsi que je le perçois.

    Merci Daniel

    Posté par Hanami, 10 décembre 2010 à 08:47 | | Répondre
  • A Hanami

    Oui votre perception du blog est identique à la mienne.
    Le remue-ménage est parfois douloureux mais très bien pour ébranler ses certitudes et ses croyances.
    Le blog, c'est comme la vie qui passe. Nous tâtonnons, nous essayons d'avancer, nous prenons des claques parfois mais nous continuons d'échanger et c'est important.

    Posté par Daniel, 10 décembre 2010 à 14:16 | | Répondre
  • Le Sens de la Vie

    Je rejoins encore une fois Hanami sur ses propos. Je constate que Daniel est en harmonie.

    Plusieurs réflexions me viennent à l'esprit.

    Si l'on devait grossièrement classer en catégories les intervenants, je dirais qu'il y en a deux principales :
    ceux qui n'ont pas de certitude et qui désirent profondément évoluer et ceux qui s'expriment au travers de leur certitude.

    Les premiers sont partagés entre leurs convictions et leurs doutes, les autres axent leurs interventions sur une Foi profonde, inébranlable, et une pratique régulière propre à elle.

    C'est très intéressant.

    Ce n'est pas parce que nous sommes animés par une foi profonde que nous ne continuons pas à évoluer... bien au contraire. Ceux qui sont dans cette catégorie trouvent la joie d'être ouverts à une nouvelle brèche pour s'engouffrer, de percevoir certains obstacles et aussi de s'enrichir des doutes et des expériences des autres.
    C'est cela la capacité infinie de l'esprit à se manifester et ce sont les autres qui permettent de profiter de la souplesse de celui-ci.

    Pour ceux qui cherchent, le blog est un révélateur formidable de la prise de conscience car au milieu de nos expériences de vie, de nos ressentis et de nos émotions, il y a le chemin.
    Le chemin est individuel et pourtant il est inséparable des autres.
    Tout en étant individuel et unique, le chemin est dilué dans le Tout. Chaque être animé est indissociable du Tout, quelles que soient ses pensées, ses paroles et ses actes.

    Le blog de Daniel est enthousiasmant car il permet à tous d'entrer, de dire, d'échanger, de fustiger et de partager, au gré de l'impermanence et de la contradiction qu'elle engendre.

    Je crois que le plus important est la sincérité, au-delà de la transparence.
    La sincérité est un moteur. Elle est comme une provocation pour éveiller et réveiller. Elle suscite l'intérêt et c'est elle qui crée les brèches. Elle découvre l'authenticité.

    Cependant, les masques dévoilent aussi des messages. Ils sont un bouclier. Ils peuvent s'inscrire dans les deux catégories... sur le chemin.

    Le blog est un miroir.
    Il véhicule la transformation. Il aménage notre espace de réflexion en ouvrant notre esprit.

    Il permet de mieux appréhender le Sens de la Vie.

    Posté par Alain Thomas, 10 décembre 2010 à 20:32 | | Répondre
  • Alors là, chapeau !

    Oui chapeau Hanami !
    Vous dîtes tout haut et si bien ce que je ressens tout bas, au plus profond de moi.
    Lorsque je me suis avancé sur le web, quand j'ai découvert le principe des blogs, espèce de journaux "intimes" à la vue de tout l'univers, j'ai entrevu comme une sorte de creuset brûlant et infini. D'où l'on tire l'or fin, mais aussi les scories.
    Un endroit où l'on transcrit nos émotions, nos découvertes, nos interrogations. On y baisse notre bouclier pour s'exposer, humblement au regard de tous (d'où la réflexion sur les pseudos ...)
    D'ailleurs c'est peut-être le sens de la mise en ligne de nos portraits ? Existe-t'il un risque de la fausse photo ? Le pseudo-portrait ?
    Alors pourquoi, tout à coup plein de pudeur, j'ai une crainte irraisonnée à publier le mien ?

    Ce blog, lieu magique de partage, lieu de joies, de découvertes, de silences, de reculs, de délires, d'incompréhensions, de lassitudes, serait peut-être un lieu de construction, un lieu de prise de conscience.
    Même le jour de mon dernier soupir, je crois que je serai toujours "inachevé" ... Sans doute, soulagé de la fin de cette quête longue et épuisante.

    Posté par PLV, 11 décembre 2010 à 17:24 | | Répondre
  • Ô PLV!

    Vraiment, mon cher, vous exagérez...
    On vous attend encore...
    Je suis bien d'accord avec tout ce que dit Hanami.
    Sauf que je ne pensais pas une seconde qu'un jour j'en serai là... Clouée devant l'ordi.
    Sauf que j'écris toujours avec un doigt...
    Il faut vraiment que je me perfectionne.

    Posté par Eve Lyne, 11 décembre 2010 à 18:14 | | Répondre
  • Sacré PLV

    Parce qu'en plus, vous douteriez de la véracité des photos ?
    Non, je ne vous crois pas. Encore une fantaisie, une provocation hein ?
    Sinon, le discours est toujours aussi agréable à entendre.

    Une réflexion tout de même :
    Un homme inachevé est comme une petite maisonnette.

    Posté par Alain Thomas, 11 décembre 2010 à 18:53 | | Répondre
  • Photo

    Ah non PLV, pas de pseudo photo!! J'ai déjà du mal avec les pseudo tout court.
    Super votre texte sur le blog. Je ressens la même chose que vous. Parfois, regardant mes écrits, je me dis" Daniel, tu vas trop loin, concernant ta vie privée". Mais je continue car je pense que c'est une façon d'interpeller les autres.
    Le seul problème que j'ai eu, c'est avec un de mes fils qui a découvert sur le blog des informations que je ne lui avais jamais dit concernant les relations avec ma femme !!

    Posté par Daniel, 11 décembre 2010 à 19:02 | | Répondre
  • Ca craint Daniel...

    En effet, pas facile de se voir ainsi découvert.
    Heureusement, c'est pas moi sur la photo...

    Posté par Eve Lyne, 11 décembre 2010 à 19:15 | | Répondre
  • Menteuse

    Moi, je sais que c'est toi, vielle chouette
    Le vieux hibou

    Posté par Alain Thomas, 11 décembre 2010 à 21:30 | | Répondre
  • Grrrr....

    C'est pas une raison pour le crier sur les toits !
    Vieux hibou.
    Et puis... j'men fiche!
    Personne me connais.
    Même moi, quand j'me vois...
    J'dis: C'est qui celle-là...
    C'est pas moi !!!!

    Posté par Eve Lyne, 12 décembre 2010 à 01:13 | | Répondre
  • Eve Lyne

    Ca ne peut pas être toi puisque tu n'existes pas.

    Tiens, un jour, je me suis trouvé nez à nez avec un enfant de trois ans. Il avait les cheveux très blonds et bouclés. Il était plein de malice et d'ingénuité.
    Assis en face de moi, il me regardait et je faisais de même.
    Une sorcière passa devant nous en éclatant de rire puis elle disparut.
    J'étais un peu troublé. Je cherchai du regard autour de moi la maman et ne trouvai personne.
    L'enfant se détourna de moi et sembla d'un coup étranger.
    Je me levai de ma chaise. La sorcière réapparut et prit l'enfant dans ses bras.
    Elle se tourna vers moi :
    "Imbécile, tu ne vois donc pas que c'est toi lorsque tu avais trois ans ?"
    Puis elle disparut.

    Alors tu penses bien que sur la photo, ce n'est pas moi non plus.

    Posté par Alain Thomas, 12 décembre 2010 à 08:04 | | Répondre
  • A Plv

    Plv pourquoi une photo tronquée ?

    Les photos reflètent toujours ce que nous sommes réellement.

    Parce qu'ellles prennent un moment de nous que nous ne pouvons cachés.

    Vous avez raison les pseudos peuvent nous cacher quelques instants mais en réalité nos mots nous dévoilent comme je vous l'ai dit c'est comme les empreintes digitales nous avons toujours le même style.

