Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

24 septembre 2010

Le Mandala


 

Kalachakra_mandalaLe terme "Mandala" vient du sanscrit, une langue indienne d'il y a plus de 2000 ans. Il a été traduit approximativement par le mot "cercle". Mais un mandala est bien plus qu'une simple forme. Depuis des millénaires, l'homme pratique l'art du mandala qui s'avère un précieux outil d'expression et de transformation personnelle.

Chez les tibétains, il s'agit d'un objet de méditation. Chez les indiens d'Amérique il sert dans leurs rituels de guérison.

On retrouve aussi le mandala (cercle ou spirale) dans des jardins et dans beaucoup d'édifices religieux : Ex : Labyrinthes d'églises ou de cathédrales, labyrinthes végétaux, rosaces, dômes, fontaines circulaires...

Mais il existe en fait tant d'exemples qui témoignent de leur présence :

 - Les sites de Carnac et de Stonehenge

-Les anneaux de croissance dans un tronc d'arbre

- Les formes biologiques (Celle de nos yeux et de nos cellules, celles des fleurs etc.)

- Les formes géologiques (Structure des cristaux etc.)

- Les formes météorologiques (Flocon de neige, goutte de pluie etc.)

 - Le système solaire

- Etc.

Le mandala est finalement depuis des millénaires une représentation symbolique de l'Univers. Il symbolise l'unité, la totalité, la perfection et l'infini. Le centre du mandala représente le centre de l'Univers. Créer un mandala c'est s'offrir un retour à soi qui permet une ré harmonisation et qui génère une détente et une paix intérieure profondes. Le mandala est une invitation à un retour au calme en soi, une invitation à faire silence en soi et à laisser s'exprimer son être profond.

Une musique propice à la relaxation et à l'intériorisation peut accompagner la création de son mandala.

Un mandala se crée depuis son centre. Il s'agit donc d'un dessin inscrit dans un cercle et d'une création symétrique élaborée autour d'un point central.

C'est une invitation à joindre son propre centre, calme et unifié, à prendre contact avec soi,  puis à voyager dans le cercle en toute sécurité et parfois même au-delà du cercle.

 

Via la géométrie et la symétrie sacrées du mandala, on chemine du centre vers la périphérie du cercle "protectrice et rassurante" et on découvre "en conscience" son être en devenir.

Créer un mandala c'est s'ouvrir à une découverte profonde de son être et avoir le plaisir de créer son œuvre.

L'énergie se met en mouvement depuis le centre. Les formes créées, les couleurs utilisées contribuent à une harmonisation intérieure profonde et  apportent beaucoup de détente et de bien-être. A partir du centre du mandala rayonnent des formes ou des représentations symétriques, tandis que des manifestations extérieures reflètent le centre. Le mandala se déploie ainsi depuis son centre, tout en se contractant simultanément pour retourner vers son centre.

Le compas servira à la création du cercle initial. Il n'est pas obligatoire de créer uniquement des formes géométriques à partir d'un compas et d'une règle. D'autres formes et d'autres représentations peuvent également figurer dans un mandala.

mandala_5_mdCréer un mandala c'est s'offrir un moment de grande créativité. 

D'autres matériaux que la peinture, que les feutres ou les crayons de couleur peuvent être utilisés (Feuilles d'arbres, fleurs, bois, plumes, perles, paillettes etc.). La place est à faire à toute votre créativité! Place au plaisir et à la joie de créer! Un ou plusieurs temps d'arrêt sont nécessaires aussi pour permettre à l'œuvre d'être en mouvement et pour que vous soyez davantage à l'écoute de votre propre mouvement intérieur. On peut très bien ainsi créer son œuvre sur plusieurs jours ou plusieurs semaines. Respecter ces temps d'arrêt auxquels votre être sera invité, nourrira votre oeuvre et accompagnera votre chemin.

  Le mandala :

- permet également une unification des hémisphères cérébraux

- est un excellent exercice de concentration

- unifie en harmonisant les dualités et les contraires

-favorise l'ouverture à des possibilités infinies.

 

C'est un précieux guide pour soutenir et accompagner "en conscience" votre chemin, pour retrouver votre équilibre, pour vous transformer et pour vous re-créer.

Le mandala créé vous accompagne bien au-delà du temps propre à sa création...


Nathalie Le Corre Sadok :accompagnerlavie.over-blog.com 

 

 

 

Posté par DANIEL GENTY à 08:22 - Informations - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Le Mandala

  • La méditation de l'impermanence de toute chose

    Dans le bouddhisme tibétain, la confection d'un mandala est un moyen habile pour purifier en perception éveillée notre perception obscurcie du monde phénomènal.
    Au-delà des différents sens du mot mandala (centre ou contenu intérieur), la fabrication d'un mandala fait partie des pratiques préliminaires du vajrayana (véhicule de sagesse).
    Cette fabrication oblige le pratiquant à une attention de tous les instants afin que les formes géomètriques, au-delà du sens, soient parfaitement exécutées.

    Le but ultime est donc ce qui permet au pratiquant d'accéder à la quintessence des perceptions phénoménales, à leur "centre" qui n'est autre que l'esprit de sagesse des êtres éveillés. Les phénomènes sont ainsi vus comme le pur déploiement de cette sagesse, la perception pure et lumineuse de l'espace de la réalité absolue, tel que le perçoivent les êtres éveillés.

    Ultimement, le mandala ordinaire de l'univers et le mandala de perception pure ne sont pas deux choses distinctes, car l'essence des perceptions ordinaires est vacuité luminosité.
    C'est parce que les êtres ont un karma impur qu'ils perçoivent les apparences phénomènales comme le monde ordinaire.

    Les tibétains utilisent souvent du sable coloré lors de la fabrication car au moment même où ils l'achèvent, après des journées de concentration (méditation), ils le balayent pour démontrer le côté éphémère de tous les phénomènes apparents au caractère donc illusoire.
    Lorsque le pratiquant détruit le mandala qu'il a construit en pleine conscience ,donc en pleine méditation, il démontre l'impermanence de toute chose du monde phénoménal

    Posté par Alain Thomas, 27 septembre 2010 à 05:47 | | Répondre
  • Fan de Mandala

    bravo pour ce commentaire Alain, car chaque soir mon époux regarde la télé et moi je fais des mandalas je n'arrive plus à regarder la télé tellement je suis concentrée sur mon mandala - évidemment j'en dessine pas je coloris seulement mais on me dit que je donne vie à ces mandalas - ils m'apaisent - la chromothérapie - thérapie par les couleurs et cette figure qui représente le mandala m'inspire et je me retire dans ma tête je n'entends plus l’environnement je ne fais qu'un avec mon mandala et mes couleurs en fait je pense avoir trouvé la paix de l'esprit avec ces mandalas car maintenant je suis seule avant j'avais des tas d'occupations maintenant le labo de temps en temps et la maison à tenir mais un besoin d'évasion je l'ai trouvé enfin ce temps pour me consacrer à cette chose merveilleuse qui m'épanouie le mandala merci Alain on se rejoint à ce sujet.

    bisous "câlin"

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 20 octobre 2011 à 11:07 | | Répondre
  • Fan d'Andrée

    Entre la confection de vos mandala qui permet de vous ressourcer et d'emmagasiner de l'énergie-lumière et la redistribution de celle-ci lorsque vous accueillez les êtres que vous aimez (dont moi) dans vos bras avec la pratique de l'amour tendresse, vous rendez la Joie et vous la recevez.
    C'est un bonheur de sentir l'amour qui est en vous.
    Bisous de Calin câlin à Maman Andrée.

    Posté par Alain Thomas, 20 octobre 2011 à 11:27 | | Répondre
  • Je fais des mandala chaque soir ,pendant que mon époux dévore la tele!J'en fais aussi quand je me sens stressée ou agressée.J'ai decouvert cela apres mon EMI

    Posté par capitaineecho, 10 avril 2016 à 19:08 | | Répondre
    • Excellent les mandalas . Rien de tel pour trouver le calme pendant que Pou regarde la télé.

      Posté par DANIEL GENTY, 11 avril 2016 à 17:01 | | Répondre
Nouveau commentaire