Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

21 septembre 2010

Oser être

Voulons-nous vraiment changer, installés que nous sommes dans un certain confort ?
La "vie facile" dans nos sociétés dites "développées" a pris le relai au détriment de nos valeurs fondamentales. Cette facilité est tant agréable que l'on ne veut plus en sortir, même si l'on est mécontent.
En réalité nous rejetons le changement alors que nous nous plaignons, nous ressassons, nous dénigrons, nous nous trouvons dans des situations regrettables voire insupportables.
Passe_Present_FuturNous fonctionnons sur le "mode passé" et angoissons à la moindre contrariété, à la moindre occasion quant à appréhender l'avenir. Et pourtant accepter son passé, c'est apprendre à vivre pleinement son présent et c'est aussi faire preuve de perspicacité face à demain.
Mais le passé génère des schémas qui suscitent la peur. Et de cette peur qui nous dirige, naît la profusion du "toujours plus" et de l'insatisfaction.
Nous cherchons ainsi, continuellement, à satisfaire nos envies, nos désirs, nos besoins qui n'en sont pas. Technologies à tout va, afin de nous faciliter soi-disant la vie ; étalages de nos possessions qui débordent de nos armoires dans la perspective du paraître ; recherche d'attention et d'amour à travers les autres sans en donner vraiment. On se sent vivre, on se donne l'impression d'exister. Et nous revoici face à l'égo. Il nous mange, individuellement dans un premier temps puis nous détruit collectivement.
Nous en oublions graduellement que le monde qui nous entoure n'est autre que celui que l'on crée. Il provient de chacun de nous, perdus on ne sait où, à chercher désespérément les clés au-dehors.
La plupart du temps nous attendons des autres ce que l'on ne peut donner soi, égarés dans l'hésitation. La peur du ridicule peut-être.
Et pourtant cette jolie petite voix au fond de nous (non pas celle de l'égo, mais celle qui se trouve au creux de nous, au clair de nos cœurs), cette jolie petite voix nous éclaire et nous montre souvent la voie, à l'intérieur. La voie du lâcher-prise mais aussi de l'émerveillement en regard de tout ce qui est susceptible de grandir l'âme.
fleurs_1Si chacun offre un peu de son éclat pour aider, rire, aimer... Le monde change. L'enlisement dans le malheur de soi, le mal-être, la jalousie, la négligence n'ont plus lieu d'être.
Vient alors l'émerveillement ! Ce petit rien qui représente beaucoup, qui nous ramène à l'essentiel, qui nous assied dans l'instant ! Le présent !
Oser être heureux, c'est faire chanter l'enfant en nous. Il nous appelle, répondons-lui...
Oser être heureux, c'est aimer l'autre sans rien attendre...
Oser être heureux c'est être soi dans la beauté de son être et sa clairvoyance...
Oser être heureux c'est accepter l'instant, le cueillir et l'honorer...
La porte de l'émerveillement est toujours entrouverte...
Oser être heureux, c'est alors pousser cette porte... C'est inspirer le meilleur du fond de soi et l'offrir en toute simplicité.

Hanami

Posté par DANIEL GENTY à 07:54 - Enseignement spirituel - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Oser être

  • Osoons !

    Ces derniers temps je me suis perdue.

    La vie exige de nous de nous impliquer totalement, elle va vite, elle n'attend pas que vous puissiez respirer 5 mm.

    Alors on avance, en oubliant quelque temps l'essentiel... souffler...

    Sortir la tête du guidon et voir ce qui se passe autour.

    Ecouter sa voix intérieure qui demande de prendre UN temps, de se détendre..

    Les gens autour de nous peuvent nous aider à nous détendre,respirer mais ils ne peuvent pas tout...

    Pouvoir assimiler notre sensation, on ne peut rentrer dans le corps de quelqu'un et vivre ce qu'il ressent..on ne peut que l'imaginer.

    C'est pour cela que lorsqu'on agit pour telle ou telle raison on est toujours en demande ou en attente non pas dans le sens où je t'ai aidé alors aide moi mais plutôt s'épauler réciproquement.

    Chaque être est en demande ou en attente..cela est humain.

    L'"amour" de l'autre réside dans le fait qu'il sait donner mais aussi recevoir.

    C'est dans cet échange que l'on peut enfin se libérer, être heureux. Car cet échange crée un lien d'unicité, de confiance, de sérénité.

    Il nous permet d'avancer car il est un rempart..il nous dit tombe et je te retiens.

    Ce rempart, je l'ai rencontrée il y a 36 ans.
    Il est toujours là auprès de moi.

    Me connait comme personne, connait l'ensemble de mon histoire, sait de quoi je suis capable et dont je suis incapable.

    Il me permet d'avancer, malgré tout, avec mon fardeau mais en épaulant.

    Est-ce que je suis plus sereine ? ...hmm, par toujours........ mais souvent !!!!!!!!!!!

    Posté par Sarah, 21 septembre 2010 à 09:54 | | Répondre
  • C'est justement lorsque que l'on est plein d'amour pour les autres sans rien attendre, que l'on sait recevoir et donner à bon escient, car l'échange peut avoir lieu dans toute sa pureté.

    Mais la vie fait qu'il y a bien des situations difficiles où nous sommes en attente ! Heureusement que l'entraide existe ! En fait il faut avoir bien conscience de notre attente pour savoir recevoir dans ce cas. Si l'on nie notre attente, c'est là que l'on rejete l'aide et que l'on ne sait pas recevoir !