    Les blogs sont sources d'informations on découvre sur nous-mêmes, sur des modes pensées que peut-être nous aurions jamais eu.

    Les évolutions de soi se font à mon avis non pas à travers un blog car c'est un lieu d'échange mais à travers de notre propre expérience, notre propre vécu.

    Bien sur nous avons tendance à nous dévoiler cela est normal ...nous baissons toujours à un moment donné la garde.

    Je pars du principe qu'il faut faire un tri de tout ce qu'on lit et se réfèrer à soi-même comme "garde fou".

    On découvre sur nous à chaque pas, à chaque difficulté notre évolution passe par là..c'est le cycle de notre propre moi qui nous fait grandir.

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 09:16 | | Répondre
  • Experience Web

    Pourquoi je suis si dubitavie.. ?

    Comme Daniel souhaite que l'on fasse part de notre expérience je vais vous raconter une expérience que j'ai vécue sur le Web !

    Bon certains pourraient douter de la véracité mais bon si on vient à douter de tout ...on ne s'en sort pas...!

    Bon alors la voici :

    Il y a quelques années je faisais partie d'un Forum qui parlait d'une série TV mais qui avait des sujets variés comme ce blog : Politique, Economique, Réflexion sur l'être etc... là aussi bcp de conflit, de rabibochage normal les caractères sont aussi présents dans la réalité comme dans le virtuel.

    Bref une personne s'est fait passé pour quelqu'un qu'elle n'était pas en faisant croire à tout le monde qu'elle avait un cancer généralisé et qu'elle allait bientôt mourir.

    Certains personnes ont eu des doutes et ont mené leur propre enquête en utilisant des données personnelles (numéro de tel, adresse, photos..etc..)

    Puis sur ce forum tout a été révélé le subterfuge, l'usurpation d'identité et les moyens utilisés.

    J'étais triste que la personne nous ai dupé mais je ne lui en voulais pas.

    J'aurais pu lui en vouloir énormément car sa maladie m'a fait penser au décès d'une personne (morte d'un cancer dans de grandes souffrances )et la souffrance que j'avais endurée pendant 5 ans.

    Mais non...peut-être parce que j'avais cette maturité de douleur qui ne peut se vivre qu'en soi et se guérir qu'avec soi.

    Qu'il faut vider son sac une bonne fois pour toute pour s'en libérer (je lui en ai voulu de sa mort et je m'en m'étais voulu de ne avoir réussi à la sauver il m'a fallu 5 ans pour l'accepter).

    Là où je n'ai pas été d'accord c'était l'utilisation de données personnelles pour mener l'enquête et j'ai été la seule à m'y opposer.


    Les lieux des échanges sont intéressants car enrichissant toutefois nous devons concerver notre libre arbitre, notre recul devant tout ce qui nous est proposé.

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 11:08 | | Répondre
  • Comment ont-ils réussi ?

    On pourrait se demander comment ils ont fait ?
    Eh bien c'est simple.

    La personne avait donné son numéro de portable à l'un des "enquêteurs", mis sur le forum une photo de la mer qu'elle voyait de sa fenêtre.

    L'un des enquêteurs travaillait chez SFR et a réussi à avoir son adresse grâce aux données SFR.

    Les autres personnes se sont déplacées en Bretagne adresse en main interrogeant le voisinage...

    Pour arriver à trouver la personne et la personne pour qui elle se faisait passer.

    La personne en question qui a eu son identité usurpée a tout réfuté (elle n'a jamais été malade, n'a jamais été sur le forum, n'a jamais été pompier volontaire etc..)

    Sur les sites d'échange, on peut tout suggéré.

    Non pas que je mets en doute les propros de chacun pour l'un d'entre vous je sais que c'est vrai.

    Pour le restant, je pars du principe que c'est vrai aucune remise en question dans les propos tenus.

    Cet exemple est là pour vous montrer la perversité parfois de certaines personnes et qu'il faut très attention.

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 12:38 | | Répondre
  • PLV

    Vous savez PLV, je crois que nous sommes tous pareils. Nous vivons pour la plupart dans cette vision de la « recherche de soi... » Alors qu’en fait nous devrions vivre tout court. Cette recherche n’est-elle pas davantage la traduction de ce que « l’on aimerait être » ? On se retrouve ainsi dans l’hypothétique avec tout ce que cela comporte de recherches et d’attentes.
    Je ne parle pas de vous en disant cela car je ne sais pas qui vous êtes.
    Par contre, à ce jour, je sais qu’il ne faut ni attendre, ni rechercher… Et nos doutes, nos travers existent pour nous recadrer, nous replacer sur ce chemin qui est le notre. Mais vous le savez déjà.
    Notre passé nous tarabuste… Il est si riche pourtant… Il n’est plus…
    Notre avenir… On ne le connait pas… Que reste t-il ? Ce que « nous sommes » tout simplement, en relation permanente avec les autres qui « sont » aussi… Avec ou sans attente, avec ou sans recherche, avec ou sans doutes…
    Nous nous complétons les uns les autres grâce à nos insuffisances et nos richesses respectives… Et nous évoluons au travers de tout cela, car en regardant l’autre, on se regarde soi, inévitablement.

    Alors oui, le principe du blog est excellent, puisqu’il nous pousse en quelque sorte à nous ouvrir différemment, en modifiant notre démarche, afin de nous rendre au plus profond… Il me semble… A l’instant précis où nous décidons de le consulter, d’intervenir, avec ce que je crois être indispensable… notre sincérité. C’est elle qui nous fait avancer, avec tout ce qu’elle implique… joies, peines, retranchements, lassitudes, contradictions, incompréhensions… Qui ne sont autres que le résultat de ce que nous créons. C’est mon sentiment.
    Dans la vie nous trouvons des vecteurs de prise de conscience partout, tous les jours. Et quand on a les yeux ouverts on les saisit au vol et on s’arrête. Il en est de même pour le blog. On s’arrête… On se pause… On s’observe les uns les autres… on se regarde, soi… Et on se voit tel que l’on est…

    Alain parle de miroir. C’est exactement cela. Le blog est un regard sur soi. Notre image s’y reflète avec tout ce qu’il y a derrière.
    Et nous sommes tous des miroirs les uns pour les autres (dans le virtuel comme dans le réel) puisque toute vie partage la même essence. C’est ce qui nous renforce, nous conforte et/ou nous affaiblit, nous déstabilise… Dès lors on se protège, on se cache… Par pudeur… ou par peur. Cette peur qui bien évidemment nous fait mal et nous freine dans nos élans. On cherche à se préserver. Ce qui en soi est naturel… Néanmoins, il m’apparait que plus on se protège et plus on a besoin de s’abriter.

    Or on ne peut s’ouvrir aux autres que si l’on s’ouvre d’abord à soi.

    On a peur d’affronter son image car on a le sentiment qu’elle ne colle pas avec ce que l’on est réellement, au fond de soi. Mais notre image n’est qu’une image. Elle est ce qu’elle est. Elle fixe un état d’être à un moment précis de notre passé, qui n’existe plus. C’était hier et aujourd’hui est différent. Ce qui compte c’est ce qu’il y a derrière, au plus profond. La sincérité, l’humanité, la sensibilité, la profondeur, la simplicité, l’authenticité… Ce qui finalement a besoin d’être véhiculé de nos jours et ce grâce à nos pensées, nos mots et nos actes.

    L’intérêt du blog consiste dès lors à transporter ce cortège de valeurs par le biais de nos qualités et de nos imperfections. Et ce sont bien ces dernières qu’il nous faut apprendre à accepter en toute humilité. Elles nous nourrissent… Et nourrissent les autres… Elles se transforment et nous transforment en un partage, une confrontation mais aussi en une perception différente de soi et du monde.
    C’est une tâche difficile car accepter demande un travail sur soi et il arrive que la prise de conscience soit douloureuse.
    Néanmoins elle est une étape nécessaire et lorsque qu’elle est franchit, il en ressort une certaine satisfaction puisqu’on avance. Ce qui nous amène plus loin encore, vers une autre étape, et ainsi de suite… Continuellement…

    Dans nos démarches, nous sommes tant obnubilés par nos défauts que nous en négligeons l’essentiel… A savoir ce que la vie nous offre de bon et de généreux… Nous en oublions nos qualités (intérieures, physiques)
    Chacun de nos travers est à même de nous grandir. Judicieusement combinés à nos qualités ils nous permettent d’affronter ce que nous n’aimons pas en nous pour ainsi « faire valoir » ce que nous sommes au plus profond, dans la sincérité du cœur, qui n’est autre que la générosité…
    Cela me fait penser à l’unité pour faire référence au post d’Isa sur la page du jour. L’Unité… Tout est possible… Et l’Unité est en chacun de nous…

    J’ai été un peu longue dans mon propos… Alors je m’efface… Je m’en vais préparer le sapin pour le Père Noël que j’attends avec impatience, non pas pour les cadeaux (car je n’en ai pas besoin) mais juste pour le plaisir de le voir !

    Beau dimanche à vous PLV

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 13:59 | | Répondre
  • A hanami

    Je vous rejoins sur l'esprit du blog le fait qu'il est un miroir.

    Toutefois là où je ne suis pas en accord avec vous c'est le fait qu'il soit une "bequille", un espace qui nous permet de nous compléter.

    C'est un échange de point de vue plus ou moins différent dans lequel nous faisons part de nos doutes, des certitudes que l'on peut avoir, de nos peurs, de notre ressenti.

    Il nous permet de nous exprimer par rapport à tel ou tel situation.

    Néanmoins, même si il y a échange les réponses aux questions que nous nous posons sont en nous.

    Comme la peur d'être nous-mêmes, est-ce lié au regard des autres ou à l'image que l'on a de soi-même ?

    Et quand bien même si vous lisez des échanges qui vous montrent que vous n'avez pas à avoir peur de vous-même, il reste toujours une part de retenue.

    Ces attitudes sont liés pour le moins à notre vécu que ce soit l'enfance, l'adolescence, la vie d'adulte qui mettent à mal la vision que nous avons de nous-mêmes ; c'est un travail difficile de reprendre confiance en soi car il faut à nouveau nous "aimer" et ce travail on peut que le faire soi-même.

    Là où le blog devient intéressant c'est lorsque l'échange permet de se repositionner non pas par du martelement "méthode couet" mais justement comme vous le dites si bien en s'ouvrant aux autres.

    En faisant fi, de la barrière que nous avons créée afin de nous protéger.

    Comme dit si bien ma soeur, il faut lâcher ses valises ou poser ses valises comme on veut !

    Cela sous-entend qu'un moment donné, il faut s'ouvrir non pas raconter sa vie mais ouvrir son âme pour la faire respirer lui permettre de prendre ce recul qu'à l'heure actuelle elle ne peut pas prendre.

    Cette ouverture sera un bienfait car l'être de part son expérience personnelle, de part son ouverture, son partage va pouvoir dépasser sa peur de lui-même, retrouver sa profondeur, sa simplicité, son humanité, son amour de l'autre et surtout son amour de soi.

    Nous sommes tous pétris de défaut, cela fait de nous des êtres à part entière ; grâce à cela nous pouvons grandir, murir et aller vers les autres car seul notre expérience permet d'ouvrir notre coeur..celui qui cache les douleurs les plus sourdes qu'elles soient, celui qui cache les amours les plus grands qu'ils soient, celui qui cache les bonheurs les plus beaux qu'ils soient, celui qui cachent nos peurs aussi effrayant soient-ils, celui qui cachent nos plus grands défauts aussi mauvais soient-ils mais tout cela assemblés donnent naissance à l'être dans toute sa beauté.

    Doué des pires choses comme des choses merveilleuses.

    Ces défauts tant décrirés, car rejetés sont nos qualités car ils sont partis intégrante de nous-mêmes.

    Nous en avons tant peur que nous cherchons à tout prix à les cacher alors qu'ils sont aussi l'être la seconde facette.

    Peu importe si ils sont mauvais, l'ouverture de l'âme fait que nous pouvons les accepter et mieux les incorporer dans notre propre être.

    Car ils font partis de nous. Les rejeter seraient en quelques sortes les renier et se renier soi-même.

    Les accepter avec nos qualités nous aide à nous aimer et ainsi à aimer plus facilement l'autre car nous savons que l'autre est failible.

    Que Superman n'existe pas ..que chacun loupe des marches et que nous-mêmes nous en loupons.

    Cela nous apprend la tolérance, la compréhension, la compassion.

    Ce blog nous permet justement de développer ces états d'être car ils nous dévoilent que nous ne sommes pas perfectibles.

    Hanami vous êtes en retard, j'ai déjà mis le sapin et la crêche ... !!!!!

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 15:48 | | Répondre
  • Sarah

    Je vous rejoins complètement... Mais je ne dis en aucun cas que le blog est une "béquille". Surtout pas.
    Nous sommes libres et indépendants dans ce que l'on pense, ce que l'on dit et ce que l'on fait. Et c'est heureux.
    Et chaque individu, en partant du principe bien sûr qu'il est en parfaite santé physique et mentale, est à même de trouver ses propres solutions parce qu'elles sont en lui. Chaque histoire est unique.
    Tout est en nous, nos clés, nos portes, nos ouvertures... Nos joies, nos peines, nos travers, nos qualités... C'est justement tout cela que l'on doit accepter parce que c'est tout cela qui constitue notre unité.
    Je dirai que le blog est un moyen comme un autre d'échanger mais il est aussi un moyen de nous remettre en cause. Car qui dit échange dit aussi réflexion. C'est tout. C'est ce questionnement qui nous amène à une éventuelle possibilité de réviser certains de nos positionnements... de mettre à plat certains de nos "traits de caractère" afin de comprendre dans une certaine mesure le pourquoi du comment de ce que l'on pense, dit ou fait. Mais en aucun cas il est une béquille ou un soutien quelconque... Chacun est à même de penser et d'agir en son âme et conscience, en toute autonomie. Ce qui à mon sens est très important, voire primordial.

    Vous n'allez pas me croire mais je n'ai toujours pas commencé à faire le sapin !!!

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 16:20 | | Répondre
  • .....

    J'oubliais
    "Nous nous complétons les uns les autres grâce à nos insuffisances et nos richesses respectives… Et nous évoluons au travers de tout cela, car en regardant l’autre, on se regarde soi, inévitablement."
    Il s'agit là de l'aspect général de la vie. Nos relations, les uns par rapport aux autres, se nourrissent de nos imperfections et de nos richesses respectives. Imperfections et richesses qui se retrouvent bien évidemment en chacun de nous.

    Bon cette fois je vais faire le sapin !!!

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 16:31 | | Répondre
  • Sarah... suite et fin...peut-être

    C'est comme les doigts de la main. Chaque doigt à sa particularité, ses défauts par rapport à un autre, son utilité... Et pourtant, ils se
    complètent et constituent la main. Laquelle main est aussi une autre partie du corps au même titre que les pieds, les jambes, la tête, etc... Chaque partie, avec ses différences et ses richesses contitue le corps dans son entier. Il en de même pour nous, les uns et les autres. Voilà pourquoi je parlais de "se compléter".
    On peut même aller plus loin... Chaque individu par rapport à l'ensemble des individus et cet ensemble par rapport à la terre et la terre par rapport au ciel, aux étoiles, à l'Univers.

    Je ne sais pas si je vais le faire aujourd'hui... Le sapin ??!!!

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 16:51 | | Répondre
  • .....

    Et l'Univers, le Tout, par rapport à Quoi ?
    Tiens ! Que peut-on dire ???
    Grande Question ???

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 16:54 | | Répondre
  • ....

    Par rapport à Qui ??

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 16:59 | | Répondre
  • Santé mentale !

    Oui hanami je vous rejoins sur votre réflexion.
    Toutefois, le travail sur soi ne peut se faire que si on s'accepte complètement.

    Sinon on ne peut faire ce travail car il y aura toujours une part manquant c'est un peu la terre sans air.

    Si nous n'avions pas d'air pour respirer nous ne pourrions pas vivre sur terre.
    Pourtant notre air est pollué mais il est salvateur.

    Or aujourd'hui, il est quasiment malsain voire inhumain de montrer notre côté sombre pourtant il fait parti de nous.

    C'est en nous regardant nous-mêmes avec notre propre caractère que nous pouvons nous remettre en cause reconnaitre nos erreurs mais se voiler la face n'a jamais rien résolu.

    Nous ne pouvons changer notre nature profonde car elle correspond à notre "moi profond" nous pouvons gommer certaines aspérités, nous pouvons améliorer certaines part de nous mais nous ne pouvons changer notre être.

    Les brisures que nous rencontrons sont le vecteur de notre caractère, de notre mode de défense tout simplement car nous avons peur de souffrir aussi "forgeons nous" notre caractère qui est notre bouclier.

    Toutes les personnes ont leur caractère et leur propre moyens, elles font parties de leur histoire.

    Les rejeter, serait rejeter notre histoire.

    Les remises en cause sont possibles mais ne peuvent changer notre mode de fonctionnement car nous avons tendance à toujours reproduire le même schéma.

    Schéma qui ne peut s'arrêter que lorsqu'on connait la source véritable ...A quelle moment est née la brisure ? Comment a-t-elle était guéri ? Quel est l'élément déclencheur du moyen de défense ? Pourquoi nous réagissons ainsi ? N'est-ce pas un rappel d'une souffrance ?

    Chaque attitude ou réaction face une situation est souvent liée à un événement passé qui fait que l'identification même lointain crée le schéma de réaction.

    Ex : une personne séquestrée ne supportera plus les portes fermées, ni les espaces confinés.
    D'instinct elle ouvrira les portes c'est plus fort qu'elle car cela fait référence à une peur.
    C'est son moyen de défense.

    Il faut parfois tenter de comprendre les actions et les réactions de chacun fasse aux situations données même si la personne se remet en cause.

    Le travail se fait dans les deux sens.

    Dans ce cas j'accepte la notion de complémentarité car elle est un accompagnement.

    La main droite ne peut pas vivre sans la main gauche...

    J'ai une de mes amies qui m'a dit un jour ..tout les matins regarde toi dans la glace..dis ce que tu vois ..si tu te plais dis le ..si tu ne te sens pas bien dis le..

    Eh bien croyez moi c'est pas facile.

    Hanami ..au travail ..on monte le sapin ...Noël c'est bientôt allez hop... !!

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 17:59 | | Répondre
  • Daniel

    C'est quoi " y y y a risu" ?!!!!!!

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 18:01 | | Répondre
  • Hanami et Sarah

    Très intéressants vos entretiens à propos du blog.
    De mon côté,il faut distinguer ce que je maîtrise( les textes que j'écris et qui sont publiés chaque jour) de ce que je ne maîtrise pas( vos commentaires). Bien sûr je peux à tout moment supprimer des commentaires puisque c'est moi qui gère le blog. Cela m'est déjà arrivé, mais pas souvent. Je souhaite que chacun puisse s'exprimer librement. Mais comme le dit Sarah, il
    y a des risques. L'exercice peut paraître
    périlleux. Mais après tout la vie est faite de risques. Dans nos propos que nous tenons, les uns et les autres,tentons de nous montrer sincères, authentiques et simples. Ce sera déjà pas mal!!
    Mais je trouve que vos propos méritent vraiment réflexion.

    Posté par Daniel, 12 décembre 2010 à 18:35 | | Répondre
  • Sarah

    Je sais Sarah... Il est des instants, des périodes de grandes souffrances. Elles sont tant douloureuses, tant éprouvantes qu'elles en marquent les esprit au point de développer des troubles du comportement... Et bien sûr il faut aider ces personnes car elles ont besoin d'une aide extérieure, d'un accompagnement psychologique, d'un soutien médical, d'un entourage empli d'amour et ce dans le seul objectif de les aider à sortir de leur souffrance.

    Ce que je veux dire, c'est que pour quelqu'un qui est en parfaite santé physique, et mentale surtout, il apparait justement plus aisé de trouver des solutions.
    Alors, oui nous avons un passé, un vécu, une éducation qui viennent nous scléroser, nous freiner, nos paralyser dans nos attitudes, nos actions, nos façons d'être. Et nous nous remettons en cause continument.
    Vous dites : "Les remises en cause sont possibles mais ne peuvent changer notre mode de fonctionnement car nous avons tendance à toujours reproduire le même schéma."
    Pourquoi nous reproduisons le même schéma ?
    Parce que tant que nous n'avons régler en profondeur tel ou tel problème, il reviendra encore et encore jusqu'à tant que nous ne l'avons pas régler... Et les mêmes erreurs, les mêmes questionnements resurgiront, tenaces et envahissants. C'est difficile certes mais c'est un travail sur soi qui demande beaucoup de patience jusqu'à ce que l'on comprenne pourquoi les mêmes schémas se reproduisent.

    Vous savez Sarah, je crois profondément qu'il faut être doux avec soi-même, avec son corps, avec son âme, son être. C'est l'attention que l'on se porte, dans la douceur, qui permet de s'accepter, de se détacher et de continuer.
    La rencontre de nos problèmes nous grandit, quelqu'ils soient. Ils se gèrent d'autant plus aisément dès lors que l'on travaille sur soi avec douceur et bienveillance. C'est ainsi à mon sens que la confiance renait de même que l'amour de soi.

    Au fait, le sapin il est monté mais il manque les boules et les petits lutins de même que les étoiles qui scintillent au gré de l'éclairage...
    Mais bon, cela ne saurait tarder...
    Chaque chose en son temps...

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 18:43 | | Répondre
  • Trouble du comportement !

    A partir de quand commence la folie et à partir de quand commence les remises en questions

    Il ne faut pas tout mélanger à mon avis.


    Le trouble du comportement nécessite un soutien psy mais une colère est-il un trouble du comportement dans c'est cas là nous avons tous besoin d'un psy !

    La peur de l'abandon est un trouble du comportement mais devons-nous systématiquement allez voir un psy !

    Le refus de communiquer est-il un trouble de comportement dans ces cas là faut-il voir un psy ...

    Le refus de s'ouvrir à toute discussion et le refus d'accepter toute contradiction est-il un trouble de comportement ..faut-il avoir un psy !

    Le fait de vouloir compenser le vide de sa vie et de s'identifier à autre chose qui nous parait meilleur est-il un trouble du comportement dans ces cas là faut-il voir un psy !

    La notion est très mince et il ne faut pas faire un amalgame ou une assimilation par rapport à ce qu'on lit.

    Comme je vous l'ai dit il faut parfois comprendre la raison de l'action et pas seulement tirer une conclusion "trouble du comportement".

    Effectivement lorsqu'on a pas identifié le mal qui crée le schéma nous recommençons toujours la même chose mais les remises en question ne sont pas suffissantes car en prendre conscience ne veut pas dire forcément que notre comportement changera.

    Nous pouvons toujours accepter telle ou telle chose avec le recul mais lorsque la situation se répète l'instinct de défense reprend.

    Tout simplement car nous n'avons pas accepter de changer ce qui est différent et aussi parce que nous nous sentons en danger.

    Pour ma part ce n'est pas la douceur qui peut changer les choses mais l'amour de soi c'est à dire "s'aimer" tant que l'on s'aime pas on ne peut pas avancer.

    Je ne parle pas de narcissisme mais je parle de la connaissance dans son entier de son passé, du passé de ses parents (qui est poids quoi qu'en dise ils nous transmettent leurs poids inconsciement), de son présent et à ce moment là notre amour fait que nous pouvons être en paix avec nous, car nous acceptons l'ensemble des paramètres.

