Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

30 septembre 2010

La dualité dans la nature.

SwamiIl y a un changement continuel dans le monde extérieur. La vie et la mort se côtoient. Il y a la lumière et l'obscurité, le soleil et l'ombre, le plaisir et la douleur, la chaleur et le froid, l'amour et la haine etc... Ces opposés sont innombrables. Mais nous aimons certains et détestons les autres. Nous voulons les bons, pas les mauvais. Nous avons soif de plaisir, détestons la souffrance. 

Mais la vie se compose de toutes ces expériences: bonnes et mauvaises, difficiles et faciles, simples et complexes. Nous voulons l'agréable et pas le désagréable. Ainsi, nous appauvrissons nos vies. Vivre, c'est tout expérimenter. Nous voulons le miel et pas la piqûre de l'abeille. La mère désire un enfant, mais pas les douleurs de l'enfantement. Ceci est dû à l'ignorance. Le plaisir ne va pas sans la peine. C'est uniquement quand nous connaissons la peine que nous pouvons apprécier le plaisir. Seul l'homme qui a souffert de la chaleur du soleil peut apprécier la fraîcheur de l'ombre. 

De plus rien n'est mauvais ou bon entièrement, absolument. Il y a seulement des différences. Le venin de cobra peut être mortel, et aussi sauver des vies dans d'autres circonstances thérapeutiques. Tout est relatif, autrement dit. Le bien et le mal sont relatifs. Ce qui est bien pour l'un est mal pour l'autre. Et chaque chose est un mélange de bien et de mal. Donc acceptez la réalité comme elle s'exprime dans la dualité et adaptez-vous en conséquence.

Swami Prajnanpad

Posté par DANIEL GENTY à 08:16 - Enseignement spirituel - Commentaires [70] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur La dualité dans la nature.

    Peut-on séparer le yin et le yang ?

    Posté par Sarah, 30 septembre 2010 à 08:33 | | Répondre
  • Tout cela rejoint ce que disait Quohelet il y a bien longtemps :
    "Sur cette terre, il y a un temps pour tout : un jour je suis heureux, et un autre, je suis malheureux, etc ..."
    Si la tristesse de l'hiver n'existait pas, comment aurais-je conscience de la merveille du printemps ?

    Posté par PLV, 30 septembre 2010 à 13:00 | | Répondre
  • Encore que ...

    Encore qu'il y a tout de même de beaux hivers, n'est-ce pas ?

    Posté par PLV, 30 septembre 2010 à 13:02 | | Répondre
  • Dualité

    La véritable dualité c’est la séparation entre ce qui vit en nous et ce qui nous entoure, entre l’individu ou l’être dans son univers devrais-je dire, et son monde extérieur.
    L’homme se base sur la dualité pour ranger, ordonner, rassembler et se définir dans le seul but de se tranquilliser. Il l’a inscrite dans nos consciences afin de séparer ce qui est « bien » de ce qui est « mal ». Et de cette dualité, ces séparations, ces différences naissent le désordre, le malheur, la désunion, l’incompréhension. Voilà la cause de nos souffrances, ou plutôt l’interprétation que nous en avons.
    L’homme cherche souvent à l’extérieur, dans sa réalité, ce qui peut le rassurer, le raisonner, l’encenser, le sauvegarder. Il dresse face à lui des repères pensant qu’ils lui permettront de cheminer paisiblement tout au long de sa vie.
    Néanmoins, tout est en lui et nul besoin d’aller voir dehors puisque toutes les réponses sont à l’intérieur de chacun.
    L’unité se trouve en nous, cette unité tant recherchée depuis que le monde est monde.
    Nous aimons nous compliquer la tâche et l’importance que nous accordons à ces dualités renforcent la complexité de la vie au lieu de la simplifier. Cependant elles existent et nous ne pouvons faire sans. Nous tranchons, exigeons, nous déplorons, et le jeu de l’égo bien sûr interfère afin de prouver aux autres que ce que nous faisons est « bien ». Encore une dualité « être » et « faire » ou « être » et « avoir ».
    Chaque individu a son mode de fonctionnement certes, son positionnement et ses valeurs. Mais la subjectivité, la relativité est partout.
    Ce qui est évident pour l’un ne l’est pas forcément pour d’autres. C’est le monde de chacun et sa réalité propre qui génèrent des situations, des opinions, des attitudes tranchées ou contraires.
    Pour ne citer que l’exemple de l’enfantement, il est dit dans le texte de Swami Prajnanpad qu’une femme désire un enfant mais refuse la douleur. On peut le concevoir en fonction de l’éducation, du vécu, du mode de fonctionnement. Mais il y a quelque chose de plus grand que la douleur lorsqu’une femme enfante, c’est la naissance. La vie. C’est un évènement tellement extraordinaire que la douleur n’existe plus. La vie l’a supplantée. Tout dépend donc de l’importance que l’on accorde à la douleur. Toutes les femmes comprennent cela, y compris je suppose, celles qui n’ont pas ou n’ont pas eu d’enfant. Une femme, par définition, engendre la vie. Une femme c’est la vie et non la mort. Une femme c’est l’unité.
    Désolée Messieurs, l’«unité » est féminine. Ce qui ne vous enlève en rien vos qualités (et vos défauts !). L’homme et la femme se complètent et peuvent ainsi s’exprimer librement. La dualité marquera la différence lorsqu’elle sera trop prononcée.
    D’un point de vue global nous devrions parler de complémentarité et non de dualité. Il en est de même pour le bien et le mal, le haut et le bas, le chaud et le froid, l’amour et la haine. Ils n’existent pas l’un sans l’autre. Il suffit peut-être de trouver le juste milieu, celui qui permet de trouver l’équilibre même s’il est fragile. Ce juste milieu qui nous ramène au centre (pour faire référence au très joli texte d’Elisabeth cité hier). Tout est relatif.
    La dualité réside dans nos têtes. Le cœur le sait. Il est l’unité.
    La dualité adore la complexité, l’unité se vérifie dans la simplicité.
    Revenons au centre. Au milieu. L’unité est au centre et plus ce centre grandit, plus il s’étend, plus il amplifie sa portée (tels les ronds à la surface de l’eau dans laquelle on aurait jeté un caillou). Il gagne de l’espace, il s’accroit de manière exponentielle sans jamais mourir. Il y a inscrit son empreinte en atténuant les heurts, les obstacles, les séparations.
    Lorsque l’on est dans l’unité, et que l’on accepte les dualités, les différences, la vie tourne « rond », en et autour de son centre (à l’image des mandalas). La vie devient simple. Elle est délivrée de ses chaînes qui font place à davantage de cohérence et de cohésion entre les êtres.
    Accepter la dualité, les différences c’est être dans l’unité. C’est lâcher prise. C’est accueillir.
    Quelqu’un a dit «Ce qui résiste persiste. Regarder, c’est laisser passer».
    Si la dualité est la séparation, l’unité est la reconnaissance du lien qui existe dans toute dualité. Ce lien c’est le centre. C’est le soi. L’acceptation.

    Posté par Hanami, 01 octobre 2010 à 08:58 | | Répondre
  • Unité

    Unité, dualité, juste milieu, équilibre.....Le sentiment d'unité, est pour moi, une impression rare. Cela m'arrive de temps en temps. Et vous Hanami?
    Cela se manifeste alors par un grand calme qui envahit mon corps et mon esprit. J'ai l'impression que tout s'arrête et que mon être est en harmonie avec l'univers. Instant rare, hélas, parce que le reste du temps je suis dans la dualité. Problème d'égo qui m'amène au jugement"J'aime, j'aime pas" et qui m'incline à juger toute situation par rapport à mon système de valeurs.
    Mais je travaille beaucoup sur ce point. C'est long et difficile mais la vie se charge parfois de me faire avancer plus vite en me donnant de sacrées claques!!

    Posté par Daniel, 01 octobre 2010 à 16:01 | | Répondre
  • des sacrées claques?!

    oui daniel parfois nous sommes remis à notre place par qui? par quoi? par le divin biensûr...
    Cela m'arrive de nombreuses fois car étant d'un naturel dominateur (une lionne!) il faut que je surveille de très près mes réactions car parfois étant trop vive je sais être blessante.
    Ayant expérimenté l'ampathie et l'écoute passive dans mon cercle de vie, une harmonie se crée toute seule alors que de vouloir à tout prix instaurer la paix, les réactions négatives ne tardent pas a arriver.
    Chacun son caractère, chacun ses réactions au quotidien. Nous ne sommes pas parfaits, sinon que ferions nous sur terre dites-moi?
    @ PLV et Sarah et vous mes amis, il y a des jours blancs et des jours noirs peut être pour pouvoir apprécier...
    Beaucoup de dépressions en automne mais tout est une question de point de vue: les feuilles aux couleurs rouge, jaunes, les sous-bois magnifiques, se serrer à la maison autour du feu , des amis des chataignes...
    C'est à nous de créer des ambiances chaleureuses, des parties de cartes, tous ensembles ou a un point de rencontre.
    Si bien, que même la toussaint chez nous n'est pas triste car nous nous rassemblions après les passages au cimetière chez une tante et tous nous papotions devant les cafés et chocolats fumants
    Les morts rapprochent les vivants...N'oublions pas de préciser que les tartes au sucre et tartes au fromage nous attendaient aussi!!!!!!
    Impossible à l'heure actuelle, les enfants sont loin? les parents? allons un petit effort, c'est à nous de faire maintenant, regardons autour de nous! un petit cercle sympa peut se faire!
    Les hivers en Lorraine sont rudes, mais quelle beauté cette neige, pourtant il fallait aller au travail...
    Bon week end à tous!