    Posté par Francine, 21 septembre 2010 à 12:20 | | Répondre
  • Inconscience

    Francine, on attend toujours quelque chose même si on estime ne rien attendre...iconsciamment..
    L'acte "d'amour" va résider dans notre volonté à donner à "mouiller sa chemise" comme dit Eve lyne..oui mais.... jusqu'où ?

    Cette attente n'est pas systématiquement un retour des choses...elle peut revêtir bon nombre de forme, même si l'acte premier est sans attente.

    Posté par sarah, 21 septembre 2010 à 12:50 | | Répondre
  • Merci

    L'amour est sans attente.
    Si l'on parvient à supprimer la sexualité comme on arrête de fumer ou de boire, on supprime l'envie, la jalousie, l'avidité et l'insatisfaction et on s'entraîne à se débarrasser de superflus purement égotiques.
    Alors il est plus simple d'aimer avec son coeur, sans calcul ni intérêt quelconque. Ainsi, nous sommes plus disponibles pour les autres, cela devient plus simple d'être à l'écoute, totalement.
    Si l'on ne cherche rien en retour, on reçoit au quotidien. Cela nous tombe dessus chaque fois qu'il est possible de recevoir au moment même où l'on donne.

    Si je devais résumer ma vie aujourd'hui, mis à part les problèmes quotidiens liés à la responsabilité, je dirais que je suis un homme heureux parce que je donne de l'amour autour de moi, à ma façon peut-être, au jour le jour, d'instant en instant.
    Il n'y a pas de moment plus heureux que celui de donner, avec le sourire. Cela se passe dans la rue, en voiture, dans les commerces, avec les clients, le personnel et même quand on est en colère.
    Là où cela commence à se gâter, c'est quand on se fâche avec quelqu'un et qu'on insiste. Alors, quelque chose ne va pas et on tourne en rond, on se fabrique des histoires et on se fait de la bile, on s'aigrit.

    Hanami votre texte est pour moi étonnant. Il me ressemble. J'ai l'impression de l'avoir écrit aussi, avec des mots et une syntaxe mais aussi une vision profondément analogues.
    Troublant.
    Merci !

    Posté par Alain Thomas, 22 septembre 2010 à 00:03 | | Répondre
  • Si l'on parvient...

    Très intéressant ce que tu dis, Alain.
    Le terme "parvenir" indique l'effort, discipline, contrainte ... Se hisser ...
    J'y vois mortification, cilice...
    L' état dont tu sembles parler est bien rare ici bas mais il existe tout naturellement, sans efforts chez certains êtres. Mais si rare...
    Pour les autres, permets-moi de douter pour la permanence...
    J'ai constaté plus d'une fois les désastres au bout du compte et c'est térrifiant.
    L'humain qui n'accepte pas son humanité dans sa globalité. Celà ressemble à un jeu de rôle.
    Gare les dégats, le refoullement est une vraie bombe à retardement. Quand ça pête! ça pête méchant.
    Ah, le rêve des hommes! vouloir atteindre l'inaccessible étoile : Devenir pur esprit.
    Bon, allez! courage!

    Posté par Eve Lyne, 22 septembre 2010 à 05:57 | | Répondre
  • Moulin ?

    Oui Eve lyne je vous rejoins complètement.
    L'homme serait-il un don quichotte ?

    Posté par Sarah, 22 septembre 2010 à 07:11 | | Répondre
  • Ajout !

    Je viens de lire un passage des contes grivois de Maupassant - Jadis

    "Mais vous êtes donc fou aujourd'hui, vous êtes fous. Le bon Dieu vous a donné l'amour, la seule séduction de la vie ; l'homme y a mêlé la galanterie, la seule distraction de nos heures et voilà que vous y mettez du vitriol et du revolver comme on mettrait de la boue dans un flacon de vin d'Espagne !

    L'amour est sacré. On se marie pour fonder une famille, et on forme une famille pour constituer la société.

    Le mariage est une loi et l'amour c'est un instinct qui nous pousse tantôt à droite tantôt à gauche.

    On a fait des lois qui combattent nos instinct ; mais les instincts sont les plus forts, et on a tort de leur résister, puisqu'ils viennent de Dieu, tandis que les lois ne viennent que des hommes"

    Et si la solution était là sous nos yeux..ne pas se poser des questions quand au bien-être ou oser être mais vivre tout simplement en notre âme et conscience.

    A vivre selon nos envies, selon nos peurs les accepter tout simplement.

    Agir quand cela nous semble juste, donner quand nous avons envie de donner tout simplement, savoir que notre âme n'est pas si blanche et que nous sommes humain.

    Que les grandes théories ne sont rien sans la volonté de l'homme, sans tenir de l'homme et de son contexte.

    Ne plus courir après des chimères mais vivre selon nos besoins.

    Posté par Sarah, 22 septembre 2010 à 07:45 | | Répondre
  • Bien vu! ma jolie Sarah!

    Croire en l'homme, c'est vivre au milieu des hommes. Pas à côté, mais dedans, avec !
    Le reste... C'est pour l'élite, les élus!
    Mais! ils sont si rares. Baignés de lumière!!!
    Ô! que c'est beau, si on les voit, une fois au moins...

    Posté par Eve Lyne, 22 septembre 2010 à 08:07 | | Répondre
  • Ma chouette

    Ma chouette, quand je te dis "si l'on parvient", je pense aux autres. Cela ne s'applique pas à moi.
    Il y a belle lurette (environ sept ans) que cela ne me pose plus de problèmes. Je reconnais que c'est ma compagne qui a commencé et qui aujourd'hui (sans doute la ménopause et d'autres raisons encore) n'a plus aucune libido.
    Elle s'en porte très bien et moi aussi.
    Je t'avouerais que si j'adore la compagnie des femmes et aime séduire, je n'ai aucune envie d'aller plus loin.