    C'est un travail difficile car il nous oblige à être complémentement honnête avec nous-même de nous faire mal au plus profond de nous-mêmes, pour aller voir la tristesse en face et la regarder puis à ce moment là l'amour apparait car notre profondeur de coeur refait surface nous savons que nous sommes le yin et yang.

    Que nous ne sommes pas tel que les autres nous voient mais nous nous voyons tel que nous sommes vraiment.

    Cela nous donne cette force de pouvoir affronter le regard des autres et de pouvoir les aimer malgré leurs défauts et nos défauts.

    Ce travail apporte la maturité car nous nous ne mentons plus nous connaissons nos part d'ombre celle qui nous fait réagir et nous connaissons notre part d'amour.

    Ce sont les épreuves de la vie qui nous aident à nous les révéler et l'accompagnement n'est pas le guériseur ; le guériseur est l'être qui doit faire son travail seul en toute connaissance de cause.

    Nous ne pouvons pas lui dire ou suggéré telle ou telle pensée..il faut qu'il fasse le chemin lui-même en tenant compte de sa propre expérience.

    Chaque être a sa propre expérience et notre vécu ne correspond pas au vécu de l'autre aussi vouloir faire une assimilation ou faire correspondre à un vécu est une erreur en soi car elle emprissonne celui qui veut guérir.

    Notre vécu peut servir d'exemple car il a point similaire mais celui qui veut guérir doit faire son chemin seul.

    C'est malheureux mais c'est ainsi ..il doit prendre conscience personnellement en tenant compte de tous les paramètres et non pas ceux favorablle ou ceux qu'on lui montre plus favorables pour commencer le cheminement


    histoire personnelle :

    Mon grand-père est mort dans une explosion d'usine.
    Il faisait parti des survivants toutefois lors de l'appel il s'est aperçu que la marraine de mon père n'était pas présente.
    Il y est retourné ..il y est resté.

    Cette épreuve a généré chez mon père la notion de courage, de refus d'abandon mais aussi la peur de l'abandon.
    Il ne supporte pas l'hypocrisie, la manipulation, la traitrise et le manque de respect.
    Par contre, il peut traverser la France pour vous aider
    Cela n'empêche que c'est un caractériel et c'est un "pourri" lorsqu'il s'aperçoit qu'on lui a fait un "coup de crasse"... est-il pour autant "fou"...?
    Pourtant son attitude peut-il être assimilé à un trouble du comportement ?

    Cela ne l'empêche pas de se remettre en cause mais dès qu'une situation se présente son caractère refait surface...et c'est un homme protecteur, qui aime donner, qui sait se dévouer, et qui sait se sacrifier, qui donne bcp d'amour, qui est entouré de bcp d'amour.

    Pour le sapin c'est déjà bien..allez on pose les guirlande et ch'tites boules histoire d'illuminé la maison.
    Le mien scintille, il est déjà tombé car mes deux chats ont été attirés par les boules justement ... !!!

    @Daniel : Oui Daniel je pense qu'il faut être le plus honnête possible mais hélàs on a l'abri de rien.

    Comme on dit si bien "la peur n'évite pas le danger"!

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 20:10 | | Répondre
  • Sarah

    Rassurez-moi sur un point Sarah, est-ce que je vous ai blessé à un moment ou à un autre. Car si tel était le cas, ce n'était pas du tout intentionnel...

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 20:39 | | Répondre
  • hanami

    Non pas du tout .. !

    C'était juste une énumération j'ai tendance à en faire !..théorie de l'absurde .. !!!..des restes des "techniques d'expression" de l'IUT.. !.

    Notre prof nous divisait en deux groupes les "pour" et les "contres".

    Les "pour" devait trouver des arguments contre et les "contre" devait trouver des arguments pour.

    Un entrainement au futur métier d'Avocat !...que je ne suis pas !!!

    Ne vous inquiétez pas...et j'ai adoré discuter avec vous.

    Ce soir il y a un film très intéressant sur le comportement "A propos d'henry" sur Arte.

    L'histoire d'un homme qui suite à une attaque, perd la mémoire ..il réapprend tout ...tout jusqu'à lui-même ce qu'il est devenu et ce qu'il a été.
    Très beau film.

    Posté par Sarah, 12 décembre 2010 à 21:15 | | Répondre
  • Sarah

    Eh bien j'en suis ravie, j'ai eu comme un léger doute... Cela dit si cela avait été le cas... On se serait expliqué... La clarté ouvre les échanges. L'inverse est vrai aussi.
    Futur avocat, je comprends mieux votre "besoin" d'argumenter. A titre indicatif, je ne prends jamais ce que je dis comme étant "la" vérité.
    Car selon moi il n'y en a pas. Tout est une question d'interprétation car la perception est différente selon chacun et ce justement de par notre passé, notre vécu, notre cheminement, notre éducation... Tout est tellement relatif. Chaque individu a son histoire et chaque histoire est différente, unique. On ne peut faire d'aucun cas une généralité... C'est ainsi pour tout dans la vie...
    Il y a bien des points surlesquels j'ai... on va dire quelques "convictions" (notamment par rapport à ce que j'ai exprimé)mais bon cela peut faire l'objet d'une autre discussion...

    Quant à ce qu'il se passe à la TV, je ne la regarde plus maintenant tant je m'y ennuie. Comme je ne la regarde plus, eh bien je ne regarde pas plus les programmes et donc je zappe forcément les bons films (quand il y en a). Tant pis...

    Ah le sapin ! je le terminerai demain... Il clignote pour l'heure, tout simplement... C'est joli aussi...

    Bon film Sarah et bonne soirée

    Posté par Hanami, 12 décembre 2010 à 21:53 | | Répondre
  • Hanami

    Non pas "future avocat" ..j'ai fini mes études depuis belle lurette !...
    J'ai travaillé avec eux, j'ai travaillé aussi avec des huissiers.

    Mon métier, même si il est lié au droit car je travaille en collaboration avec des avocats, n'a rien à voir avec mes études !!!...

    Comme quoi on peut partir dans une direction et aller sur une autre voie ...

    Nous avons tous notre mode de pensée et nous estimons que ce que nous disons est notre propre "vérité" car elle correspond à nos convictions.

    Elle se confronte à d'autres "vérités" cela est normal nous ne disposons pas de la vérité unique.
    Ce dont j'ai horreur ...!!

    J'ai remarqué votre côté de réflexion de poser le pour et contre c'est agréable.

    Oui effectivement tout est relatif, nos réactions, nos actions, nos sensibilités sont liées à notre vécu.

    Chaque individu va réagir différemment en fonction de sa propre histoire. Elle sera donc différente par rapport à un autre individu ce qui peut créer l'incompréhension puisque notre réaction sera différente.

    L'uniformité des êtres n'existe pas ..partir sur une théorie qui dit que l'on doit se comporter de telle ou telle façon, avoir telle ou telle réaction vis à vis de telle situation, décrié, jeter l'approbe face à une action ou même un reproche parce que non conformé à la "norme établie" est une anhilation de l'être.

    C'est pourquoi les livres du "comment bien vivre tout en étant timide.." sont des livres qui donne des bases parfois uniforme sans tenir compte de la complexité de la personne qui le lit ...ce qui peut générer chez cette personne soit une forme de culpabilité soit une forme de "révolte".....alors qu'elle devrait réagir en fonction d'elle-même et non d'un dogme.

    C'est dommage car c'est un beau film qui reprend le thème de l'être et de son "évolution" en fonction d'un événement extérieur.
    Henry est un avocat hors pair qui n'hésite pas à faire des "coup bas" pour arriver à ses fins.
    Puis un jour il est victime d'une attaque à l'arme à feu.
    Il tombe dans le coma. A son réveil, il ne sait plus marcher, il ne sait plus parler, il ne sait plus qui il est.
    Il commence par l'apprentissage de la parole et de la marche.
    Il découvre qu'il est marié et qu'il a un enfant.
    Au cours de son parcours, il se découvre différemment et la personne qu'il était avant ne lui plait pas.
    C'est une prise de conscience sur ce que peut receler l'être.

    Bon aujourd'hui c'est les boules ..si je peux me permettre !!!!!....

    Posté par Sarah, 13 décembre 2010 à 09:11 | | Répondre
  • Sarah

    Oui... J'ai bien compris hier que vous n'étiez pas "futur" avocat. Je me suis mal débrouillée dans "l'installation" de mes mots (comme quoi !)

    Cela dit pour répondre à votre com. de ce matin quant à "la"/"les" vérités... En ce qui me concerne je n'en n'ai aucune, et ce même par rapport à ce que j'appelle "mes convictions". Je n'ai pas de convictions réelles Sarah, ni de vérité, ni de "pour" ou "contre".
    Je n'aime pas scinder quoi que ce soit.
    Ce que l'on exprime par nos mots, nos gestes, nos actes ne dépend que de l'état du moment et l'on ne détient rien en fait. Tout bouge tout le temps.
    Alors partant de ce principe, rien n'est jamais identique ou statique et si rien n'est jamais identique ou statique que sont "nos convictions" face à ce qui est toujours en mouvement...
    Il n'y qu'une seule en laquelle je "crois" mais là ce serait encore l'objet d'un autre débat...

    Belle journée

    Posté par Hanami, 13 décembre 2010 à 10:26 | | Répondre
  • ....

    Décidément !!! J'ai oublié "chose"
    Il n'y qu'une seule "chose" en laquelle je "crois" mais là ce serait encore l'objet d'un autre débat...

    Posté par Hanami, 13 décembre 2010 à 10:32 | | Répondre
  • Se poser

    J'ignore comment vous pouvez faire pour ne pas peser le pour et le contre.

    Pour ma part, une situation ne peut être comprise que si on prend en compte tous les paramètres et non pas qu'un seul paramètre d'où le pour et le contre.

    A ce moment nous pouvons établir notre position, notre "conviction".

    Nous avons tous plus ou moins des convictions, elle varie effectivement en fonction du temps et du moment.

    Elles sont ancrées en nous en fonction de notre vécu, de nos sentiments. Il y en a certaines qui sont tellement ancrées qu'elles ont du mal à partir même si cela doit conforter la personne dans l'erreur.

    Aussi de deux choses l'une soit c'est un refus d'admettre son erreur, soit c'est un refus de remettre en question une valeur lui correspondant.

    Aujourd'hui vous pouvez mettre votre main au feu pour telle raison et demain vous dire que non tout est toujours en évolution.

    Par contre il y a des choses (avis ou convictions) qui ne changeront jamais mais là aussi c'est un autre débat !

    Bonne journée.

    Posté par Sarah, 13 décembre 2010 à 12:04 | | Répondre
  • Entre Doutes et Certitudes

    Sarah le refus d'admettre son erreur, c'est par rapport à quoi ?
    Un certain moralisme, une éducation, le principe des lois d'une société ?
    Serait-ce par rapport à une charte que nous aurions définie avec nous-mêmes, pour éviter de tomber dans le vide ?

    Et si nous libérions tous ces préjugés, ces à priori !
    Parce que nous ne sommes rien d'autre que le mental que nous fabriquons en notre propre être... c'est tout !

    Croyez-vous que le mental des bouddhistes est le même que celui des catholiques par exemple ?

    N'y-a-t-il pas un ordre établi par défaut.
    Lorsque nous grandissons, nous sommes déjà conditionnés par le propre conditionnement de nos parents, lesquels sont conditionnés par les lois et les religions de la société dans laquelle ils vivent.

    Pourquoi certains ont-ils une foi inébranlable ?
    Ils appellent cela la Vérité. Ils ont une certitude, à ce niveau-là. Pourquoi ?

    Pourtant, ils ne peuvent pas le prouver.
    Ils ne peuvent pas prouver ce qu'est le Ciel et comment naissent les éléments et qu'est-ce que l'Univers et si il y a autre chose que l'Univers.
    Personne ne peut prouver cela.
    Sur ce plan-là, on ne peut pas avoir de certitude ou alors on entre à pieds joints dans la schizophrénie.
    Mais pour quelles raisons aurions-nous à prouver quoi que ce soit ?
    A quoi cela nous servirait-il de prouver ce qui nous dépasse ?
    C'est le comble... comme lorsque Nietzsche afirme que Dieu est mort.
    On s'en fout de tout ça.

    La foi c'est extraordinaire. C'est une telle conviction que l'on arrive presque au plus haut point du "non doute".
    On ne cherche pas de preuves, on EST et c'est universel.

    D'un seul coup, il n'y a plus personne en particulier. Il n'y a plus de mouvement, de groupement, de religion, de politique, de société, de lois proprement dites. Il n'y a plus "autres".
    Il y a une REVELATION que tout est inscrit dans un TOUT UNIFIE.
    Et que ce TOUT UNIFIE EST AMOUR.

    C'est pourquoi ceux qui n'ont pas de certitude ne doivent pas non plus entrer dans le nihilisme, en la croyance au "rien", même si rien est quelque chose.
    On peut vivre sans certitude tout en ne rejetant rien, simplement en ETANT.

    C'est toujours pareil :
    il faut surpasser l'éternalisme d'une existence absolue et le nihilisme de la non existence.

    TOUT réside en la Voie Médiane, un concept exposé comme intermédiaire entre la complaisance sensuelle et la mortification.

    Doutes et Certitudes sont alors confondues sur le chemin, en un savant mélange ou tout peut être expérimenté, sans le carcan des rémanences, habitudes et conditionnements.

    Vaste programme !
    Tu parles Charles !

    Posté par Alain Thomas, 13 décembre 2010 à 18:35 | | Répondre
  • À propos

    Je viens de relire ton" à propos", et j'y adhère tout à fait. Amitiés.

    Posté par ariaga, 15 décembre 2010 à 19:29 | | Répondre
  • A Ariaga

    Merci pour ton soutien. J'espère que tu vas mieux.

    Posté par Daniel, 16 décembre 2010 à 09:29 | | Répondre
  • Pour Alain Thomas

    Comment ne pas être bouleversée par
    votre commentaire ...Il y a bien peu de langage sur terre pour l'exprimer ...
    Relisez la lettre d'Arnaud DESJARDIN DANS LES DOCUMENTS A LA FIN DU LIVRE, il dit :

    Le 3 Juillet 1981 ( Le livre sorti à l'époque " La Croix, le Bûcher, pour rien ?")

    ... Il ne ressemble à aucun autre.. et j'ai lu tant d'ouvrages en anglais et en français, sur l'ésotérisme et la Spiritualité! Il est inhabituel d'exprimer aussi simplement , humblement même, des expériences et des Révélations aussi importantes.
    En communion avec vous,

    Arnaud,

    Merci à notre Eve Lyne, vous faites une équipe peu ordinaire ... Elle me fait penser
    à un joli poisson qui vous glisse des doigts
    dans une rivière agitée ...

    A bientôt,

    Avec toute ma tendresse

    Mamydou

    Posté par Mamydou, 26 décembre 2010 à 10:36 | | Répondre
  • Mamans au secours

    Un poème qui va combler Alain,


    A nos enfants morts par la folie des hommes !


    MAMANS !!! AU SECOURS !


    Puissance et Pouvoir de l ‘ Amour Maternel
    C’est le dernier recours face au drame Eternel,
    De Caïn meurtrier de son propre frère,
    Sans égard pour la douleur de leur Mère !!


    Dieu veuille que toutes se tiennent la main dans une ronde
    Autour de la terre, fortes d’Amour, hurlant au Monde !
    L’horreur du massacre des petits et grands enfants !
    Dans leur douleur face à l’horrible néant !


    Tous les bras tendus par dessus les continents
    Mêmes espoirs, toutes races, portés par le vent.
    Si brève est la vie pour saisir le bonheur !
    Oh ! Mamans qui faites battre de nouveaux cœurs !



    A la place de ces hommes qui déclarent la guerre,
    Si on y mettait, pour chacun, leur propre mère?
    Le Fléau d’inconscience étant de se justifier
    Par leur Dieu qui commande leurs actes meurtriers !

    Marie Jeanne EDEL


    Ecrivain, Poète

    Posté par Mamydou, 26 décembre 2010 à 11:11 | | Répondre
  • A Mamydou

    En 1977, Arnaud Desjardins invita dans le centre de la France, en Auvergne, dans les Combrailles, à Biollet, au lieudit "Le Bost", dans son petit temple, le 16ème Gyalwa Karmapa pour accomplir deux cérémonies de la "Coiffe Noire" :
    le 16ème Gyalwa Karmapa (1924-1981), précédent détenteur de la Lignée Karma Kagyu, l'une des quatre principales écoles du Bouddhisme de tradition tibétaine, dont son siège européen (Dhagpo Kagyu Ling) se situe en France, en Dordogne, dans la Vallée de la Vézère sur la commune de Saint-Léon-sur-Vézère.

    Un Maître tibétain, Lama Guendune Rinpoché (1918-Tibet, 1997-Le Bost), à la demande de son Maître le 16ème Karmapa, fit naître de terre (de la vacuité comme disait Lama Guendune), un monastère, des centres de retraite, un temple et l'aménagement intérieur d'une ancienne ferme typiquement auvergnate dite "la ferme ".
    Et tout ceci demanda du temps, du travail et pas mal de main d'oeuvre d'où le nombre de résidents-stagiaires-pratiquants.
    Auparavant, il n' y avait que le petit temple, aménagé dans la maison mère achetée à Arnaud Desjardins (1983).

    "Le Bost : toute une histoire...
    On entendait "Le Bost" ; c'était synonyme d'émerveillement, de Libération, quel que soit l'endroit où nous étions. Quelqu'un nous parlait du "Bost", et on était déjà à côté de Lama Guendune, là-bas, en Auvergne. On avait presque déjà l'éveil. Nostalgique. Sans doute. Mais comment ne pas l'être désormais que Lama Guendune n'est plus."

    Lama Guendune vivait et enseignait dans la plus grande simplicité. Son visage, aux traits marqués de la sagesse innée, rayonnait de douceur infinie.
    Lorsqu'il souriait, la gentillesse éclatait.

    Livre de Lama Guendune : "Mahamudra"
    Livre d'Arnaud Desjardins : "Pour une mort sans peur"

    Mamydou la lettre d'Arnaud Desjardins à votre intention a été relevée avec une grande attention.
    Historiquement, il est intéressant de noter qu'elle a été écrite alors qu'il était encore propriétaire du Bost.
    Ses propos sont suffisamment éloquents...



    Votre poème est criant de la Vérité qui s'impose en la Mère, Source de Sagesse par son Amour Inné.
    Puissent les hommes réaliser cela !
    Puissent toutes les mères garder en elle le premier instant, à la vue de l'enfant né !

    Avec mon profond respect, en toute humilité de la Tendresse Infinie !

    Posté par Alain Thomas, 26 décembre 2010 à 15:25 | | Répondre
  • LE FEMINISME

    PHILO





    LE FEMINISME UNE AUTRE SEGREGATION


    Avons nous perdu le pouvoir occulte et l’Essence de la féminité ?

    Les errements de la pensée contemporaine nous conduisent à d’effrayants paradoxes : les femmes rassemblées exigent la part illusoire d’un pouvoir masculin discutable; elles vont ainsi à l’encontre de leur véritable raison d’être en suscitant un nouvel antagonisme.

    La mère façonne l’homme de demain. Pour et par l’amour d’une femme, un homme peut construire un Empire.

    Mais les mouvements féminins ne sont peut-être que des moyens subconscients de justifier nos propres insuffisances.

    Il est légitime d’avoir la part qui revient à nos mérites, mais avec les hommes, au milieu des hommes.

    N’ajoutons pas une autre ségrégation au malaise de la Société. c’est d’Humanisme qu’il faut parler et non pas de Féminisme.

    La flamme qui jaillit entre un homme et une femme soucieux de leur seul bonheur, les consume et s’éteint. La cendre d’un amour égoïste a le goût amer du désespoir.

    Mais à l’époque où de scabreuses controverses déflorent les merveilleux mystères, où l’intelligence se met au service des plus vils instincts, peut-on encore parler d’amour?

    La déplorable inconséquence d’un soi-disant progrès a jugé désuet, démodé et utopique le rêve du poète: l’enfantement des oeuvres à la hauteur des Vertus complémentaires, la fusion de deux cœurs pour embraser la terre, l’Etre achevé, homme et femme, vibrant sur la résonance d’une note unique.




    Marie Jeanne E D E L
    Ecrivain Conférencière

    Posté par Mamydou, 28 décembre 2010 à 10:26 | | Répondre
  • Humanisme

    Avec les hommes, au milieu des hommes...

    Quel plus beau rôle pour la mère que de façonner l'homme de demain?!

    " Le coeur des femmes
    sera le sanctuaire de l'amour,
    de la mansuétude, du dévouement,
    de la patience, de la misèricorde,
    en un mot des reflets les plus doux
    de la divinité et des inspirations
    indestructibles de l'Evangile."

    Désolée, Mamydou...
    J'ai perdu ma source pour ce texte.

    Posté par Eve Lyne, 28 décembre 2010 à 17:45 | | Répondre
  • A Eve Lyne

    Courrez après la Source, elle est si belle !...

    Quant on tient, il faut pas lâcher !

    Des nouvelles de Frédérique ?

    Il y a beaucoup de souffrances aux Pieds de
    la Dame de Lumière, recommandées à Son Amour
    Inépuisable.

    Je suis heureuse de retrouver " Ma Douce Manuela" sur le Blog.

    Bonne nuit les petits !

    Mamydou

    Posté par Mamydou, 28 décembre 2010 à 19:01 | | Répondre
  • Philo, religion et Souffrance

    Ce texte philosophiquee sur le féminisme est remarquable d''intelligence.
    C'est merveilleux d'avoir la chance de connaître une âme aussi belle que la vôtre, de pouvoir lire vos phrases comme on boit l'eau fraîche d'une source en pleine montagne.

    Le féminisme, ue autre ségrégation.
    Aucune phrase de ce texte ne peut être soustraite de l'ensemble du discours.
    Cependant chacune d'entre elles est une Vérité à elle seule.

    "N’ajoutons pas une autre ségrégation au malaise de la Société. c’est d’Humanisme qu’il faut parler et non pas de Féminisme."
    L'Humanisme s'adresse à tous les êtres humains, sans distinction de race ou de sexe.

    Lorsque les êtres comprendront que dans la Mère Absolue, il n'y a pas de sexe tel qu'on le voit aujourd'hui :
    "La flamme qui jaillit entre un homme et une femme soucieux de leur seul bonheur, les consume et s’éteint. La cendre d’un amour égoïste a le goût amer du désespoir."


    "La déplorable inconséquence d’un soi-disant progrès a jugé désuet, démodé et utopique le rêve du poète : l’enfantement des oeuvres à la hauteur des Vertus complémentaires, la fusion de deux cœurs pour embraser la terre, l’Etre achevé, homme et femme, vibrant sur la résonance d’une note unique."
    Quelle beauté du Verbe et quelle Sagesse !

    Nous avons dénaturé la relation et voué au sexe le culte de l'onanisme à deux, occultant par là-même le caractète oblatif de l'amour de son prochain.

    Ces quelques lignes écrites plus haut résonnent comme le Chant de l'Espérance et de ce qui est Possible de réaliser en Mains Jointes, de l'Être achevé, la fusion de deux coeurs pour embraser la terre, homme et femme vibrant sur la résonnance d'une note unique.

    Que les larmes de l'Abondance coulent en Joie profonde sur les joues de la Douceur !

    L'Amour du Père Divin et de la Mère Divine se situe en chacun de nous, au plus profondément du Coeur, au plus près de notre visage, comme un enchantement de ce qui est là, dans la Prière et le Recueillement, au plus fort des pensées positives pour le bien de tous les êtres.
    Cet amour s'accompagne des Actes orientés chaque jour, à chaque instant, pour le réchauffement des coeurs.


    Au sujet des Béatitudes, Emmet Fox écrit dans son livre "Le Sermon sur la Montagne" :

    "Les Béatitudes servent de prologue au Sermon sur la Montagne. Même ceux qui n'ont parcouru qu'une demi-douzaine de chapîtres du livre saint connaissent les huit félicités dont parle l'Evangile. Malheureusement on les comprend mal ; on les considère, le plus souvent, comme des conseils visant à la perfection mais ne pouvant s'appliquer à la vie quotidienne. Cette incompréhension vient du fait qu'on ne possède pas la Clef Spirituelle.
    Les Béatitudes forment un poème en prose de huit versets, d'une admirable concision, constituant un sommaire complet de l'enseignement chrétien. C'est un synoptique spirituel plutôt que littéraire, et qui condense l'esprit plutôt que la lettre de cet enseignement. Un résumé de cette nature se rencontre dans les textes philosophiques et religieux de l'ancien Orient. Il rappelle tout naturellement les huit chemins du Bouddhisme, les dix commandements de Moïse, et d'autres faisceaux d'idées du même ordre.
    Jésus s'est attaché exclusivement à des principes généraux, étroitement liés à des états mentaux, car il savait que lorsqu'on pense juste on se conduit bien, tandis que d'un esprit faux rien de bon ne peut résulter. Contrairement à ce que firent bien souvent les plus grands éducateurs religieux, il ne nous donne pas d'instructions détaillées sur ce que nous devons faire ou ne pas faire ; il ne nous dit ni ce qu'il convient de manger et de boire, ni ce qu'il ne faut ni manger ni boire, et il ne nous recommande l'observation d'aucun rite à certaines époques ou en certaines saisons. En fait, son enseignement tout entier est anti-ritualiste, anti-formaliste. Il tolérait mal les prêtres juifs et leur théorie selon laquelle on gagnait le ciel par l'observance scrupuleuse des rites du temple.
    "Le temps est proche où vous n'adorerez votre Père ni sur cette montagne, ni même à Jérusalem... L'heure vient et elle est déjà venue où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité"."



    L'IRM d'hier a montré que les quatre tumeurs les plus grosses déjà repérées il y a moins d'un mois maintenant, avaient augmenté d'environ quatre centimètres chacune, ce qui provoque des oedèmes cérébraux entraînant des douleurs intolérables dans la tête, les yeux, la mâchoire et le nez.
    L'une d'entre elles comprime le nerf optique à tel point que rien ne peut calmer la souffrance, si ce n'est parfois lors d'injections qu'on lui prodigue à l'aide d'une petite poire toutes les vingt minutes ; nous la laissons entrer dans un monde parallèle où il n'y a que la main et la méditation pour rester en contact.
    Seulement nous ne sommes pas là la nuit et nous espérons que les infirmières et aide-soignantes passent régulièrement pour "actionner" car Frédérique ne peut plus bouger pour l'instant.
    Le médecin responsable a programmé une série de séances de radiothérapie qui se termine ce vendredi 31. La chimio ne pouvant pas être ordonnée puisqu'il n'y a plus rien à faire et que cela ajouterait de la souffrance inutile à la Souffrance, il propose de la prolonger une trentaine de jours dans des conditions qui seront plus favorables.
    Nous ne comprenons pas tout mais sans doute que pour lui, il est très important de lui offrir quelques jours de vie supplémentaires, partagés avec les gens qu'elle aime profondément et dont elle me fait grâce.
    Ses poumons sont très atteints mais elle ne se plaint pas sur ce plan.
    Ses souffrances physiques qui déforment son visage à vue d'oeil lorsqu'elles sont à leur paroxysme sont exclusivement concentrées dans la tête, près des yeux qui ne voient plus grand chose et qui semblent s'égarer l'un l'autre.
    Il est parfois des instants où sa mère voudrait que tout s'arrête lorsque impuissante, elle voit sa fille demander... sans jamais paniquer.


    Pensées fraternelles à "Douce Manuela"

    Posté par Alain Thomas, 29 décembre 2010 à 05:58 | | Répondre
  • Pardon pour les fautes

    Posté par Alain Thomas, 29 décembre 2010 à 06:00 | | Répondre
  • Prière et effacement

    Que pouvons nous faire d'autre que la prière dans ces ultimes moments. Une présence pour aider à partir avec confiance, des mots pleins de soleil...
    Pas facile dans la souffrance...

    Posté par Eve Lyne, 29 décembre 2010 à 06:41 | | Répondre
  • a Alain

    Quelle impuissance devant de telles souffrances...

    Que faire sinon de rester jusqu'au bout pour l'accompagner dans cet ultime voyage...avec des gestes et des mots plein d'amour.

    Mes pensées t'accompagnent dans ce moment difficile.

    Posté par Sarah, 29 décembre 2010 à 09:38 | | Répondre
  • Alain

    Que la lumière et l’amour inondent Frédérique…

    Je me joins à Sarah et à Eve Lyne… mes pensées t’accompagnent

    Posté par hanami, 29 décembre 2010 à 10:35 | | Répondre
  • SEL DE LA TERRE

    Pour Alain,

    .


    SEL DE LA TERRE




    Curieux de tous les mystères de
    la vie,

    Levez la tête pour saisir votre envie !

    Le devenir de la conscience d’être,

    Nourri au sel du Tout qui s’enchevêtre.

    Une pincée de sublime beauté,

    Un soupçon de parfaite charité,

    Une effluve de profonde tendresse,

    Geste secret, secours à la détresse,

    Sourire d’un bébé face au temps perdu.

    Le sel de la terre, ainsi répandu,

    S’affadit hélas d’être fort oublié

    Dans un Monde par lui même humilié !

    Nous fûmes, avant d’être sel de la terre,

    Des Étoiles la plus précieuse poussière !


    Souviens toi !

    Marie Jeanne EDEL

    Posté par Mamydou, 29 décembre 2010 à 15:22 | | Répondre
  • a alain

    comme je comprends cette impuissance Alain devant l'inévitable et c'est surtout de voir souffrir qui fait que notre coeur cri aussi de douleur. Nous voudrions aider...La seule aide est la prière Alain. Mais quelle prière? peu importe même de simples paroles venant du coeur. Ton amie s'en va vers la lumière soit en sûr.
    Ayant accompagné deux personnes dont une amie de 55ans ce que tu vis ce n'est pas facile. Courage!
    Je pense à toi et prie pour ton amie.

    Merci mamydou pour ces très beaux vers

    Posté par sylviesissi57, 29 décembre 2010 à 20:15 | | Répondre
  • Merci à Vous

    Prendre sa main, lui donner un baiser, rester à ses côtés, la regarder en méditation afin que l'amour et la lumière soient transférés.
    Être attentif, mouiller ses lèvres, donner à boire un peu, remonter ou baisser le drap selon qu'elle a froid ou chaud, actionner la pompe et sourire puis rire parfois quand un courant passe.

    Marie-Jeanne vous êtes une Grâce Divine.
    Votre poème émane du Divin, sans Doute.
    Les Larmes du Coeur coulent en abondance comme un flot d'étincelles.
    Dans ces instants-là de lecture, il n'y a plus de mots ni de sentiments.
    Il n'y a que AMOUR qui résonne comme un Résultat de toutes les Emotions émergeant au fur et à mesure puis confondues en une Saveur Unique.
    Le Résultat ou le Cri est un Eclat spontané.

    "Vous êtes le sel de la terre ; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde ; une ville située sur une montagne ne peut être cachée, et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; mais on la met sur un support et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils rendent gloire à votre Père qui est dans les cieux. (Matthieu V)



    Douces pensées à Elisabeth !

    Posté par Alain Thomas, 30 décembre 2010 à 08:14 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire