Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

15 novembre 2010

Billet d’humeur

Je prends beaucoup de plaisir à lire la presse et, maintenant que j’ai le temps, plus que jamais !! Voilà ce que je lis par ordre de préférence : En premier l’Equipe( journal sportif bien connu) car je m’intéresse au football, puis le Canard Enchainé( les journalistes de ce journal font un vrai travail d’investigation et ne manquent pas de courage)  le Parisien ( car c’est un quotidien très pluraliste qui aborde tous les sujets), le Point qui commence à me lasser un peu( trop répétitif et assez élitiste) , puis enfin Télérama mais uniquement pour les programmes de la télé et les spectacles car ses articles de fond m’ennuient profondément et sont un peu chiants !!Enfin je suis abonné à une revue spiritualiste « Nouvelles clé » que je conseille à tous. Pour finir j’aime bien lire des revues de santé naturelle et de jardinage( évasion garantie)

Voilà donc une certaine presse cataloguée par mes jugements de valeurs, tout ceci n’engageant que moi !!

balanceParcourant la presse, il y a quelques jours, je lis deux articles révélateurs de l’époque dans laquelle nous vivons et reflétant bien tous les travers de notre monde.
Le Point du 11 novembre : Le 26 octobre a été un jour faste pour le directeur adjoint de LVMH. Antonio Belloni a empoché une plus-value de près de 17,6 millions d’euros après avoir revendu des actions acquises grâce à ses stock- options.
Le Parisien du 9 novembre, en page 2 et 3 traite d’un sujet brulant : 1 million de jeunes sous le seuil de pauvreté en France, soit un jeune sur cinq. C’est le constat que fait le Secours catholique dans son rapport annuel.

Je cherchais depuis longtemps ce genre d’informations antinomiques et sans appel. Elles sont arrivées en deux jours. Pendant que les acteurs du capitalisme s’en mettent plein les poches (patrons et actionnaires), d’autres souffrent et ne peuvent manger à leur fin. Il est normal qu’un patron gagne plus que les autres, mais pas à ce point. Il n’est pas normal que la pauvreté s’accroisse ainsi. Nous vivons dans une société où certains manquent singulièrement de solidarité. Avidité, matérialisme à tout crin, cynisme des dirigeants. Où sont les vraies valeurs qui devraient animer le monde ? Que fait le gouvernement ? Pas grand-chose. Restent les associations caritatives et les particuliers mais ce n’est pas suffisant.

Daniel

« Les gens ne supportent pas le sentiment d’injustice. La pauvreté, le froid, même la faim sont plus supportables que l’injustice »

Millicent Fenwick

Posté par DANIEL GENTY à 07:34 - Informations - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Billet d’humeur

  • Super analyse !

    Daniel, c'est une bonne idée que d'analyser nos sources !
    De quoi nourris-je mon esprit pour mieux comprendre ce monde compliqué dans lequel j'évolue ?"
    Quels sont mes journaux, mes magazines ou mes auteurs de référence ?
    Quel est mon critère pour choisir tel ou tel titre ?
    Et enfin, est-ce que je vais oser dire à tout le monde le nom de mon magazine préféré ?
    Ma crainte d'être étiqueté va peut-être freiner mon ardeur ...

    Posté par PLV, 15 novembre 2010 à 13:36 | | Répondre
  • A PLV

    Allez, laissez vous aller PLV. Dites nous ce que vous lisez. Moi j'ai pas honte à lire le Parisien !!

    Posté par Daniel, 15 novembre 2010 à 13:49 | | Répondre
  • Votre blog

    Cher PLV, pourriez vous me redonner l'adresse de votre blog? Merci d'avance.

    Posté par Daniel, 15 novembre 2010 à 13:52 | | Répondre
  • Euh oui !

    Alors là c'est très bien vu Daniel !
    Si vous visitez mon blog, vous devinerez sans problème le genre de mes lectures ... Lol.
    J'obtempère par voie privée pour éviter la publicité abusive.

    Posté par PLV, 15 novembre 2010 à 14:13 | | Répondre
  • Le sentiment d'injustice

    J'ai longtemps cru à l'injustice.
    Aujourd'hui, j'ai le sentiment profond qu'elle n'existe pas parce que je crois en la non naissance et à la non mort.
    Je ne crois pas en Dieu, tel qu'il peut être défini dans les religions monothéistes ou autres faisant référence à des entités indépendantes et créatrices.
    Je crois en l'esprit, inexistant dans la mesure où il n'y a rien d'autre qui pourrait le faire exister par rapport à quelque chose qui soit extérieur et indépendant, et existant, dans la mesure où nous l'expérimentons, dans sa plénitude.
    Je crois en l'émanation de l'esprit sous toutes ses formes, comme un big bang.
    Je crois donc que nous sommes parties de l'esprit, dans le jeu autocréé de la vie.
    L'espèce humaine est une partie de l'autocréation, au même titre que l'univers, ses planètes, ses étoiles, le ciel, les fleurs, les animaux, les cours d'eau et la végétation, sans que cette nomenclature soit exhaustive, à l'instar d'autres galaxies où la vie serait différente, où les mondes seraient différents sur le plan relatif.

    De ce principe (concept), nous évoluons, toute vie confondue, au gré de nos actes (karma).
    Nous produisons des actes, comme des graines. A maturation, nous en récoltons les fruits.
    Notre naissance est à l'image de nos vies précédentes, quelles que soient leurs formes.
    L'esprit traverse tout. La matière est à l'image de ce que nous produisons ; la nature aussi, tant que nous avons une emprise sur elle.
    Nos vies sont un trompe l'oeil. Nous croyons en leur existence séparée, ce qui est réel sur le plan relatif, alors qu'elles sont inséparables du Tout, sur le plan absolu. C'est le trompe l'oeil.

    C'est le jeu de l'autocréation.

    Nous ne parvenons pas à comprendre que nos actes sont reliés au Tout.
    Nous agissons individuellement alors que notre production interagit.
    C'est la loi infaillible de cause à effet, interdépendante.

    Notre renaissance est donc l'effet d'une cause passée.
    Sur ce plan, il n'y a pas d'injustice.

    Cela signifie-t-il qu'il ne faille pas combattre l'injustice ?
    Si.
    Parce que ceux qui produisent des actes négatifs amenuisent l'idée d'une société équitable et de la garantie de sa survie.
    La révolution est la transformation d'une société qui agit à l'encontre d'une redistribution équitable. Il s'agit là d'une prise de conscience de la responsabilité que nous avons envers tous les êtres et particulièrement de ceux dont le karma semble refléter l'injustice de leur condition.

    Ceux qui ont agi avec malveillance dans leurs vies passées sont ceux qui se révoltent aujourd'hui contre une société de personnes qui agissent négativement, fortes des prérogatives d'une ou plusieurs vies antérieures positives, sans conscience.

    L'être vivant se satisfait rarement de sa condition.
    Il oublie l'autre, qui pourtant est inextricablement lié à lui-même. Nous sommes dans le cycle perpétuel des renaissances succesives.

    Sur le thème d'aujourd'hui, nous constatons une prolifération des avantages pécuniers et artificiels d'une partie minoritaire de la population, volontairement souhaitée par quelques familles qui dirigent notre planète, dans le but d'appauvrir la partie majoritaire de cette même population, pour la contrôler et l'asservir, parce qu'elle croit ainsi sauver l'humanité, rien que l'humanité, au détriment de l'humanité et de tout ce qui vit.

    Si John Connor existe, qu'il se manifeste, je combattrai à ses côtés.

    Posté par Alain Thomas, 15 novembre 2010 à 23:57 | | Répondre
  • Ce cher Alain

    Comment ça Alain, vous ne croyez pas en Dieu ?
    Eh bien cherchez encore, Il va bien finir par vous retrouver ...

    Posté par PLV, 16 novembre 2010 à 14:04 | | Répondre
  • Erreur si courante

    Veuillez lire : "une prolifération des avantages pécuniaires" à la place des avantages "pécuniers".

    Posté par le corrigeur, 16 novembre 2010 à 14:07 | | Répondre
  • Ce très cher PLV

    Je ne cherche plus cher PLV car l'esprit est vide et illimité. Rien ne peut se situer à l'extérieur de lui et comme il est vide, il n'y a aucune entité, si petite soit-elle qui puisse exister indépendemment.
    C'est ainsi cher PLV, vous n'y pouvez rien.
    Cela n'empêche pas le divin, ni le sacré, ni la foi, bien au contraire.
    Ni enfer qui ne soit pas créé autrement que par nous-mêmes, ni paradis qui ne soit pas créé autrement que par nous-mêmes.
    Pas de naissance ni de mort, juste un big bang pour participer au jeu de la vie, si précieux mais si piégeux.
    Mais je veux bien me prêter au jeu de Dieu et vous dire qu'il n'est qu'amour, que la souffrance n'est pas quelque chose de négatif, qu'elle est toujours une leçon pour la vie, qu'elle est noble et nourricière, qu'il n'y a pas d'élus, que tout le monde sera sauvé, même les plus grands criminels, que la mort est un passage merveilleux vers une autre vie, que la lumière est indissociable de l'être, etc... etc...
    Ah oui d'accord, toutes les morts ne sont pas des sinécures. Oui, d'accord, si vous faîtes du mal à autrui, votre karama vous rattrappera forcément, mais c'est normal non !
    Regardez ! Plantez une graine de violence. Dites-moi quel fruit vous allez récolter, hein ?
    Bon après-midi cher PLV

    Posté par Alain Thomas, 16 novembre 2010 à 16:25 | | Répondre
  • La loi est la loi

    Cher Alain,
    Je te rejoins sur ce point:
    Même les plus grands criminels...
    Ne serait-ce pas une loi de la nature?!
    Certains avocats sauvent de la perpet...
    de grands criminels en faisant référence à cette loi de la nature.
    Ces lois, on les retrouvent dans la parole du Christ...
    Leur tour viendra...
    Ce n'est pas par hasard que l'on se trouve sur le chemin d'un criminel. Il fait parti de la nature, il a sa raison d'être.

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2010 à 17:45 | | Répondre
  • A Alain

    Je te rejoins parfaitement.

    J'ignore si je vais bien réussir à restituer mais je me lance !!! (Alain tu feras le tri !!!!)

    Si j'ai bien compris tout dépend de nous, de ce que nous faisons de la matière et de la non matière qui nous aient confiés.

    A nous de savoir la façonner peut-être à notre image, peut-être à nos convictions mais elle va ressembler à ce qui se rapproche ou ce qui est nous.

    Bien sur elle se retrouvera forcément martelée car la vie est fait d'épreuve mais notre façonnage nous permet d'y résister.

    Ce que je veux dire par là, Alain, c'est nous consolidons notre propre enveloppe par les difficultés...j'avais un formateur qui faisait de la psycho qui m'a dit un jour que j'avais une très belle carapace..et je lui ai répondu "oui j'y travaille !" nous nous protégeons petit à petit ce qui en définitive nous rend plus fort car nous en avons tiré les leçons.

    Ainsi nous créons notre propre paradis, notre propre état où nous nous sentons en sécurité.

    Et rassurer de nous-même, en connaissance de nous-même nous pouvons offrir notre paradis..mais que le chemin est difficile et long car nous sommes que des pauvres humains chargé de défauts...

    Toutes les graines que nous plantons ne sont-ils justement le fruit d'un destin que nous maitrisons pas et par son dépôt et son germe nous éduquent ?

    Posté par Sarah, 16 novembre 2010 à 18:47 | | Répondre
  • Le Progrès

    Eh bien moi, les amis...
    Je n'y comprends rien! pas le temps de tout lire.
    Vous avez compris que jusqu'au printemps au moins, je suis à Nohant, à Paris...
    Enfin... Dans la commune et tout le chambardement de l'époque.
    Je n'avais pas l'âme d'une telle aventure, mais nous sommes en pleine révolution: république, les Prusses, Napoléon III...
    Tout y est comme à ce jour!
    Les mêmes détails, enfin presque...
    Que notre situation actuelle.
    Etonnant! Tout celà dans:
    Comme deux Troubadours . Claude Tricotel.
    Histoire de l'amitié FLAUBERT-SAND
    Conclusion:
    Les Français étaient déjà des veaux cent cinquante ans en arrière!!!
    Bon! moi, j'fais pas de politique.
    Daniel, çà vous dit... Une bonne tête de veaux vinaigrette, vinaigre maison bien sûr!!!!

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2010 à 18:58 | | Répondre
  • Daniel

    Oui Daniel cela ne va pas aller en s'améliorant.
    Tant j'ai l'impression que les inégalités s'accentuent de plus en plus.

    Notre gouvernement est soumis à la loi des marchés et agit en tenant compte de ses demandes sans "faire attention" à la pécarité, à la pauvreté qui s'installent de plus en plus.

    Le monde caritative va effectivement trouver sa limite et l'être même si il donne va trouver aussi sa propre limite.

    Faire une révolution ? Hmmm ou modifier le mode de régulation des marchés ? je ne sais pas si cela va changer quelque chose.

    Mais l'être humain est doué de conscience..espérons qu'il ouvrira les yeux.

    Posté par Sarah, 16 novembre 2010 à 19:20 | | Répondre
  • A Eve Lyne

    j'adore la tête de veau; d'ailleurs j'en mange demain. Mais les inégalités sociales sont plus importantes que la tête de veau. Mon ventre réclame de la tête de veau mais mon esprit souhaite de la justice. L'injustice m'insupporte beaucoup et c'est un beau sujet de mobilisation.

    Posté par Daniel, 16 novembre 2010 à 21:45 | | Répondre
  • A Sarah

    J'ai toujours espoir que ça va s'améliorer( utopiste?). Luttons tous à notre niveau et ça ira mieux( optimiste?). Ce sont les petites gouttes qui font les océans.

    Posté par Daniel, 16 novembre 2010 à 21:53 | | Répondre
  • Utopie ?!

    Daniel je crois que nous avons tous besoin d'une part d'utopie pour faire progresser les choses.

    Le rêve d'un meilleur pour la condition humaine, pour le travail, pour l'environnement...

    Sans Utopie, il n'y aurait pas eu de révolution.

    "Je conçois dans l'espèce humaine deux sortes d'inégalité : l'une que j'appelle naturelle ou physique, parce qu'elle est établie par la nature et qui consiste dans la différence des âges, de la santé, des forces du corps, et des qualités de l'Esprit, ou de l'Ame ; l'autre qu'on peut appeler inégalité morale, ou politique, parce qu'elle dépend d'une sorte de convention, et qu'elle est établie, ou du moins autorisée par le consentement des Hommes. Celle-ci consiste dans les différents privilèges, dont quelques-uns jouissent au préjudice des autres, comme d'être plus riches, plus honorés, plus puissants qu'eux ou même s'en faire obéir" - Jean Jacques Rousseau - Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes.

    Ces hommes de lumières ont fait germer l'envie du changement.


    Il appartient effectivement à chacun d'entre nous d'être des êtres lumières éclairés par la notion d'humanité, de solidarité...(je suis peut-être en définitive "optimiste" !), afin de faire progresser les choses.

    Mais j'ai bien peur que l'amertume ne s'oppose à cette volonté de changement par la douceur...bcp d'économiste craignent de grands mouvements sociaux..

    Posté par Sarah, 16 novembre 2010 à 22:08 | | Répondre
  • De jour comme de nuit

    Une chaine incessante...
    Voilà qui laisse présager un Daniel enchaîné à l'ordi.
    Quel travail!

    Posté par Eve Lyne, 17 novembre 2010 à 05:12 | | Répondre
  • Dura lex !

    "Dura lex sed lex !"
    La loi est dure, mais c'est la loi.
    La loi de la jungle !
    La règle implacable de notre capitalisme exagéré.
    Qui pousse au matérialisme et à l'individualisme.
    Les médias excitent nos jalousies.
    Nous créent des envies superflues.
    Nous entraînent vers des rêves (cauchemars ?) inutiles.
    L'homme serait alors un loup pour l'homme ...

    Vous me questionniez sur mes lectures ?
    Eh bien la plus belle, celle qui me tire toujours les larmes des yeux, c'est "Le Petit Prince" de Saint Exupéry.
    Oui, où situez-vous votre essentiel ?
    Cet essentiel qui est invisible pour les yeux.

    Ca m'énerve le citoyen qui attend tout de l'Etat.
    Le citoyen qui veut être assuré contre toutes les tuiles possibles.
    Tous les excès sont mauvais. Regardez les dictatures en tout genre !
    Excès de richesse.
    Excès de misère.
    L'injustice, le mensonge, la trahison, sont des notions qui me font mal.

    Dans ma vie, je suis toujours à la recherche du "beau" car c'est, pour moi, l'antidote de la déprime et du désespoir.
    Et ce blog est beau.
    Merci daniel.

    Posté par PLV, 18 novembre 2010 à 13:11 | | Répondre
  • La majuscule PLV, la majuscule !

    Pardon pour cette faute de frappe !
    Il faut lire : Daniel.

    Posté par PLV, 18 novembre 2010 à 13:14 | | Répondre
Nouveau commentaire