    Il ne faut jamais dire "fontaine" car si la plus belle femme du monde me sautait dessus aujourd'hui même, je ne sais pas trop la réaction que j'aurais mais je puis t'assurer que les occasions sont presque quotidiennes et je n'ai vraiment aucune envie. Je vais te dire pourquoi :

    D'abord dans ma jeunesse, j'ai usé et sans doute abusé des relations sexuelles et sensuelles avec l'élue de mon coeur (toujours fidèle) et les corps jeunes sont plus aptes à faire l'amour naturellement que les corps flétris.
    C'est un peu comme si on laissait dans un vase des pétales de roses fanées, on préfère les jeter.
    A un certain âge, la gymnastique sexuelle, l'image même du rapport, animale, la sueur et l'onanisme qui accompagne le plus souvent les ébats ne sont pas propices à l'amour. Je dis bien amour.

    Oui, l'amour.
    Alors là, sur le sujet, je suis intarissable.
    Prendre la main d'une femme, la caresser, l'embrasser sur ses yeux, sa joue, son front, la contempler comme on contemple les oeuvres de Francine ou d'Anne, la toucher, la prendre dans ses bras dans un élan de tendresse infinie, la douceur des gestes ... et mon coeur chavire.
    Sourire aux femmes qui vous aiment, quel que soit leur âge, leur donner du sentiment, du soutien, des conseils, les aider au travers de discussions interminables autour d'un thé, alors, on récupère la grâce de l'autre que l'on offre ensuite aux vents et marées.

    Quelle ambition alors émergerait de notre esprit pour ensuite fouiller l'autre et recueillir le plaisir qui amènera inéluctablement la souffrance, la dépendance, l'effet miroir.
    Bon, ma chouette, tu me connais un peu pour savoir que je ne bluffe pas.

    L'amour, évidemment, le vrai, ce n'est même pas cela.
    Simplement sourire, être là, écouter, être attentif, rassurer, sans distinction de sexe, de couleur, de race, d'ethnie, d'opinion.
    Comme le dit si bien Hanami, quand après de nombreuses années de réflexion, nous arrivons à retrouver notre âme d'enfant qui s'émerveille, nous rejoignons la Source, cete lumière infinie, cette chaleur inéfable que l'on appelle "l'amour".

    Sur ton balai, emmène-moi donc faire un petit tour. Je tiendrai ta taille et tu deviendras fusée.

    Posté par Alain Thomas, 22 septembre 2010 à 08:26 | | Répondre
  • Dis donc Alain !

    Qu'est-ce que tu insinues?...
    On est pas tous égaux avec la décrépitude...
    Vieux hibou!!!
    Chaque matin, je prends plaisir de me faire belle avec soin, tout simplement pour remercier de la grâce que j'ai de n'avoir mal nulle part.
    Chaque fois que je brosse mon abondante chevelure, je pense à toutes celles qui doivent subir le choc de la maladie ect...
    Chaque fois que je suis sous la douche, c'est plus fort que moi, je pense à tout ce qu'on a fait subir à tant d'êtres.
    Alors, je ne perds pas une miette... de reconnaissance à vivre le présent, car demain...
    N'y pensons pas encore.

    Bon, je m'dépèche, il fait si beau...
    J'emmène ma chère maman au parc de la Tête d'Or,nous dégusterons une bonne glace.
    Tu vois, les rôles s'inversent...
    Quelle chance on a encore !!!
    Et toi, tu aimerais bien encore apporter des gâteaux à ta petite mère hein !!!
    Allez! gros mimi !

    Posté par Eve Lyne, 22 septembre 2010 à 11:19 | | Répondre
  • Vieille chouette

    Ah douce Eve Lyne, laisse donc la grâce à la Dame blanche !
    Cette grâce, qui tombe de ses paumes ouvertes pour nous emplir ou nous submerger ; cette grâce qui coule de son regard qui n'a ni âge ni forme, ou plutôt en forme d'expression, divine et sacrée, profonde et lumineuse, chaleureuse, issue des profondeurs de l'âme indestructible.

    J'ai eu la chance dans ma vie de rencontrer la gràce d'un être vivant, d'une femme, qui, lorsqu'elle vivait une situation d'amour, faisait jaillir de son regard une fontaine de grâce. Devant moi, combien de fois ais-je rencontré la grâce de son regard ? Combien de fois ais-je vécu ces instants incroyables où le coeur est empli de cette grâce et vous ouvre les portes de la paix, de l'amour, des intuitions, de la sagesse ?

    Alors vieille sorcière, ma chouette préférée ! Si tu n'as mal nulle part, de grâce, mange une bonne glace avec ta maman, gare bien ton balai sans te le faire voler et réserve-moi un aller simple pour la lune.

    Ton vieux hibou

    Posté par Alain Thomas, 22 septembre 2010 à 13:12 | | Répondre
  • Et si tu transformes "demain" en "aujourd'hui", tu éviteras de continuer à croire aux illusions du corps et tu seras prête, ma mie, pour faire le grand voyage, à n'importe quel âge.

    Posté par Alain Thomas, 22 septembre 2010 à 13:18 | | Répondre
  • A Alain Thomas

    C'est à moi de vous manifester ma gratitude, à vous et à Daniel, sans qui je n'aurais pas cette belle opportunité d'écrire, d'échanger ce que je ressens.
    Dans la vie de tous les jours, il est difficile d'échanger vraiment. En tout cas pour ma part, hormis avec les êtres qui me sont chers et qui animent mon quotidien.
    La difficulté (la mienne sûrement) vient du fait que l'on s'inscrit dans une routine relationnelle qui exclut toute profondeur. Et lorsque l'on souhaite franchir les limites de la superficialité, on a l'impression que tout propos est décalé.
    Parfois on met "les pieds dans le plat" pour d'autres raisons. C'est ce que j'ai fait il n'y a pas si longtemps. Sans le vouloir, on peut blesser (on le regrette) et l'on se blesse soi-même. Mais cela permet de réfléchir.