    Posté par sylviesissi57, 01 octobre 2010 à 18:19 | | Répondre
  • A Daniel

    Je ne sais comment interpréter votre réponse. J’y perçois un peu d’ironie. Dites-moi si je suis dans l’erreur… C’est très difficile de discuter sur un blog car on s’aperçoit que les mots sont quelquefois détournés de leur signification première. Alors ôtez-moi ce doute et je m’expliquerai un peu mieux.

    Je ne veux en aucun cas heurter quiconque et mon intervention n’est que le reflet de ce que je pense, sans intention particulière d’imposer quoique ce soit.
    Encore une fois tout est relatif.
    On prend tous des claques peut-être parce qu’on en a besoin et chacun fait ses expériences. Elles sont ce qu’elles sont. C’est ensuite l’individu et le rapport qu’il entretient avec le monde qui font le reste. La rareté et la fréquence à mon sens ne sont que des repères dans le temps. Seule l’intensité compte de même que la volonté de cultiver ce que l’on pense être bon pour soi.

    Posté par Hanami, 01 octobre 2010 à 19:15 | | Répondre
  • A Hanami

    Aucune ironie de ma part. Je voulais simplement apporter mon vécu de la dualité par rapport à vos propos que je partage. Je souhaitais aussi savoir comment vous, vous vivez cet état de fait car, du moins pour moi, ce qui me paraît important, ce sont nos différents vécus.
    Je reconnais néanmoins qu'il est difficile de parler de soi.

    Posté par Daniel, 01 octobre 2010 à 19:56 | | Répondre
  • L'intruse ( sourire)

    Comment parler de soi en faisant semblant de ne pas en parler?

    "J'ai toujours trouvé qu'il était de fort mauvais goût non seulement de parler de soi, mais encore de s'en entretenir longtemps avec soi-même"
    G.Sand.

    Bonne soirée à tous.

    Posté par Eve Lyne, 01 octobre 2010 à 20:44 | | Répondre
  • ooooh evelyne!!

    c'est bien dit ça madame!(sourire aussi)
    bonne soirée
    Sacré georges hi!hi!

    Posté par sylviesissi57, 01 octobre 2010 à 22:33 | | Répondre
  • Harassant!

    Petite pensée pour toi, Sylvie ...
    Ce matin, j'étudie studieusement le pélerinage que je m'apprète à réaliser afin qu'il soit le moins harassant possible.
    Marcher sur les pas de George, peut-être au détour d'un chemin y surprendrais-je quelques bribes de conversations... Entre musiciens, peintres, poètes, philosophes et politiciens.
    A moins que George, elle-même,ne m'adresse quelques reflexions, ses préoccupations... Qui sait?!
    Nous passons comme des ombres sur un fond de nuages...
    C'est à nous de déblayer nos nuages!
    Peut-être entendrais-je:
    "Ce n'est qu'en s'isolant un peu qu'on retrouve son être normal"

    Comme tu as raison Sylvie, que ferions-nous sur terre, si nous étions parfait?

    Avancer plus vite Daniel...
    Peut-être pas!
    Mais dans le bon sens, qui sait?!

    Hanami: Le juste milieu...
    Quelle alchimie!

    Posté par Eve Lyne, 02 octobre 2010 à 06:44 | | Répondre
  • A Daniel et A Eve Lyne

    Merci Daniel de m’avoir répondu. Je m’aperçois finalement qu’il est difficile de s’exprimer sur un blog. L’«installation » des mots et de leurs sens surtout peut prêter quelquefois à confusion. Chaque élément a sa place dans l’esprit de celui qui les écrit, et d’une personne à l’autre cela peut changer et prendre un sens complètement différent. Dualité et expériences s’entremêlent.
    Le détachement est peu évident. Mais il n’en reste pas moins difficile de parler de soi. Vous avez raison.

    A Eve Lyne l’intruse (au sourire mutin)!
    Chaque individu parle de lui, quand bien même pour certains cela reste difficile (je l'ai précisé trois lignes au-dessus). Mais au fond c’est heureux, car c’est là un des principes de la communication. En revanche qui fait semblant ? Voilà une autre histoire et un « art » bien difficile. Une affaire de conscience.
    Pour « l’alchimie du juste milieu », je vais faire simple (et court !) sur les conseils d’un ami :
    Soyons un peu basique me dit-il. Prenez une balance à plateau et posez-là devant vous.
    Mettez sur chaque plateau exactement le même poids.
    Votre balance se retrouve alors en équilibre.
    C’est ça le juste milieu !

    Posté par Hanami, 02 octobre 2010 à 10:06 | | Répondre
  • rajout

    Oubli du "x" sur "plateau" (Lol)

    Posté par Hanami, 02 octobre 2010 à 10:49 | | Répondre
  • A Hanami

    Oui, c'est pas évident de communiquer. Il y a ce que l'on dit ou écrit et ce que l'autre perçoit. L'écart peut d'ailleurs être important d'où les phénomènes d'incompréhension. L'exercice est encore plus difficile sur un blog. Qui est de l'autre côté? Comment va-t-il réagir?
    C'est, en fait, très intéressant et très complexe. On écrit, on se lance sans filet et de l'autre côté on réagit( ou pas d'ailleurs): agressivité, tolérance, compréhension, remise en cause....Il faut à la fois s'engager et parler vrai( sinon à mon sens ce n'est pas intéressant) mais avoir aussi suffisamment de recul. Le juste milieu en quelque sorte.
    En tout cas, pour moi, communiquer est essentiel. Mais vous avez su , très bien, exprimer cela. Et si en plus on ne se prend pas au sérieux, ce sera presque parfait.

    Posté par Daniel, 02 octobre 2010 à 11:19 | | Répondre
  • les mots

    justement mes amis hier soir (peut-être est-ce à cause de la soupe aux orties hein evelyne)pas sommeilet une envie de relire sur les 3 mondes certains commentaires...
    Etonnement: c'est moi qui a dit ceci ou cela?

    instructif! car certains sujets pas faciles on fait réagir vivement et même brusquement !
    Les mots parfois mal compris.
    C'est cela la spontanéité, ne pas se cacher et parler vrai.
    Les plus sincères auront toujours une raisonnance en nous. Oser être soit même...
    Un exemple:
    Etant bricoleuse dans mes loisirs je suis sur un forum depuis 2006. Les dialogues sont sympas et sans tris d' âge ni de sexe. Nous avons eu la chance de nous rencontrer l'an passé à 10.
    Nous nous sommes tous reconnus et immédiatement le courant à passé! c'était comme si l'on se connaissait depuis toujours. Peut-être le fait d'avoir des passions commune (art, animaux, déco). Les plus septiques n'en revenaient pas...
    Des belles amitiés sur la toile!
    Les calmes, les nerveux ,les râleurs on avait cerné les personnes.

    Bref, la relecture de nombreuses archives m'a passionnée et surtout fait coucher ...à 3heures du matin oups!

    Hanami ne jamais rien prendre au premier degrès
    Le blog de Daniel est d'abord sincère et amical.
    De toutes façons les mauvais ne restent pas n'ayant aucuns échos chez personne.
    Je suis ravie de vous connaitre et aime beaucoup vous lire.
    @Evelyne: hier soir j'ai fait une bonne soupe d'orties, parait qu'il ne faut pas trop en manger le soir c'est excitant hi!hi!
    Accolade fraternelle
    bonne et douce journée à tous

    Posté par sylviesissi57, 02 octobre 2010 à 12:22 | | Répondre
  • Pélerinage

    Bon pèlerinage, Eve Lyne. je ne sais la longueur du pèlerinage mais attention à vos pieds !!Et revenez nous en pleine forme avec peut être des info sur Georges.

    Posté par Daniel, 02 octobre 2010 à 18:05 | | Répondre
  • A Daniel et Sylviesissi

    A Daniel
    Pour reprendre les mots de Sylviesissi, votre blog Daniel est amical et sincère. Je l’ai senti depuis le départ de mes lectures. Il en émane, comme je l’ai écrit me semble t’il dans l’un de mes premiers commentaires, de la générosité et de la douceur.
    Cela fait beaucoup de bien car nous vivons dans un monde où complication, cloisonnement et vitesse priment sur tout le reste, occultant ainsi l’essentiel et l’authentique. On s’y laisse aller facilement si l’on n’y prend pas garde. Il suffit de peu.
    Mais ce que je trouve extraordinaire dans votre blog c’est la diversité des propos et donc la richesse des caractères qui s’expriment. On est tous différents et pourtant il y a au fond une même envie, un même désir. Celui d’aller de l’avant en tentant au mieux de progresser. Une même volonté. J’y vois de l’ «unité ».
    C’est une force, quand bien même il y a des heurts, des interprétations différentes et des mots quelquefois qui partent en « live ».
    Je partage votre point de vue lorsque vous dites que les rapports que l'on entretient avec les autres sont très intéressants et complexes à la fois. C’est ce qui en effet favorise l’échange. Et l’échange c’est la progression. On peut reculer, cela arrive parfois, souvent même. Mais au fond on finit toujours par avancer. Alors ce n'est pas si simple mais c'est là je crois un excellent travail qui nous renvoie à l'ouverture.

    A Sylviesissi
    Sylviesissi, vous parlez très justement de résonance. Entrer en résonance avec les autres nous pousse à la réflexion, et aux remises en questions. Ce n’est pas toujours évident car il peut arriver que cet écho sonne de façon négative dans nos têtes (l’éducation, le vécu, la crainte du jugement). Cela devient du bruit. L’intérêt ensuite consisterait à se recadrer et reconnaître que l’on puisse avoir tort. Et comme nous sommes dans la dualité il peut arriver aussi que cette résonance soit positive. L’harmonie intervient à ce moment. Néanmoins, on se doit aussi de se recadrer car rien n’est jamais gagné. Encore une belle dualité qui a le don de nous remettre à l’endroit.
    Je suppose que nous sommes tous plus ou moins dans la même dynamique, à savoir ce besoin impérieux de se sentir rassuré.
    Vous avez parfaitement raison lorsque vous dites de ne pas prendre les choses au premier degré. Se détacher reste le moyen de ne pas se laisser déborder par nos émotions, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Encore que les émotions ont du sens. Le danger c’est de les garder pour soi au point que cela prennent de trop grosses proportions.
    Cela dit, je reste persuadée que si l’on a du mal à saisir quelque chose, il est préférable de le dire. Après c’est une question de « sagesse » quant à la manière de l’exprimer. Car les choses peuvent être dites avec beaucoup de gentillesse sans jamais heurter.
    C’est ce que vous faites Sylviesissi.

    Posté par Hanami, 02 octobre 2010 à 18:17 | | Répondre
  • confiance

    Et si on installait la confiance inconditionnelle, sans arrière-pensées, sans jugements, sans coquetteries ?
    Etre amis, simplement, 100% bio .

    Posté par marie christine, 02 octobre 2010 à 19:33 | | Répondre
  • a marie christine

    comme je suis d'accord avec cela!!!!
    superbe idée!
    essayons après on verra...
    tu rêves éveillée!
    dira le triste sire.
    tous amis? une utopie?
    tout est possible si on le désire

    Posté par sylviesissi57, 03 octobre 2010 à 01:22 | | Répondre
  • Le chat

    Le problème est que nous ne savons pas que fondamentalement, il n'y a pas de différence entre la vérité relative et la vérité absolue.
    Pourtant, entre les deux vérités, il y a l'esprit duel et l'esprit non duel.

    Les deux sont inclus l'un dans l'autre.

    Tant que nous croyons en la séparation et à notre regard tourné vers l'extérieur, nous discriminons et nous jugeons. Nous conceptualisons, nous avons des préjugés et nous croyons en un "moi" séparé.
    Cela semble réel et ça l'est, d'une certaine manière, tant que nous faisons l'expérience de ce mode, dans l'ignorance de son sens ultime.

    Si nous avons la chance d'expérimenter vraiment l'essence de toute chose, nous avons un aperçu du mode absolu, semblant totalement opposé au mode relatif, dans le sens où rien n'est séparé du Tout.
    Cette contradiction apparente, tant que nous en ignorons sa compréhension, nous entraîne dans le cycle des renaissances perpétuelles.

    Avec le regard tourné vers l'intérieur, nous faisons l'expérience de notre nature immuable.
    Alors, un sens accru de la responsabilité émerge inéluctablement et nous prenons soin de toute chose comme étant une partie de nous-mêmes. Nous comprenons que la nature elle-même, avec tous ses ingrédients, n'est pas séparée de nous et ainsi, nous prenons soin d'elle, autant que nous prenons soin de nous-mêmes et des autres, dans un élan d'amour universel.
    L'amour, la compassion, la joie et l'équanimité deviennent alors essentiels dans notre façon d'être et nous tentons d'observer, tant envers nos proches que nos amis, nos ennemis, les êtres que nous ne connaissons pas, les animaux, les végétaux et tout ce qui est inclus dans le mode apparent, une compassion équanime.

    Cette attitude s'acquiert par une parole juste, une action juste, un moyen d'existence juste, un effort juste, une attention juste, une concentration juste, une pensée juste et une compréhension juste.

    En fait, tout ce qu'il faudrait que je fasse et que je ne fais pas.


    Ce matin, revenant d'un rendez-vous d'affaires, assisté de ma stagiaire, nous roulions tranquillement sur un chemin vicinal lorsque nous entendîmes un bruit ressemblant à un pot d'échappement traînant sur le bitume. J'arrêtai la voiture ; nous sortîmes tous les deux et nous cherchâmes jusque sous elle l'origine de ce bruit assourdissant. Ne trouvant rien, je narrai à ma jeune stagiaire mes expériences passées en ce domaine qui m'avaient permis d'éviter un accident apparemment prédestiné. Je repris le volant et roulai avec attention et prudence, bien décidé à rester sur mes gardes.
    Comme dans toute méditation, je restai attentif et à chaque fois que mon esprit semblait distrait, je ramenai celui-ci en lui-même pour redoubler de vigilance.
    L'esprit, tôt ou tard vagabonda et lorsque le chat, sorti de nulle part, se jeta dans mes roues, je freinai brusquement sans pouvoir l'éviter et, tout en hurlant, sentis ses os écrasés sous mes roues.
    A ce moment précis, l'effroi nous prît et je ne pus empêcher les cris. Dans mon rétroviseur, je vis cet être innocent parcouru de soubresauts annonçant la mort.
    Plusieurs pensées surgirent et la seule que je retins très vite fût que son âme se libéra de ce corps éphémère et qu'il ne souffrît plus.
    La deuxième pensée vînt pour ceux qui allaient le chercher, ne le voyant plus revenir ne serait-ce que pour manger et là, ce fut plus difficile.

    Pourquoi ?

    Où ici se situe le hasard et où se situe le karma ?

    Quand je revins vers lui pour savoir si je pouvais faire quelque chose, le spectacle était éprouvant. Nous laissâmes le chat sur le bord de la route et nous rentrâmes continuer notre journée de travail.

    Posté par Alain Thomas, 03 octobre 2010 à 03:50 | | Répondre
  • Tristement

    Alain, le chat s'est jeté sous tes roues...
    J'imagine ce que tu ressens.
    J'ai la hantise que celà m'arrive un jour.
    Etait-il bien mort au moins?
    Allez! bonne pensée pour toi.
    Je retourne aux correspondances Sand Flaubert.

    Posté par Eve Lyne, 03 octobre 2010 à 04:11 | | Répondre
  • L'amitié

    Sand/Flaubert: Ils n'étaient pas d'accord sur bien des points, cependant, une solide amitié les liaient.

    Posté par Eve Lyne, 03 octobre 2010 à 08:21 | | Répondre
  • essayer

    "tout ce qu'il faudrait que je fasse et que je ne fait pas"
    Cher Alain nous en sommes tous là!!!!
    tu essaies,
    ils ou elles essayent
    Essayons...
    rester conscient, surtout éveiller, prier, aimer
    (à conjuguer chaque jour)
    excellente journée à vous tous

    Posté par sylviesissi57, 03 octobre 2010 à 09:22 | | Répondre
  • J'essaie

    Moi aussi, j'essaie avec plus ou moins de succès, avec plus ou moins de difficultés. J'apprends sans doute tous les jours s'en forcément m'en rendre compte......

    Posté par Daniel, 03 octobre 2010 à 10:34 | | Répondre
  • dire stop

    Même si une première pensée, un premier jugement nous effleure, on peut y couper court, refuser de l'écouter, ne pas s'y complaire, ne pas s'en convaincre, ne pas entrer dans son jeu, stop !

    Alors arrive, tout naturellement, une charmante bienveillance et un beau sens de l'amitié, libérés .

    Posté par marie christine, 03 octobre 2010 à 13:27 | | Répondre
  • Les pensées négatives

    Oui Marie bien sûr mais ce n'est pas aussi simple car pour certains êtres, ce type de pensée surgit régulièrement.
    Alors oui, il ne faut pas saisir bien sûr. Cependant les humeurs nous rattrapent souvent, inscrites dans notre karma.
    Ce n'est donc pas simple, sauf si nous sommes conscients de ces pensées, si nous les reconnaissons pour ce qu'elles sont et, comme tu le dis, si nous les laissons passer tels des nuages dans le ciel.
    Ces pensées alors, qui ne viennent de nulle part, sinon du profond de notre esprit ordinaire, ont juste le temps de vivre un instant puis de se dissoudre dans la nature de notre esprit, telles les vagues de l'océan sur une plage de sable fin.

    Arrive-t-il tout de même que certaines de ces pensées émergent dans notre esprit, ne soient pas reconnues pour ce qu'elles sont et soient saisies dans le feu de l'action puis amènent à une certaine négativité momentanée, tel un film série B ou une mauvaise histoire ou encore un mauvais rêve dont nous ne sommes pas maîtres ?

    Posté par Alain Thomas, 03 octobre 2010 à 16:49 | | Répondre
  • ouverture

    Bien sûr Alain, dans le feu de l'action, notre
    conscience est, la plupart du temps, projetée à l'extérieur et très inconsciente de ce qui se passe à l'intérieur . C'est souvent notre état nerveux qui nous rappelle à la réalité intérieure !
    Mais dans des circonstances plus calmes, comme ici sur le blog, on a le temps de se mettre en condition, de réfléchir avant d'agir, de se concentrer sur des pensées d'amitié et de bienveillance en lisant les messages et en écrivant . On a le temps de dissiper les pensées parasites qui peuvent surgir, pour ne garder que l'ouverture d'esprit sans jugement, la pure communication d'idées et d'états d'âme, la pure curiosité de connaître l'autre dans ce qu'il a de différent et ainsi de mieux se connaître soi-même .
    Car c'est bien dans la différence que l'on apprend à se connaître, il me semble . Voir l'autre différent, c'est automatiquement se demander en quoi on est soi-même différent de l'autre et pourquoi .
    Comprendre la différence dans la ressemblance, parce que la ressemblance, ça on sait déjà .
    Ce qui est extraordinaire, c'est de constater que tous les individus se dirigent vers un même but par des multitudes de chemins différents, chacun selon son histoire .

    Posté par marie christine, 03 octobre 2010 à 17:46 | | Répondre
  • Marie

    Oui Marie mais dans certains cas, il est important de révéler sans que cela soit forcément de la saisie.
    Rien n'empêche un être de réagir devant un enfant par exemple, d'une façon pédagogique ou éducatrice, à condition bien sûr que cela soit fait dans le seul but d'ouvrir l'autre, afin qu'il découvre.
    J'imagine d'ailleurs tes petits bouts dans ta classe et je suppose que tu uses souvent de pédagogie, même devant les plus turbulents.

    Posté par Alain Thomas, 03 octobre 2010 à 20:04 | | Répondre
  • les enfants

    Les plus turbulents sont malheureusement les plus pertubés psychologiquement et de plus en plus nombreux .

    Posté par marie christine, 03 octobre 2010 à 20:54 | | Répondre
  • Les enfants et les ados

    Te sens-tu impuissante face à ce phénomène grandissant ?

    Posté par Alain Thomas, 03 octobre 2010 à 21:11 | | Répondre
  • Mais! c'est qui ce mec?!

    Une bouffée d'air frais de bon matin...
    you tube Jean Claude Van Damme:
    -La question et la réponse.
    -La religion et la grand-mère.
    -Les croyances.
    -Jésus selon Van Damme.
    -Le secret pour réussir.
    -Neutral.

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 05:09 | | Répondre
  • Voyage

    Bon! avec tout ça, j'ai pas perdu mon temps...
    Mais... J'en étais où, déjà?!
    Ah! oui...
    Madame Sand déteste les épinards!
    J'adore les épinards, je me disposais à confectionner une tarte aux épinards pour la route.
    Comme je me mets en condition...
    Eh ben... Y'aura pas de tarte aux épinards !!!

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 05:45 | | Répondre
  • Voyage

    Madame Sand boit beaucoup de lait...
    Baaah!
    Tiens... Mais! Qui c'est qui murmure à mon oreille
    ( prends donc une gourde d'eau de vie)
    Ah! mais c'est l'Alfred, bien sûr !!!

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 05:55 | | Répondre
  • Ouais! c'est ça

    Si tu voyages avec l'Alfred...
    T'es pas sortie de l'auberge...
    Pauvre gourde!!!

    Posté par Anthelme, 04 octobre 2010 à 09:52 | | Répondre
  • tarte aux épinards

    miam! eve-lyne! j'aurais aimé goûter, chez nous après la soupe, hier c'était quiche aux orties!

    conversation avec mon chéri hier soir:
    -toi et tous tes sites à la noix...
    -quels sites?
    -tes intellectuels (j'adore les blogs d'écrivains)
    ils se masturbent le cerveau, y'en a qui sont vraiment mûrs pour les sectes...

    hi!hi! si je ne le connaissais pas.
    -tu en lus?
    -moui...ils sont rasoir et leur manie de blabla!

    chérichéri est un contemplatif à ses heures et surtout un silencieux. Au bout de presque 40ans
    de navigation avec lui je dirais ne pas parler pour ne rien dire!

    mais evelyne que cela fait du bien ton humour!!!!!
    Cela nous rend plus humains, le papotage
    j'adore.
    (hein chéri? j'ai compris que tu lis quand je ne suis pas là!!!!!)


    @ Mariecourage, pas facile tous les jours.
    Ils t'adorent tes petits j'suis sûre. Tu resteras longtemps dans leurs pensées.

    Posté par sylviesissi57, 04 octobre 2010 à 15:19 | | Répondre
  • daniel au secours!!
    j'crois que l'ordi fait des siennes!!!!!!!

    Posté par sylviesissi57, 04 octobre 2010 à 16:22 | | Répondre
  • L'orage

    Normal! Il pleut à verse...
    Déhors, c'est tout noir!
    Sylvie j'te fais une confidence...
    J'viens de trouver une secte qui me plairait bien.
    Attends, je cherche le lien...

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 16:29 | | Répondre
  • Entracte

    En attendant: you tube Van Damme confession
    Je découvre cet homme là...
    Un vrai délice!

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 16:45 | | Répondre
  • Daniel ?!

    Le postage des coms ne va pas bien.
    Il dit qu'il n'est pas connecté ?!!!!

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 16:47 | | Répondre
  • Aware..

    "L'oiseau ne sait pas qu'il est oiseau, il est libre car il est aware !!!"

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 16:50 | | Répondre
  • OUI ! oui!

    moi c'est pareil Daniel!!!
    ça dijoncte...

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 16:49 | | Répondre
  • On se calme les filles! on jacte trop !!!

    !!!!!!

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 17:13 | | Répondre
  • Pour Eve lyne

    http://www.youtube.com/watch?v=ru4u1dVL-Ms&feature=related

    Trop bien le serpent et la pomme !!!!!!!

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 18:13 | | Répondre
  • Ah tu connaissais pas ?!

    Tu connais Jesus pour JCV ... !!
    Attend..je te fais découvrir !

    http://www.youtube.com/watch?v=MA957fe6h3k&feature=related

    Ce mec est Aware ...

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 18:25 | | Répondre
  • Super !!!

    En plus, il est beau gosse!
    Et pis, on voit qu'il mange que des légumes.
    Vraiment, il me botte bien!
    On se dépèche de dire tout ce qu'on a sur le coeur avant que le Daniel débarque pour nous botter les miches! hi ! hi ! hi!

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 18:33 | | Répondre
  • Yep !

    Enfin il fume bien la moquette.

    Mais bon les yeux fermés sans paroles..ça peut passer !!!!!!

    Au fond à un homme on lui demande pas grand chose !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 18:35 | | Répondre
  • Huuuum...

    Si tu écoutes tout sur lui, Sarah, je crois qu'il revient de loin...

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 18:37 | | Répondre
  • De très loin.

    Il revient de très loin.

    C'est un homme qui a touché à la drogue, à l'alcool.

    Apparemment le cerveau a bien été touché puisqu'à une époque il avait une mémoire de "poisson rouge"....à cause de toutes ces substances.

    J'ignore si il en est revenu totalement...j'ai des doutes...

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 18:43 | | Répondre
  • Chapeau quand même

    Ce qu'il dit tient debout et ses messages sont forts.

    Posté par Eve Lyne, 04 octobre 2010 à 18:46 | | Répondre
  • hmmm

    C'est vrai qu'un serpent est gentil...et que Jésus n'est pas humain.

    Un mec qui donne tout sans attendre en retour..il est fou !!!!

    Et la pomme c'est plein de piquetinne..d'ailleurs messieurs vous en avez hérité ..de la pomme !!!!

    Ouep..ch'uis A Ware !!!

    Posté par Sarah, 04 octobre 2010 à 18:54 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire