Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

22 novembre 2010

La véritable liberté

inga_nielsen

Paysage fantastique construits par Inga Nielsen

 

Chaque expérience, chaque pensée, doit mourir chaque jour, chaque minute, dès qu’elle apparaît, car c’est ainsi seulement que l’esprit n’engagera pas l’avenir. Cela est essentiel, car c’est la véritable liberté. C’est ainsi seulement que naît l’indépendance, car de la dépendance naît la douleur qui affecte l’être physique et engendre des résistances psychologiques, et,  la résistance crée des problèmes. Toute recherche volontaire implique une lutte, un effort, un désir d’entreprendre, toutes choses qui inévitablement, aboutissent à une frustration «  Je veux être quelque chose, ou devenir quelque chose », dans le seul fait de tendre vers un but où se trouve le désir d’obtenir plus.

Or ce plus n’est jamais là, si bien qu’on ne peut que se trouver floué, déçu, ce qui est douloureux. D’où un nouvel effort en vue d’un autre accomplissement, avec toujours le même et inévitable résultat. La lutte, l’effort ont de lointaines conséquences. Pourquoi,  dès lors, cherche-t-on sans cesse et sans fin ? Savez vous seulement ce que vous cherchez et pourquoi ? Si vous le saviez, vous verriez que vous cherchez toujours quelque chose. Ne comprenez vous pas que cette recherche n’est que déception et douleur ? Ne voyez vous pas que trouver une satisfaction, c’est s’arrêter quelque part, avec tout ce que cela implique de joie, de peur et de devenir ? Ne voyez vous pas qu’on peut et qu’on doit cesser de chercher, et qu’alors seulement l’esprit atteint autre chose ? Laissez votre esprit jouer avec ce que je viens de vous dire, ne le forcez pas à s’engager dans des expériences.

 

krishnamurti

Posté par DANIEL GENTY à 07:45 - Enseignement spirituel - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur La véritable liberté

  • Aujourd'hui

    Krisnamurti a le don de nous ramener à l'essentiel. "Maintenant"
    En dehors de ce maintenant rien n'existe.
    Demain n'arrivera jamais puisque c'est toujours aujourd'hui.
    Demain est le plus grand mensonge à lequel on a cru, à lequel on croit et qui nous fait perdre "aujourd'hui"
    Krisnamurti parle de la "révolution immédiate". Elle ne peut se faire qu'aujourd'hui car demain n'existe pas.

    Posté par m, 22 novembre 2010 à 19:29 | | Répondre
  • Aujourd'hui

    Non posté par m mais par Maty

    Posté par Maty, 22 novembre 2010 à 19:34 | | Répondre
  • A Maty

    c'est bien vrai. Demain n'existe pas et n'a donc aucune importance.

    Posté par Daniel, 22 novembre 2010 à 20:12 | | Répondre
  • Nous sommes des funambules

    Je pense à tous ces êtres qui errent sur leur chemin et qui n'ont pas réalisé leur vraie nature.

    Je pense à tous ces êtres qui souffrent sans connaître le sens de la souffrance.

    Je pense à tous ces enfants que leurs éducateurs mettent dans l'erreur, parents ou enseignants et à qui je pense aussi.

    Je pense à ces enfants qui ne grandiront jamais parce que la terre ne suffit pas à les nourrir.

    Je pense à eux.

    Il n'y a rien à chercher, rien à atteindre, aucun effort à fournir.

    Mais pour en arriver à cette forme de certitude, quelles sont les conditions ?
    Qui peut comprendre le sens de la vie ?

    Comment pouvons-nous l'expliquer à tous ces êtres qui n'ont pas accès à la connaissance, alors que nous-mêmes, nous ne sommes certains de rien (sauf notre FOI) ?

    La pensée émerge de nulle part et elle meurt, de toute façon. Le problème est que l'on croit que les pensées sont solides, qu'elles existent et qu'avec elles, on fabrique nos histoires, nos films, alors qu'il faudrait les laisser "être", naître et mourir, sans les saisir.

    On nous éduque pour réussir dans la vie.
    Mais qu'est-ce que signifie la réussite ?
    Si nous ne pouvons pas manger correctement et s'il n'y a personne pour nous nourrir, qu'est-ce que nous comprenons ?

    A qui s'adresse-t'on dans les conférences, dans les séminaires ou dans ces journées associatives où le champagne coule à flot ?
    Comment expliquer ce qu'est "l'être" si l'on désire à tout prix "l'avoir", parce qu'on n'a pas d'autre choix ?

    Chercher est une lutte, un effort vains.
    A qui pouvons-nous dire cela ?

    La réussite ne serait-elle pas de rassembler tous les êtres et de leur permettre d'abord de vivre en autonomie ?
    N'y-a-t'il pas là un effort à fournir, pour commencer ?

    Bien sûr, je rejoins Krishnamurti, bien sûr.
    La philosophie ne résout pas tout et la religion encore moins.

    Mais comprenez ma souffrance !
    Comprenez que la politique est une force maligne ! Parce qu'elle produit des avoirs et jamais l'être. Elle défend l'intérêt de ses avoirs, avant l'intérêt de l'être et oublie la redistribution, parce que le principe de la suprématie de la nation prédomine.
    Comment dans ce principe, pouvons-nous laisser une place à l'être ?

    L'Occident récupère les graines de sa domination insensée sur notre planète, depuis des temps épuisés.
    La terre regorge de population affamée.
    L'Occident veut conserver ses privilèges artificiels, là où il y a de plus en plus de suicides, parce que ses enfants ont appris à réussir dans l'avoir et le maintien de ces privilèges qui n'ont aucun sens.

    Pardonnez-moi !

    Je voudrais dire à tous les enfants nés des privilèges qu'is s'arrêtent, qu'ls se posent, qu'ils s'asseoient et qu'ils acceptent que nous leur demandions pardon.
    Nous avons été inconscients, face aux avoirs. Nous avons cru que ces avoirs étaient le fait de notre travail et non de notre domination sur l'autre.
    Nous avons été floués et maintenant nous sommes déçus, sans conscience.
    Nous devons accepter ce qui va suivre, ce qui arrive, parce que ce sera le résultat.

    Ce résultat va permettre à nos enfants de continuer à tanguer dans une conscience neuve, magnifique, pleine d'espoir parce qu'ils vont perdre ces privilèges insensés. Ils vont retrouver les valeurs essentielles et les partager ... non sans douleur.

    L'équilibre est comme immuable. Lorsque l'être semble tomber d'un côté du fil, il se penche de l'autre côté, parce que c'est la condition naturelle de sa survie.

    Nous sommes des funambules.

    Posté par Alain Thomas, 22 novembre 2010 à 21:27 | | Répondre
  • La réussite

    La réussite a déjà eu lieu, je suis en vie.
    Je me rends compte que je ne peux pas créer la réussite j'ai à la ressentir.

    Malheureusement, j'aurai beau faire, accomplir plein de choses dans ma vie si d'abord je ne ressens pas ma propre réussite c'est peine perdu.

    Tant de personnes ont accompli de grandes choses et pourtant elles sont malheureuses, elles souffrent, se suicide même, car elles n'ont pas
    ressenti la réussite de l'existence.

    Par magie, dès que mon existence est ma réussite tout ce que je fais, accompli est entaché de réussite. Je raffolle de cette magie, de cette réalité.

    Posté par Maty, 23 novembre 2010 à 06:13 | | Répondre
  • Eh bien! Maty...

    C'est très chouette ce que vous dites!
    Vous devriez vous joindre à nous plus souvent!

    Posté par Eve Lyne, 23 novembre 2010 à 07:03 | | Répondre
Nouveau commentaire