    J'ai la chance moi aussi d'être heureuse aujourd'hui. Je me dis (en toute modestie) que c'est peut-être la résultante d'un certain "travail" qui a porté ses quelques fruits.
    Personne n'est à l'abri du désespoir, quelqu'en soit la forme. Du jour au lendemain, un évènement surgit et tout s'effondre. Cela dit, n'est-on pas un tant soit responsable de ce qui nous arrive ? Est-ce de la maladresse ? De l'ignorance ? De l'inconscience pure et simple ? A vrai dire, je n'en sais rien.
    Bien sûr, il n'est pas question ici des plus démunis, de ceux qui sont dans la misère la plus totale et qui ont vraiment besoin d'aide.

    Ce que je sais par contre, c'est que vouloir être heureux relève d'une énergie pure et unique, de celle qui vient du coeur et de nulle par ailleurs. La raison joue son rôle évidemment, c'est bien là tout le problème. Elle joue... Vadrouille... Et embrouille.
    Le coeur quant à lui, exprime, révèle, confie. Il balbutie quelquefois car la raison hésite. Il est dans l'ouverture. Il ne travestit pas. Il est discret et se manifeste par le biais du silence. La raison est bruyante. Elle déforme, le coeur transforme. La raison ternit, le coeur éclaircit.
    Nous sommes tellement assujetit au temps et à ses contingences (la raison) que nous en oublions l'essentiel (le coeur).
    C'est notre intelligence de coeur qui rendrait aux plus démunis l'aide dont ils ont besoin. C'est de cette intelligence dont on devrait se servir pour soutenir autrui.
    On s'aperçoit du reste que les plus démunis savent "être". Ils sourient bien souvent à ceux qui "ont", non pas dans l'optique "d'oser être" car ils sont.
    Ils n'ont pas "l'avoir" de nos sociétés mais c'est avec leur coeur qu'ils échangent, qu'ils donnent d'eux-mêmes.
    Ici, dans nos pays (où la souffrance existe aussi), nous avons tout et ne savons pas "être".
    Nous ne voulons pas "être".
    Pourquoi ?!
    Nous préférons disloquer "l'être" et nous soumettre à "l'avoir".

    Sachez en tout cas que je me retrouve également dans vos textes. Ils ont tant de profondeur que j'ai toujours beaucoup de plaisir à vous lire.

    Posté par Hanami, 22 septembre 2010 à 15:04 | | Répondre
  • A Hanami

    Ces propos-là émanent de la sagesse, cette intelligence non identifiée, celle du coeur ou de l'esprit, c'est la même chose.
    Le cerveau n'est pas l'esprit.
    Coeur et esprit ne font qu'un.
    Votre dialectique est profonde. Vous avez beaucoup sondé au plus profond de vous et vous avez laissé parler votre coeur avec vous-même. Pardon, je fais une projection mais je ne vois comment vous auriez pu faire différemment pour en arriver là. Je n'ai aucune certitude.
    Vous avez vécu beaucoup de souffrance liée à l'affect. Vous avez résolu beaucoup de choses depuis. Vous protégez ceux qui vous entourent avec une grande douceur et quelques inquiétudes qui traînent encore et encore, liées à votre sens inné de l'autonomie et de la responsabilité.
    Je crois qu'on vous admire pour votre force malgré les apparences. Vous n'oubliez personne.
    Vous savez beaucoup de choses parce que vous allez à un niveau très profond de votre esprit. Vous êtes consciente.
    Vous avez beaucoup de coeur.

    Pardon, je préfère m'arrêter là, je n'ai aucune certitude. Ce sont juste des intuitions et je ne suis sûr de rien.

    Merci pour ce magnifique exposé qui démontre très clairement que "le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point".

    Posté par Alain Thomas, 22 septembre 2010 à 22:57 | | Répondre
  • Illusion

    Cette illusion, ne devons-nous pas en prendre soin autant que possible, puisqu'elle est le véhicule de notre esprit?
    Prendre soin de soi, c'est aussi un travail, enfin, selon moi...
    Comment peut-on espèrer aider les autres si l'on tombe malade.
    La prière est une énergie fabuleuse dont on a pas encore percé le mystère.
    On ne peut que constater.
    Bien sûr, on ne prie pas pour aller bien soi-même.
    Je sais seulement que pour moi-même, mes amis ont oeuvrer.
    Ceci est une certitude.
    Alors, je me remets au travail, cher Alain...
    Tiens! j'vais commencer par me mettre du "sent bon" Ce matin, je vais faire le taxi car aujourd'hui c'est les grandes manoeuvres en France. Alors on participe. Et que ça saute !!!

    J'aime bien la réfflèxion du Dalai Lama:
    "Etes-vous heureux?"
    "OUI"
    "Comment faites vous?"

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 05:02 | | Répondre
  • A PLV

    Bonjour le catho de service!
    Ô! pardon...
    Le gâteau de service, voulais-je dire bien sûr!
    Sarah! y'vous reste du gâteau?
    J'en prendrais bien un morceau pour la route, ce matin...
    Allez! bonne journée.

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 05:17 | | Répondre
  • Gââââteau !

    J'en ai fait un autre depuis dimanche le premier est rassi !

    Mirabelle ??? !!!

    Moeulleux ...léger ...peu sucré .... !!!!

    Le bonheur est souvent à côté de soi,
    Les petits rien en font parti !

    Bon aujourd'hui journée de galère et en plus cet après-midi je passe une écho ...pffffffffffffff ...comment je vais faire avec la grève ?!!!!!!!!!

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 06:00 | | Répondre
  • Prendre soin de soi

    Bien sûr ma chouette que c'est essentiel de prendre soin de soi.
    Mais que signifie "prendre soin de soi" ?
    Tu crois toi, ma chouette unique et préférée que c'est mettre du "sent bon" ou "faire l'amour" ?
    Ce ne serait pas plutôt se prendre dans ses bras par exemple ou être attentif à ce que nous pensons, disons et faisons ?
    Ce ne serait pas marcher en silence le long d'une berge, sans fard ni maquillage, juste propre, quels que soient les vêtements que l'on porte ?
    Enfin tu vois à peu près quoi ?
    Ne serait-ce pas éviter la vie mondaine, les médisances, prier et méditer et pourquoi pas pour soi-même ?
    Prier pour soi-même est aussi une façon de prendre soin de soi.
    Tomber malade, ne serait-ce pas aussi une expérience de vie riche pour donner aux autres l'amour qu'on n'a jamais vraiment pu leur donner ?
    Bisous ma chouette. Elle est belle la lune ces temps-ci.
    Tu m'avais pas promis de m'emmener sur ton balai ?

    Posté par Alain Thomas, 23 septembre 2010 à 06:46 | | Répondre
  • Ah! tu veux du balai ?!

    Ah! j'ai oublié de te dire que mon balai est à multiples fonctions !

    Dis donc Alain! J'y crois pas...
    A t'entendre tout le monde va croire que je suis une espèce de greluche sur talons hauts qui porte des strings et qui saute sur tout ce qui bouge!
    Non mais défois !!!
    (A part) J'men va te le mater, celui-là aussi...

    Bon! Je dois me reposer ...
    Que c'est harassant de mener les autres au travail !!!

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 09:01 | | Répondre
  • Petite réfflexion...

    Dis Alain, tu crois que le Ciel m'entendrait mieux si je porte des culottes jusqu'au menton???

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 09:13 | | Répondre
  • Guénant !

    @Eve lyne : Il y a aussi la gaine ..très bien ça la gaine ...qui moule bien surtout !!!!!!!...
    Peu importe le fard dont on est paré d'ailleurs je ne suis pas certaine que cela L'intéresse !

    Et puis Edwige est une belle chouette toute blanche !

    @Alain : Tomber malade est d'abord une expérience que l'on vit en soi.

    Car on a tendance à se replier sur soi-même à chercher la ressource.

    Pour mieux repartir..et effectivement être ouvert aux autres..pendant et..surtout après...

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 09:26 | | Répondre
  • T'es la plus belle

    Mais tu sais pas encore que le ciel se trouve à l'intérieur.
    Tu peux porter des culottes jusqu'en bas des pieds ça ne changera rien.
    Tes culottes, elles sont vides, enfin ... presque mais bon, on va pas épiloguer la-dessus.
    Je veux dire vides d'existence.
    Si tu veux te faire entendre, c'est pas par tes culottes si tu sens ce que je veux dire ... euh ... sens est peut-être pas le bon mot, enfin son homonyme si.
    Le sens de tout ça, c'est que le ciel est en toi, que tout ce qui apparait à tes yeux est le monde que nous avons construit avec nos pensées et qu'aussi merveilleux ou horrible soit-il, il n'est qu'illusion.
    Hein !

    Bon ! Puis, comme toute sorcière qui se respecte, si tu portes des culottes jusqu'au menton, on verra plus tes poils ... ceux du menton pardi pas les autres vinsou.
    J'ai jamais dit que tu sautais tout ce qui bouge, t'es pas une puce tout de même, quoique les poils au menton d'une sorcière, ça gratte aussi.
    Bon, j'm'en fous moi, ça m'est égal, j't'aime comme tu es, avec des poils, des culottes jusqu'au menton et un balai multi-fonctions.De toute façon, t'es la plus belle alors !

    Posté par Alain Thomas, 23 septembre 2010 à 09:34 | | Répondre
  • Carcans!

    Ma chère Sarah, je suppose que vous vouliez parler de guépières bien sûr...
    Bon! on fait gaffe à ce qu'on dit (à cause du Daniel) faudrait pas que toutes les filles de Madame Claude lui tombe dessus...

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 09:38 | | Répondre
  • Ouich !

    Oui vous avez raison !
    Cela serait pour lui un véritable guépier !

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 09:55 | | Répondre
  • Silence

    Revenons aux choses sérieuses:
    Ca vous inquiète pas le silence de Marie?!
    Et Nemrod!
    Pour José, c'est pas pareil...
    On sait que c'est un ermite où un hermite, je ne sait plus lequel des deux...

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 10:09 | | Répondre
  • Repos ..

    Nemrod : se repose ...

    Quand à Bernard ..bah je ne sais !

    Bon allez j'm'va bosser à demain les "djeun's" !!

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 10:27 | | Répondre
  • A Alain

    Alain t'es faché ?

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 15:44 | | Répondre
  • A Sarah

    Pas du tout Sarah.
    J'essaye toujours de t'imaginer et j'arrive pas à voir la forme de ton émanantion.
    C'est marrant je t'imagine pas grande et plutôt menue. Or, comme tu manges des gâteaux du matin au soir, je dois me planter sévère.
    A part ça, je souris toujours quand je te lis parce que je commence à bien te connaître, surtout depuis que tu n'écris plus sous un autre pseudo ..... aie !

    Allez, pardon, fais pas la tête c'était pour rire. Tu veux un câlin ? J't'en fais un gros avec de gros bisous.
    Que veux-tu, t'es ma p'tite Sarah maintenant !Tu vois, je dis "ma p'tite". C'est bizarre non ?

    Posté par Alain Thomas, 23 septembre 2010 à 16:16 | | Répondre
  • ???

    C'est drôle ce que tu dis Alain...
    Quand je lis Sarah, c'est une voix que j'entends.
    Décrire celà est difficile.
    La voix est voilée on dirait.
    Pas enrouée, mais quelque chose comme ça.
    En tout cas, extrèmement chaleureuse...

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 16:27 | | Répondre
  • En tout cas au téléphone, on me dit que j'ai ce genre de voix c'est vrai.
    Bon, on va pas tomber amoureux quand même hein ?

    Posté par Alain Thomas, 23 septembre 2010 à 16:30 | | Répondre
  • La voix de Sarah

    Alain, je parle de la voix de Sarah!

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 16:35 | | Répondre
  • Précision

    Enfin... Je dirais que la voix est chaleureuse à mon égard.
    Ce détail est sans doute un plus.

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 16:44 | | Répondre
  • C'est bien t'entends des voix. C'est quand même plus sympa que de rien entendre du tout hein ? Ca doit tenir compagnie, quoique c'est difficile de garder le silence dans ce cas-là, ma chouette non ?

    Posté par Alain Thomas, 23 septembre 2010 à 16:52 | | Répondre
  • La voix

    Comprends Alain: Dans mon oreille, à la lecture de Sarah, je la sent tout près, si près que je peux sentir que c'est elle sans la voir.
    Si c'est du chinois, tu me le dit!

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 16:59 | | Répondre
  • Alain/Eve lyne

    Je suis menue effectivement avec de gros os...au régime enfin j'essaie !!!...mais les gâteaux c'est trop bon !

    Je me suis vachement restreinte ..et les médocs que je prends me coupe l'apétit donc...je vais bien finir par maigrir ...j'y crois encore !!!!!.

    Pas très grande 1m68..razmotte quoi !

    Quand on nous voit la famille réunit cela fait un peu les Daltons : Mon père, Ma soeur, Moi, Ma mère !

    Non je ris souvent aussi en te lisant surtout là !

    @Eve lyne : j'ignore le son que peux avoir ma voix. J'ai la même voix que ma mère et ma soeur.
    Ce qui fait qu'un jour ma soeur s'est fait passé pour moi au tel avec mon ex... !!!

    Tout ce que je peux dire de ce que l'on m'a dit c'est que parfois en fonction de mon intonation de voix on a l'impression de parler à la messagerie rose !!!!!!

    Eve lyne ce que vous dites n'est pas du chinois, moi-même quand je vous lis j'entends la voix.

    Eve lyne vous avez une voix chantante gaie

    Alain : une voix basse peut-être rauque..en tout cas elle a l'air d'être chaude..je parle de la voix... là !!!

    Assez grand, sportif peu être, très joueur joueur sur le terrain mais dans le dialogue aussi.Mais je me trompe peut-être !

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 19:11 | | Répondre
  • Bien vu! Sarah

    Pour ma voix, c'est tout à fait ça !
    1m68 c'est moi aussi, plus les talons, çà fait déjà bien au-dessus de la moyenne.
    Donc, Sarah vous comprenez bien le ressenti qui passe, je dirais même le contact direct.
    Parfois, celà peut être fort désagréable, mais toujours trés éloquant.
    On se trompe rarement au final. On peut faire confiance à ce qui nous arrive à l'oreille...

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 19:30 | | Répondre
  • Ajout

    Elle est toujours chaleureuse avec chacun de vous...sauf quand je rouspète ..là la voix est plutôt sèche ..je peux pas la décrire celle là.

    Ex : la dernière fois à la caisse de mon magasin..et pourtant je n'etais pas en colère ni enervée seulement attérée par ce que je voyais...

    Je suis allée à la caisse principale et d'un ton sec j'ai demandé quelqu'un pour aider la caisière.

    Le gars est arrivé puis allait repartir.

    Je l'ai regardé et je lui ai demandé où il allait toujours avec le même ton..puis j'ai eu une discussion avec lui. Il a finit par intervenir pour aider la caisière.

    Au final j'ai réussi à payer mes courses mais le monsieur a côté de moi qui lui n'a pas réagi bah il est resté sans pouvoir payer...

    Ce que j'ignorais c'est que ma coiffeuse a assisté à la scène. Quand elle a vu mon père, elle lui a tout raconté.... !!!

    Cela a fait bcp rire mon père..

    Eh oui tel père...telle fille !!!!!!! (mais en plus cool !)

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 19:32 | | Répondre
  • Formulation

    Les formulations aident bcp aussi Eve lyne.
    Elles nous aident à ressentir bcp de choses.

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 19:33 | | Répondre
  • Travail

    L'écriture est un vrai travail pour se faire comprendre, je fais de gros efforts, surtout avec l'ordi.

    Posté par Eve Lyne, 23 septembre 2010 à 19:50 | | Répondre
  • Difficile

    Oui c'est vrai.

    Il est parfois difficile de faire passer un message parfois on pense que la formulation est bonne et on se plante littérallement.

    Ce qui peut aider c'est le relire à haute voix. On supprime alors un passage en se disant non.

    Posté par Sarah, 23 septembre 2010 à 20:31 | | Répondre
  • Les voix

    Alain, là,je te pillerais bien! car le ton de ton post est un chouia sarcastique...
    Je n'imagine pas que tu puisses douter de ces phénomènes de la nature.
    Ce n'est pas parceque tes tuyauteries sont obstruées que celà n'éxiste pas!
    Si tu savais ce que ça rend service d'entendre les pensées des gens!
    Générallement, c'est la négativité qui me saute dessus comme une puce, ou bien les appels de détresse. Longtemps, j'ai cru que c'était moi qui était mauvaise. Mais, avec le temps et l'expérience, je sais que je peux me fier à ce que j'entends.
    Bon, sur ce, je t'envoie une poignée d'oursins sous ta couette, ça t'apprendra ...!

    Posté par Eve Lyne, 24 septembre 2010 à 05:27 | | Répondre
  • Hihi !

    @Eve lyne : je croyais que les oursins c'est pour le Rat qui passe !!! (rapace..oui je sais elle vole bas !)

    @Alain : Ce que j'apprécie chez toi...c'est ta faculté à chercher au delà du caractère des personnes ..tu cherches à les connaître...
    Ce qui fait qu'on se sent plus libre pour te parler.
    C'est rare d'avoir affaire à des personnes qui ne se borne pas seulement aux actions mais qui essayer de connaitre l'ensemble de l'individu.
    Qui ne tranche pas radicalement sur une action mais qui accorde le bénéfice du doute...
    Petite bise pour toi.

    Posté par Sarah, 24 septembre 2010 à 07:52 | | Répondre
  • Les filles

    @Eve Lyne
    Tu sais parfaitement que les choses dont tu parles relèvent pour moi de l'ordinaire. Je veux dire qu'il n'y a rien d'extraordinaire à communiquer en esprit. Je crois l'avoir souvent fait comprendre sur ce blog d'ailleurs. Alors ou tu provoques (ce que je pense) ou tu ...
    Je t'envoie pleins de sourires sous ta couette

    @Sarah
    C'est vrai, j'aime les relations humaines à condition qu'elles ne soient pas superficielles. Pour cela, je n'hésite pas à provoquer ou même à me contredire pour faire entrer les autres plus profondément en eux-mêmes. Cela a toujours été ainsi dans cette vie.
    Je suis content que tu me dises ça parce que toi, tu as une bonne marge de progression dans ce domaine. J'te provoque bien sûr ... quoique (hi hi).
    Tu sais, le plus important dans l'acte d'amour, c'est l'écoute attentive. Et ça, c'est valable dans tous les domaines. Ensuite, cela ouvre les portes de l'action pour aider l'autre, en l'amenant dans la direction qui lui permettra de s'ouvrir à lui-même. L'acte d'amour ne consiste pas à diriger l'autre ou à l'orienter mais à lui permettre de s'ouvrir pour ensuite le laisser être.
    Cela n'empêche pas de répondre aux questions qu'il pose en émettant ses opinions personnelles, non pas pour qu'il les épouse mais plutôt pour qu'il s'en serve (pour son évolution).
    On peut très simplement ainsi permettre aux autres de franchir des paliers supplémentaires.
    Attention !
    Un palier n'est pas une étape pour atteindre quoi que ce soit.
    Un palier est une entrée en soi encore plus profonde, comme un nettoyage.
    Ceci dit, j'te fais un gros poutou.

    Posté par Alain Thomas, 24 septembre 2010 à 15:21 | | Répondre
  • intermittence

    Oui Alain tu as tout à fait raison.

    J'avoue que j'ai tendance à diriger mais c'est pas pour empêcher l'autre d'exister mais pour l'aider..je m'y prends mal c'est tout !!!...

    C'est le fait de vouloir tant d'aider qui fait que je suis directive et qu'inconsciemment j'impose...

    C'est une déformation professionnelle et personnelle.

    On m'a toujours responsabilisé sur bien des choses me concernant ou concernant des tiers ..que j'ai tendance à prendre les choses en "main".

    Contrairement à ce que l'on peut croire l'écoute existe ...mais effectivement au lieu de émettre un avis sans être directif je prends les commandes....!!!

    C'est en soi un mauvais acte d'amour si on part de ton raisonnement. Pour moi il est différent.

    C'est une forme d'acte d'amour mal présenté.

    t'i poutou !!

    Posté par Sarah, 24 septembre 2010 à 16:07 | | Répondre
  • Un plus

    Dis Alain tu ne peux pas le dire comme ça à mon médecin traitant ..hein dis...

    Parce que ce matin, lui n'a pas eu un acte d'amour vis à vis de moi...

    Comme dit mon autre médecin ..une femme c'est pas seulement des ovaires et un utérus !!!!!

    L'avantage avec lui (mon médecin traitant), c'est qu'on est vite fixé...question diplomatie ..il a séché les cours !!!

    Posté par Sarah, 24 septembre 2010 à 16:17 | | Répondre
  • Oops Alain

    Je viens de faire un non acte d'amour.
    J'ai coupé les poils long plein de noeud de mon chat (signe taureau) car cela s'infecte.
    J'aurai du lui donner la brosse et lui montrer...!!!

    Maintenant ..il rouspète !!!!!!!!!

