Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

08 octobre 2010

Chronique d’une journée banale

Vendredi 8 octobre. C’est la Saint Pélagie. Bonne fête aux Pélagie (je doute que l’un d’entre vous s’appelle ainsi !!). Il est 8h30 du matin. Le ciel est dégagé et la température extérieure est de 17°. Une belle journée s’annonce. Je me suis levé à 7h30 et j’ai pris mon petit déjeuner : café noir bien corsé avec une tartine de confiture. Mon chat, comme d’habitude, m’a réclamé avec véhémence sa pitance. Je me suis exécuté et il est parti, avec indifférence, dans le jardin.

Aujourd’hui, j’ai décidé que ce serait une journée loisirs. J’ai déjà mis mon survêtement et, dès que je vous quitte, je vais faire un footing au tour du lac, surtout, qu’en ce moment, celui-ci prend ses couleurs d’automne. Les acacias sont jaunes or et les saules pleureurs soupirent doucement avant de se dénuder. Je cours très mal mais, après, je me sens bien, en pleine forme. Un bonne douche et hop !!

Direction, le  marché avec ma femme. J’aime beaucoup les marchés. Ce sont des endroits conviviaux où l’on peut parler, rencontrer des personnes de connaissance. Je m’arrêterais chez la crémière, Mme Bardeau. En ce moment elle a du brie comme je l’aime. Bien fait, à cœur.

 

Comme la journée va être magnifique (c’est la météo qui l’a annoncé), je passerais l’après midi dans mon jardin à tailler quelques arbustes, à couper les fleurs fanées, à contempler tout simplement les végétaux.

J’irais voir sur mon blog tous vos commentaires car je suis curieux de nature.

Puis le soir venu, nous partirons à Paris au théâtre. C’était prévu de longue date. Nous irons au théâtre Fontaine, voir « Thé à la menthe où t’es  citron », une comédie que nous avions déjà vue, il y bien une dizaine d’années. Je me souviens d’avoir ri à en pleurer mais ai oublié le contenu !!(Alzheimer sans doute).

 

Une journée à flâner….faite de petits riens…. Mais attention !! Ce n’est pas tous les jours pareil !!

 

Daniel

IMG_0288

IMG_0376

Posté par DANIEL GENTY à 08:30 - Expériences de vie - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Chronique d’une journée banale

    Pélagie, etc.

    Le prénom de Pélagie vient du mot grec pelagos qui signifie océan ou haute mer. Quant à sainte Pélagie, qui vécut à Antioche en Asie mineure, c'était une prostituée repentie...

    Tout ça pour dire que les journées ne sont jamais banales et jamais pareilles. Et que tes photos sont magnifiques avec ces belles couleurs d'automne, mélancoliques dans le sens où Victor Hugo disait que "la mélancolie, c'est le bonheur d'être triste".

    Posté par Elizabeth, 08 octobre 2010 à 09:00 | | Répondre
  • Pélagie

    Si si Daniel, j'ai une de mes collègues qui s'appelle Pélagie !

    Elle est rigolote et le midi quand elle me voit avec le casque sur les oreilles ...elle dit assez fort "Qu'est-ce que tu écoutes ?!"...rien de tel pour se faire remarquer !!!!!....

    Ou bien lorsque le vendeur de bonbons passe, elle vient me voir ..en tendant la main...L'air interrogateur je lui demande ce qu'elle veut ...elle bouge la main ...!!!... je lui donne des bonbons en lui disant "c'est fini ouiiii..j'vais l'dire au chieff..c'est du racket MADAME !!!"..puis l'ensemble du bureau passe .. tout le monde en profite (puisqu'ils savent que j'en achète essentiellement pour eux !)

    Aujourd'hui dernier jour de repos ....je profite du soleil, je vais faire aussi quelques courses histoire d'avoir quelque chose à manger, m'occuper de mes plantes, regarder mon aquarium qui fuit...bref toutes les petites choses de la vie courante !!!!

    Passez une bonne journée !

    Posté par Sarah, 08 octobre 2010 à 10:50 | | Répondre
  • savoir voir

    ces photos sont très belles avec leurs couleurs chaudes. Pourquoi être triste en automne?
    merci Daniel de nous faire partager.
    Malgrès les soucis sachons voir le rayon de soleil sur les magnifiques feuillages et tout ira mieux moralement.
    La chromothérapie conseille d'ailleurs les forêts
    pour se soigner car selon les essences d'arbres, les heures du jour, les régions, les saisons, les verts, les jaunes ...etc sont bénéfiques question bien-être.
    De quoi sortir nos crayons n'est-ce pas PLV?
    Elizabeth je vous rejoinds pour la mélancolie,
    cet état a permis d'écrire les meilleurs poêmes et de réaliser des chefs d'oeuvre en peinture.

    Posté par sylviesissi57, 08 octobre 2010 à 10:54 | | Répondre
  • La simplicité ...

    Merci Daniel de nous confier la simplicité de votre vie. Je ne sais pas pourquoi, mais moi aussi j'aime mettre par écrit mes ressentis. Comme si je voulais les fixer pour l'éternité. Ah ce vieux rêve d'écrire mes mémoires !
    Et souvent c'est à mes filles que je destine ce genre de prose.
    En effet, pour distraire leur quotidien, ou pour adoucir les kilomètres qui nous séparent, ou encore pour me donner leur affection, elles me questionnent chaque lundi matin : "Et toi, qu'as-tu fait ce WE ?"
    Il n'en fallait pas plus pour que le PLV pianote sur son clavier, tout en se relisant attentivement pour éviter les fautes.
    Pour Sylvie : comme il est loin ce temps où je sortais mes crayons ... L'effort me fait reculer ...

    Posté par PLV, 08 octobre 2010 à 12:47 | | Répondre
  • Forêts

    Pour Sylvie (pardon Daniel, on se parle par-dessus ta tête) : les forêts ne peuvent que nous faire du bien, et votre prénom vous prédispose à les aimer !

    Posté par Elizabeth, 08 octobre 2010 à 17:03 | | Répondre
  • forêt suite

    z'avez deviné elisabeth!
    j'aime les forêts mais y'en a trop lol
    un seul arbre même au milieu d'un pré me parle
    car on peut mieux l'admirer.
    Connaissant l'afrique du sud un pin parasol avec un cou de girafe qui grignote: une pure merveille!

    Daniel pardon de "blablater"
    Votre blog si sympa nous encourage n est si bien avec vous Daniel

    Posté par sylviesissi57, 08 octobre 2010 à 19:47 | | Répondre
  • La tristesse

    Elisabeth, vous ouvrez les portes d'un noble sentiment ... la tristesse.
    Parce qu'elle est en équilibre entre l'espoir et le désespoir.
    Elle est un fil si fin que la grâce s'y installe.
    Elle est une fenêtre ouverte sur la contradiction humaine.
    Au milieu des extrêmes, elle se manifeste lorsque nous sommes freinés dans l'envahissement des passions.
    Nous la ressentons particulièrement lorsque la terre est en mouvement, dans les saisons de naissance ou de vieillesse, comme maintenant.
    La tristese s'emplit des larmes du coeur.
    Le regard de l'homme triste est si profond, dans ces moments-là, qu'il inspire les artistes de l'amour, qu'ils soient poètes, peintres, dessinateurs ou compositeurs.
    Entre bonheur et souffrance, nous la trouvons, parce que même la joie semble ne pas pouvoir se substituer. Et pourtant ...
    Elle ressemble à une pluie fine d'automne, où le regard perdu est si profond qu'il a fait naître le "Pierrot", ce personnage sans race ni âge, aux vêtements enfantins et burlesques.

    J'associe la lune à la tristesse.
    Sans vie apparente, la lune nous renvoie l'image de ce que nous sommes, à la fois vides et pleins, comme un message de clarté et d'ombre, doucereux et lumineux.
    La tristese est comme un lac, dans lequel se reflète la lune, une illusion d'optique de notre conscience.

    Lorsque la tristese émerge, un sentiment de joie profonde se manifeste, dans le plus beau des voyages, celui de l'être profond.

    La tristesse et la joie se confondent.
    Il n'y a pas d'éxagération ni de saisie.
    Il y a l'être, doué des cinq sens, partagé et équilibré, tel un funambule cheminant sur son fil, au gré des larmes et des sourires, prêt à embrasser ou embraser les vicissitudes de la vie.

    Posté par Alain Thomas, 08 octobre 2010 à 22:13 | | Répondre
  • Emotion

    Votre texte Alain est tout simplement magnifique !

    Posté par Hanami, 08 octobre 2010 à 22:37 | | Répondre
  • Emotion

    Amour

    Posté par Alain Thomas, 09 octobre 2010 à 00:43 | | Répondre
  • Tristesse

    Très beau texte, Alain. Et oui, la tristesse fait partie de la joie de la même manière que la mort fait partie de la vie.

    Posté par Elizabeth, 09 octobre 2010 à 11:48 | | Répondre
  • Être

    Alain
    J'ai toujours admis que nous avions tous une "mission" à accomplir. Aujourd'hui, mon point de vue a changé et je crois davantage au fait que la seule chose que l'on ait à faire, c'est d'offrir tout son amour aux autres. Car l'offrir c'est aussi le recevoir, et c'est alors le donner encore et toujours. C'est ainsi me semble-t-il que l'on trouve l'équilibre.
    Le véritable échange se situe là, dans notre manière d'appréhender le monde et dans notre implication à donner, au travers de nos pensées et de nos actes.
    La gratitude devient dès lors ce lien qui unit la pensée à l'acte, et l'amour découle tout naturellement de cette union. C'est à travers cette union que s'exprime la vérité de l"être".

    Posté par Hanami, 09 octobre 2010 à 14:37 | | Répondre
  • Bonne Analyse

    Tout est dit hanami.

    Posté par Sarah, 09 octobre 2010 à 16:49 | | Répondre
  • Donner sans condition

    Oui Hanami, nous n'avons pas de "mission" proprement dite.
    Nous cheminons, simplement, tel le funambule sur son fil.

    Si nous compenons qu'au moment même où nous donnons sans condition, nous recevons, nous faisons un grand pas au plus profond de notre être.

    Posté par Alain Thomas, 09 octobre 2010 à 17:30 | | Répondre
  • Une journée banale

    Certes, une journée banale.
    Simple, active, rafraîchissante.
    Si tu le veux bien cher Daniel, je l'associerais à tous les êtres qui n'ont pas accès à cette sérénité bienveillante.
    Avec toute mon amitié.

    Posté par Alain Thomas, 09 octobre 2010 à 20:37 | | Répondre
Nouveau commentaire