Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

28 octobre 2010

Mon âme

Le_chemin_des_Anges


A l'hiver de blancheur.
Tu donnes tes couleurs.

A mes yeux de candeur.
Tu offres ta splendeur ;

Au rythme de mon cœur
Tu mêles ta douceur.

A mon corps de pâleur
Tu donnes ta chaleur.

A mon être intérieur
La clé de mon bonheur

Marie-Christine


Posté par DANIEL GENTY à 07:16 - Bazar spirituel - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Mon âme

  • Légèreté

    Deux oiseaux sont venus me voir ce matin…
    Deux mésanges charbonnières. Un peu de jaune, un zeste de gris, la pureté du blanc et le contraste du noir… Deux amies ailées qui m’ont offert leurs « couleurs ».

    Vives, délicates et fragiles. Une rencontre comme je les aime.
    Emplie d’émotions… Et l’on aimerait dans ces moments-là que l’instant s’éternise.
    Mais cela ne peut pas. Et cela ne doit pas.

    Dans l’encadrement de ma fenêtre,
    Elles voletaient de gauche à droite… Elles partaient et revenaient,
    De leurs petites pattes, de leurs ailes légères…
    Un instant, éphémère.
    Des messagères… Merci pour votre « splendeur » !

    Heureuse…
    J’étais heureuse, de les voir, si près et tellement loin à la fois,
    De « mes yeux de candeur », de mes yeux enchantés, remplis d’amour et de joie.

    Derrière le rideau, je les contemplais…
    Quelle merveille ! La nature est si belle !
    Mon cœur en émoi… Dans son joli « rythme »… En communion totale… Un mélange de « douceur » et de « chaleur ».
    Nos êtres confondus, en l’unique, en la vie.
    Et cet instant qui souffle « A mon être intérieur, la clé de mon Bonheur ».

    Oh bonheur ! Quand tu es là !
    Te saisir et te garder, au fond de soi, pour toujours…

    Une rencontre avec l’âme, avec Tout, d’une grande pureté, d’une fraîcheur singulière à transformer le jour...

    Merci Marie-Christine.

    Posté par Hanami, 28 octobre 2010 à 13:33 | | Répondre
  • en vitesse

    Un petit passage . Je profite de l´occasion .
    Hanami, c'est magnifique . Tellement plein de délicatesse, de sensibilité et de poésie, ce que vous écrivez ! Les larmes aux yeux ...

    Posté par marie christine, 28 octobre 2010 à 23:09 | | Répondre
  • Le lien au Divin

    Ces instants magiques où nous observons avec attention tout ce que nous offre la nature, que ce soit dans la fraicheur du matin ou dans l'humidité de la nuit ; le moindre bruit dans ce silence capté par notre attention et la vue des mouvements grâcieux de ces messagers du ciel, les petits oiseaux aux couleurs harmonieuses.
    Le bonheur est si simple que lorsqu'on le touche du doigt, le temps d'un instant, il reflète notre candeur, cette pureté innoncente, cette blancheur naïve, cette féminité ingénue, symbole de la sagesse.

    L'âme inspire les Muses, les peintres, les artistes.
    Inexistante dans sa forme, impossible à identifier ou à trouver dans une quelconque partie de notre corps, elle semble pourtant "l'animer" dans le souffle de la vie, pareil au vent de la brise.
    Animatrice de nos vies, elle nous emplit de ses qualités infinies de pureté et d'amour, libératrice dans notre conscience, purificatrice dans son induction, universelle lorsqu'elle est libérée, à l'image de l'envol des mésanges, dans le clair matin d'un jour singulier.

    Le mystère de sa vérité mêlé à la foi profonde des êtres en éveil induit cette candeur qui fait plier nos genoux, les mains ouvertes, la tête inclinée, dans un instant de recueillement, en union avec le divin.

    Posté par Alain Thomas, 29 octobre 2010 à 04:43 | | Répondre
  • Présence

    C'est vous qui en êtes la source Marie-Christine... Et les mésanges...

    Posté par Hanami, 29 octobre 2010 à 20:22 | | Répondre
  • La mort dans l'âme...

    Non! pas du tout...
    Nous n'irons pas au bois...
    En guise de chausser les bottes,
    Mes bottes de sept lieux me transportent...
    Je lis.
    Je vous livre ce que je lis:

    "Je suis sûre que les morts sont bien, qu'ils se reposent peut-être avant de revivre, et que dans tous les cas, ils retombent dans le creuset pour en ressortir avec ce qu'ils ont eu de bon, et du progrès en plus"


    "Pauvre cher ami, je t'aime d'autant plus que tu t'affectes de la vie! Car tout ce dont tu te plains, c'est la vie. Elle n'a jamais été meilleure pour personne et dans aucun temps.
    On la sent plus ou moins, on la comprend plus ou moins, et plus on est en avant de l'époque où l'on vit, plus on en souffre.
    Nous passons comme des ombres sur un fond de nuage que le soleil perce à peine et rarement, et nous crions sans cesse après ce soleil...
    C'est à nous de déblayer nos nuages"

    ( correspondance: G.SAND à G. FLAUBERT )

    Posté par Eve Lyne, 30 octobre 2010 à 14:57 | | Répondre
Nouveau commentaire