    Posté par Sarah, 24 septembre 2010 à 16:41 | | Répondre
  • A Alain Thomas

    Je ne peux pas ne pas vous répondre. J'ai pris mon temps pour trouver les mots car votre commentaire m'a beaucoup touché. Vous me semblez être un fin psychologue. Et comme le dit très justement Sarah, vous ne vous arrêtez pas aux apparences.
    Certaines de vos intuitions dans votre interprétation sont à vrai dire incroyablement justes. Pour d'autres j'en suis moins sûre.
    Il est vrai que je traîne derrière moi quelques blessures, de ces blessures oui, qui touchent l'affect. Fort heureusement j'ai la chance de pouvoir relativiser.
    Mais nous en sommes tous là, car tous nous sommes saisis par la souffrance. Il y a des blessures légères et de celles particulièrement éprouvantes, qui parfois ne guérissent jamais. Tout dépend ensuite du sens qu'on leur accorde avec le recul.
    L'idéal n'est-il pas de les regarder en face et tenter de comprendre pourquoi elles existent. On n'y arrive pas toujours.
    Quant au fait d'avoir du coeur, je ne sais si j'en ai "beaucoup". J'ai énormément à apprendre sur autrui, sur moi. Ce que je crois par contre, profondément, c'est que chacun d'entre nous a du coeur... Nous avons tous cette faculté extraordinaire que de nous ouvrir au monde et à la vie qui gravite autour de nous.

    Notre vie est un long processus (d'apprentissage) où il nous faut ignorer certains "faits" et nous attarder sur d'autres.
    S'y attarder relève parfois de l'insatisfaction mais aussi d'un besoin permanent de chercher le pourquoi du comment.
    Mais a t'on vraiment besoin de chercher ?
    Peut-être qu'il nous faut accepter les évènements même s'ils sont douloureux. Tout dépend de leur force.
    C'est avec le recul que la douleur finit par nous faire admettre qu'elle nous est "utile" par opposition au bien-être. Oh bien sûr elle n'est jamais agréable, voire supportable à vivre, et comme elle peut anéantir bien des idéaux, bien des projets et des espoirs. Mais tant que nous vivons dans la douleur, notre esprit a du mal à y voir clair. Ce n'est qu'après sa dissolution qu'elle prend toute sa dimension car elle nous permet ainsi de prendre conscience de bien des choses.
    La douleur au fond n'est ni mauvaise ni bonne, son intensité se vit dans l'instant. Elle est du reste propre à chacun. Lorsqu'elle s'éloigne, un nouveau jour apparaît. Un jour emplit d'espérances. Cette douleur qui nous a tant fait souffrir s'étiole au gré du temps, au gré du vent ai-je envie de dire, pour faire place à la douceur et à la joie profonde.
    Elle a inscrit en nous un pouvoir indéniable. Celui de nous rendre compte notamment que les couleurs, toutes les couleurs de la vie nous répondent et nous envoient des signes pour nous amener, nous ramener vers l'équilibre. Celui que l'on n'a jamais eu ou que l'on a perdu. Celui que l'on a tant souhaité voir (re)venir.
    Il nous faut donc le préserver, au quotidien. Le plus dur étant de savoir le maintenir malgré les aléas de la vie.

    Merci Alain, si je puis vous appeler par votre prénom. Je pense, comme Sarah et tous ceux très certainement qui échangent avec vous sur "Les Voies de l'âme" (pardonnez-moi si je ne vous nomme pas) que vous êtes quelqu'un de bien. Votre âme est belle. Vous êtes à l'écoute. Vous devez grandir bien du monde autour de vous.
    Intuition ou certitude ? Je pencherai pour la certitude.

    Posté par Hanami, 24 septembre 2010 à 18:42 | | Répondre
  • A hanami

    Je suis sur votre raisonnement.

    Tout le monde a potentiellement du coeur.

    Les douleurs nous aident à grandir, à évoluer, à faire la part des choses, à savoir donner et retirer, savoir écouter et savoir s'abstenir d'écouter dans certaines circonstances.

    Elles nous enseignent cela lorsqu'elles s'étiolent par le temps par la maturité par le passage au dessus de ce mal être.

    Alors est-ce qu'on est ?

    Pas dans le moment de la douleur trop de question, trop de doutes, trop de reproches.

    On devient être après avoir fait sa résilience c'est à dire après avoir refait le sénario avec nos propres mots, nos propres sentiments.

    A ce moment là on peut se transposer et essayer de comprendre les raisons de la douleur.

    Où est la naissance ?

    C'est comme l'écoute, tout être a un potentiel d'écoute plus ou moins important et chaque être humain a à sa manière un potentiel d'aide vis à vis de l'autre.

    Elle se présente sous toutes ces formes et aucune forme n'est plus ou moins la meilleur elle dépend de l'être et de configuration de l'être.

    Ce que je veux dire que chaque être humain a besoin d'un certain type d'aide parfois plusieurs aides en une.

    Car un être en aide est un être en demande d'écoute, de soutien mais aussi de direction car au moment de la réalisation de sa douleur il est incapable d'agir.

    Trop secoué parce qu'il lui arrive.

    Sa libération viendra lorsqu'il se libéra de son tuteur en estimant qu'il y a ingérence voir "castration"

    Cette ingérence sera considérée comme un manque d'écoute.

    Or l'écoute existe, elle est passée à un autre stade que le tuteur a saisi que le tutoré n'a pas saisi.

    Alain est très doué en psycho..en vrai maître en la manière.

    Enfin, vous avez raison une fois que la souffrance est passée ou s'aperçoit que des choses merveilleuses nous entourent que l'espoir de repartir est possible.

    Posté par Sarah, 24 septembre 2010 à 19:44 | | Répondre
  • Ô les filles !

    Pas trop de louanges...
    Je vois déjà le Alain devant son miroir...
    Lisser sa belle moustache blanchie par les ans...

    Posté par Eve Lyne, 24 septembre 2010 à 20:17 | | Répondre
  • Miroir !

    Ah les belles bachantes ....de face, de profil, de derrière ... !!!
    Attention à la glace... tout de même !

    Posté par Sarah, 24 septembre 2010 à 20:22 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire