Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

17 septembre 2010

Mais qui sommes-nous vraiment?

OMBRE


Il est parfois troublant de se demander qui l'on est vraiment.

J'entends souvent dire : "Il faut être soi-même" . Mais qui est-ce "soi-même" ?

Au cours d'une seule journée, on peut tour à tour éprouver sympathie, pitié, mépris, colère, envie, joie, tristesse, amour, tendresse, indifférence, hostilité, attirance, compassion, orgueil, jalousie, dégoût ....

Alors qui sommes-nous vraiment?

On peut se plaire à penser que l'on est ce que l'on a de meilleur en soi et oublier le reste ... On peut, en des périodes moins favorables, se fustiger et regretter d'être si négatif ...

Mais qui sommes-nous vraiment? Peut-être rien de tout ça ; peut-être tout ça à la fois.

Il y a la tentation de faire le vide, de se retrouver vierge et nu, de n'éprouver plus rien, d'être pur, lavé, purgé, sevré de tous ces sentiments parasites qui collent à la peau.

Et puis très vite, revient la nécessité d'assumer, de reprendre la charge pour mieux l'éliminer, de lutter, de se battre pour arracher ces vieux oripeaux qui nous encombrent.

Avons-nous vraiment le choix?

Karma, quand tu nous tiens!

 

Marie Christine

Posté par DANIEL GENTY à 08:00 - Bazar spirituel - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Mais qui sommes-nous vraiment?

  • Ying et Yang

    Nous sommes tous ça à la fois.

    A la fois le "monstre" qui sommeille en nous, qui peut surgir à n'importe quel moment et à la fois l'"ange" qui n'est que bonté et tendresse.

    Notre vie actuelle est dure que ce soit au travail, dans les relations avec notre entourage, dans notre vie de couple.

    On a du mal à "accepter" les erreurs ou maladresses des autres ; nous vivons dans un monde de stress..cerné de tous les côtés !

    Tout cela combiné, fait que nous sommes toujours sur le point de rupture, qu'il ne faut qu'une étincelle qui en temps normal ne nous ferait pas réagir.

    Alors, toutes les récriminations tombent, nous mêmes nous avons du mal à contrôler les vannes qui s'ouvrent ..le trop plein.

    Nous les assumons par la suite car nous savons que le stade est dépassé.

    C'est comme la pluie après l'orage.

    Ce passage nous montre l'amélioration à faire. Elle ne se fait pas en un jour.

    Nous combattons continuellement nos vieux démons, parfois ils trouvent la porte de sortie, parfois nous arrivons à les maitenir dans leur silence.

    Cela est dur, le combat est personnel et le soutien est collectif.

    Posté par Sofiane, 17 septembre 2010 à 10:07 | | Répondre
  • Qui suis-je ?

    Merci Marie-Christine pour votre prose.

    D'où venons-nous ?
    Qui sommes-nous ?
    Et où allons-nous ?

    Ah cette fameuse trilogie : passé, présent et futur !

    Nous devons bien nous débrouiller de tout celà.
    Puisque le monde, lui, il avance sans état d'âme.

    Je viens de découvrir un article qui analyse assez bien notre société contemporaine :
    http://soleilhiver.blogspot.com/2006/03/spulcres-blanchis-je-ne-vois-pas.html

    Posté par PLV, 17 septembre 2010 à 13:00 | | Répondre
  • correction

    J'aimerai apporté une correction sur ma réflexion c'est pas "dans notre vie de couple" mais "dans la vie du couple".

    Posté par Sofiane, 17 septembre 2010 à 13:26 | | Répondre
  • L'Unité dans la diversité

    Nous sommes toutes ces émotions, tous ces sentiments à la fois, perdus dans les méandres de nos certitudes et nos hésitations. Nous avons peut-être besoin de nous mettre à l'épreuve afin de découvrir une élévation ultime, l'Unité. Cette Unité que chacun au plus profond recherche ardemment.
    Dans ce dédale d'émotions, exprimées ou refoulées, dans cette profusion de sentiments et d'illusions aussi, des indices se dressent et placent en avant la conscience de notre "qui sommes-nous ?".

    Des êtres en quête d'absolu ? Et des enfants sûrement à la recherche de l'objet du désir, tout feu tout flamme, épris de liberté et d'amour, sans concession.
    Alors qu'il nous arrive de refuser cette vérité (si elle en est une ?!) nos expériences de vie se soldent par des échecs, des rejets, des anéantissements qu'ils soient d'ordre individuel ou collectif.

    Qu'y a-t-il au bout du chemin ? La maturité ? Avec ses fruits qui sentent bons la sagesse et l'amour ?
    J'aimerai croire en l'émergence de ces fruits alors que les difficultés restent nombreuses.
    Il m'arrive parfois de penser que nos obstacles proviennent de nos questionnements multiples, de nos recherches profondes inavouées, de nos discours distordus par notre vision du monde, de nos réponses incertaines voire arbitraires. Nous manquons de simplicité. (Ce qui évidemment ne doit pas empêcher les remises en question, bien au contraire).

    La vie est tel un labyrinthe à l'intérieur duquel se détachent plusieurs portes.
    La porte de la peine qui nous apprend à saluer d'un "au revoir" ce qui est perdu.
    La porte de la colère, celle qui nous excède mais qui doit être ouverte afin de comprendre l'adversité et la surmonter.
    La porte de l'envie. Elle est une invitation à nous découvrir et à poursuivre nos efforts dès lors qu'elle est amie de la motivation.
    La porte de la peur. Elle nous freine, nous arrête, nous paralyse ou nous déloge de nos retranchements.
    La porte de l'amour qui nous ouvre au don et au partage. A la compassion.
    Toutes ces portes correspondent à des choix qui peuvent aussi être des passages obligés.
    Derrière chacune d'elle se dessinent des pièces, de grandes pièces à l'intérieur desquelles on y découvre les incertitudes, les décisions, les jugements. Les amertumes et les plaisirs. Les souffrances et les joies. Les souhaits, des plus purs et profonds aux plus déraisonnables. La raison, la folie et le coeur.
    Tout est lié et par-delà ce labyrinthe, il y a l'âme. Elle qui pleure, sommeille, s'ennuie ou grandit. C'est selon.
    Atteindre l'harmonie et vibrer aux détours de nos tourments sont ses desseins. La tâche est ardue, les écueils nombreux. Cependant si la recherche s'accomplit avec attention et discernement, la paix et l'harmonie sont à bout de bras. Là, tout près. Les cueillir reste de l'ordre du possible...
    Au fond, toutes ces portes et ces pièces à travers lesquelles se rejoignent l'ensemble de nos émotions et sentiments mènent au même endroit : le champ de l'âme. Il est tel un champ de blé. Derrière chaque graine, chaque épi, derrière chaque centimètre carré de terre il y a le champ dans son entier qui danse sous le soleil et où se mélangent joyeusement les couleurs, les odeurs, le bruissement du vent dans les épis... Le regard des uns et des autres... C'est le chant de l'Unité.

    Posté par Hanami, 17 septembre 2010 à 14:58 | | Répondre
  • Résumé !

    Hanami vous avez très bien résumé l'âme humaine dans toute sa complexité et sa diversité.

    Tellement de portes qui s'ouvrent et se ferment à volonté au gré des situations.

    Tant d'apprentissage au quotidien qui fait que certaines restent ouvertes alors que d'autres se ferment souvent irrémédiablement.

    C'est grâce à ce concert de claquement de porte que nous savons avancer dans la vie, à apprendre, à comprendre ce qui nous entoure.

    A déterminer que ce qui nous entoure n'est pas toujours conforme à notre attente, à notre idéologie, à l'image que nous en faisons.

    Rien de tout cela, nous devons admettre que pour pouvoir vivre en harmonie il faut savoir nous adapter.

    Accepter que nous sommes différents des autres personnes que nous côtoyons mais que nous ne sommes pas pour autant infréquentables.

    Arrêter de croire qu'il faut être conforme à un certain idéal d'être.

    Que nous avons tous nos petits travers grands ou petits mais qu'il ne doivent pas cacher l'être humain dans sa caractéristique à savoir : son amour pour son prochain, sa faculté de savoir pardonner, sa factulté d'aider, de tendre la main, de secourir, d'être l'abnégation même par devoir ou par amour, sa faculté d'aimer malgré tout.

    Que les colères, les départs, les rejets sont autant de comportement en réaction à des incompréhensions.

    Qu'il faut admettre que nous-mêmes nous sommes sujets à ces travers et qu'à notre tour nous sommes potentiellement "rejetables" car non conforme à la "norme établie".(oui j'aime bien ce terme en ce moment c'est le MOT dans ma boîte !!!)

    Qu'il faut savoir prendre l'être dans son ensemble et non pas la partie qui nous intéresse.

    Qu'il faut savoir que l'être travaille sans cesse au gré de ses "maladresses" à sa propre amélioration et qu'il faut savoir lui donner sa chance comme il aimerait que l'on la lui donne.

    En partant de ce postulat, nous sommes plus ouvert aux autres, nous sommes plus à même de comprendre ses actions, ou ses folies et donc être prêt à l'unité.

    Posté par Sofiane, 17 septembre 2010 à 15:24 | | Répondre
  • Ah Marie !

    Cela fait plaisir de te lire à nouveau.
    Ce thème m'est si cher que je ne peux pas résister.
    Cependant, je vais aller un peu plus loin que d'habitude, pour exprimer mes connaissances sur ce sujet.

    Notre personnalité, notre identité sont illusoires. Elles n'ont pas d'existence propre.
    Nous sommes les nuages dans le ciel ou les vagues dans l'océan. Nous faisons illusion un instant mais nous ne faisons que passer.
    Comme le ciel devient clair et immaculé lorsque les nuages disparaissent ; comme les vagues, lorsqu'elles s'échouent sur le sable redeviennent eau ; nous sommes, entre notre naissance et notre mort, comme des nuages ou des vagues, une illusion d'optique de notre conscience.

    Seule la Base est immuable, non née et dont rien ne peut causer la mort.
    Il n'y a pas d'aboutissement ni de bout de chemin. Il n'y a pas non plus d'effort à fournir. Cette Sagesse née d'elle-même est libre de tous les concepts, libre des attachements et de l'aversion.
    Elle est si simple que nous ne la comprenons pas. Elle est si proche que nous ne la voyons pas.
    Nous n'avons pas besoin de chercher.
    Abandonnons nos désirs et nos envies ; ne choisissons pas entre l'or et le caillou, le papier monnaie et une feuille de papier ; pensons à ceux qui ne mangent pas à leur faim et offrons-leur notre nourriture !

    Et nous serons ... vraiment.

    Posté par Alain Thomas, 17 septembre 2010 à 20:15 | | Répondre
  • Les pseudos

    Ce sujet est si passionnant ...
    Il y a tant à écrire.
    Afin de se rapprocher le plus possible de notre vraie nature immuable, qui est la même pour Tout (et pour tous), l'une des conditions premières est la Transparence.
    Comment pouvons-nous rejoindre notre Base sans la Transparence ?

    Une citation :
    "Pour vivre heureux, vivons cachés"
    Oui ! Cette citation est sujette à interprétation.
    Être heureux c'est quoi ?... vraiment ...
    Vivre caché c'est quoi ?

    Être Transparent, c'est se rapprocher de notre vraie nature pour dissiper les voiles de ce que nous sommes vraiment ... notre vraie nature ... immuable.

    Voyez-vous, lorsque je parviens à éliminer tous mes secrets les plus inavouables, je me rapproche de ma vraie nature.
    Alors vous pensez bien que je suis loin d'être totalement transparent. Et vous ?

    Ici, il n'y a aucun jugement.
    Il y a simplement la capacité ou non à dévoiler tout ce qui nous semble inavouable, en pleine conscience.
    Car en pleine conscience, sommes-nous vraiment Transparent ?
    Je veux dire que sommes-nous conscients de toutes nos pensées, nos paroles et nos actes ?
    Je ne pense pas mais bon ... ça n'engage que "moi".

    Pour être conscient de cela, il faudrait avoir une Vue juste.
    Qui peut dire qu'il a une Vue juste ?

    Ah !

    J'ai une vue juste, tu as une vue juste, il a une vue juste ...

    Bof !

    Si nous avons une certitude, nous excluons tout être animé "qui aurait une vue différente".

    NON.

    Nous ne pouvons exclure personne.
    A la limite, nous pouvons nous exclure nous-mêmes. Nous n'affirmerons donc rien.

    Voilà ! Nous arrivons au Doute. Le Doute, c'est comme la Foi ..........................

    Je veux dire que ceux qui savent ont des certitudes, autant que ceux qui ne savent pas. Je veux dire qu'il y a des êtres positifs et négatifs dans toutes les Voies, mais que nous ne savons pas vraiment, que quelque chose nous dépasse, que c'est inéluctable, sinon nous ne vivrions pas.

    Alors les pseudos, laissez tomber s'il vous plaît !
    Je crois qu'il est temps pour chacun d'entre nous de former une équipe, une vraie, avec notre Transparence.
    Solennellement, je demande à chacun d'entre vous, qui vous exprimez sur ce blog si riche et fraternel, de signer vos posts par ce que vous voudrez, à condition que ce soit jamais un pseudo différent de ce que vous avez signé la première fois.

    S'il vous plaît !

    Posté par Alain Thomas, 17 septembre 2010 à 20:58 | | Répondre
  • Qui sommes-nous?

    Quand nous naissons on est. On est simplement. On vit pleinement. C'est ça "moi"
    En grandissant j'ai accumulé tout ce qui n'est pas moi, et j'ai cru que c'était moi.
    Et là je suis prise, je me débats avec ce que j'ai accumulé qui n'est pas moi et je cherche ce "moi".
    Fausse recherche car le "moi" est toujours là, il ne m'a pas quitté mais je me perds à le chercher croyant qu'il n'est plus là.
    Ma recherche est vaine. Je tourne en rond dans les dédales de l'émotion, de la rationalisation, de l'illusion et le pire c'est que je me crois dans ces moments-là.
    Pourtant, mon "moi" "mon être" est resté intact tout au long de ma recherche.
    Bang! il arrive un événement heureux ou malheureux, une rencontre, peu importe quoi et je me retrouve avec "moi" à nouveau.
    Dans ces moments-là je sais, je reconnais, j'apprécie que "moi" est toujours là et que c'est si simple d'être avec lui.
    Rien n'est plus près de moi que "moi".
    C'est le parcours de ma vie qui me tiens le plus à coeur : Rester avec "moi". Et c'est le seul moyen pour reconnaître le "moi" en chacun.

    Posté par maty, 18 septembre 2010 à 03:34 | | Répondre
  • Certitude ?

    Excellent Maty !

    Notre renaissance est cause d'un karma révélant notre incapacité à nous éveiller. Alors on peut parler d'un "moi" dans ce sens-là.

    Cependant, lorsque nous aurons atteint l'Eveil, nous ne reviendrons plus sous cette forme et serons tous confondus dans le Tout. Ainsi, nous ne pourrons plus parler du "moi" mais du "soi", indivisible et non séparé.

    Ah !

    Affirmerais-je une certitude ?

    Pas vraiment car je n'ai aucune preuve. C'est une conviction profonde née des enseignements qui me paraissent les plus plausibles.

    Je n'oublie jamais que quelque chose me dépasse et me fait courber la tête.
    Ici, je pense au Divin et au Sacré qui résident en chacun de nous.

    Posté par Alain Thomas, 18 septembre 2010 à 05:48 | | Répondre
  • A Alain Thomas sur "Les pseudos"

    Je souhaite vous raconter une petite histoire qui remonte à ce matin ! Je vous la livre car elle est importante à mes yeux, même si elle peut en faire sourire quelques-uns.
    A 9h ce matin, je lisais votre commentaire intitulé "Les pseudos". Je l'ai lu et relu à plusieurs reprises. L'émotion me gagnait, m'aveuglait devrais-je dire tant je me sentais concernée. Pardonnez-moi mais vous êtes venu percutez mon égo !
    J'en arrivais à la conclusion hâtive que vous "attaquiez" ceux qui signaient d'un pseudo, voire de plusieurs. Je ne comprenais pas car à mes yeux vous ne l'acceptiez pas. Ainsi je me suis senti(e-?) "agressée" dans mon amour-propre, et incomprise lors de mon intervention sur "Mais qui sommes-nous vraiment ?", notamment face à ma sincérité.
    Je décidais donc de vous répondre avec l'intention de remettre les choses à leur place. Après tout, me disais-je, qui a le droit de donner des leçons ? Qui a le droit de ME donner une leçon ?! (C'est ainsi que je dois le dire). Je sais maintenant que c'était juste une information (pour qui veut bien l'ap-prendre).
    J'expliquais dans ma réponse le pourquoi du "pseudo" puis la "véracité" de mes propos quant à leur sincérité. Je terminais ensuite, allègrement, sur le fait que nous sommes tous logés à la même enseigne et que nous devrions tous faire preuve d'humilité, de tolérance et d'acceptation, sans pour cela se soumettre. (Qui suis-je en effet pour me permettre d'énoncer de telles choses ?).

    En réalité et sans le savoir, j'expérimentais ce que j'évoquais, à tort, imbue de moi-même et aveuglée.
    Quatre heures plus tard, après mes occupations du moment, je retournais sur votre commentaire. Je décidais de le relire et découvrais alors mon erreur. Elle était tellement énorme. J'en étais désolée.
    Je m'apercevais que je ne pouvais y donner suite car mon message sortait du contexte de votre commentaire. Je me rendais compte que je m'étais vraiment trompée sur vos propos quant à la "Transparence", celle à laquelle on devrait répondre en toute humilité. Je vous prêtais des intentions qui n'étaient pas vôtres. J'abandonnais alors toute idée de répliquer et me posais pour réfléchir.
    Qu'allais-je faire ? Entamer un échange (si tant soit peu il en était un) qui n'avait pas lieu d'être. Blesser peut-être sous pretexte de se sentir dévalorisée. Offenser quelqu'un (sans agressivité mais avec une pointe d'ironie) qui n'était pas concerné par ce que je pensais.

    Cela dit, cette réaction quelque peu disproportionnée, illusoire devrais-je dire, s'est déjà produite ici (en ce qui me concerne j'entends) à deux ou trois reprises, et ailleurs en d'autres lieux.
    Alors ? Serais-je parano ? Je ne crois pas (j'ai la chance d'être relativement équilibrée). Mais peut-être que vous êtes un magicien ?
    Ni l'un ni l'autre, allez-vous me dire ?!
    Je me suis laissée embarquer par mon égo. Allez savoir pourquoi ?
    Je me suis laissée emberlificoter par mes certitudes, mes illusions, mes perceptions (erronées) que je croyais sincères.
    Je ne crois pas être la seule dans ce cas-là. Nous entrons souvent sans le vouloir dans ce jeu illusoire. C'est ainsi que les discordes, les mésententes naissent. Toutes nos émotions, nos sentiments partent de là et sont la cause de bien des problèmes. C'est regrettable. Et comme vous avez raison, la "Transparence" est nécessaire. Elle est somme toute, peu évidente au départ car elle est perçue de manière différente, en fonction des uns et des autres. Peut-être parce que nous manquons de simplicité.
    Merci en tout cas ! Je viens encore de découvrir quelque chose d'important !

    Pour info : Hanami est mon seul et unique pseudo. Pourquoi un pseudo ?
    C'est un moyen de se préserver. La préservation de soi n'est-elle pas issue d'une peur ancestrale ? S'en détacher n'est pas si évident.
    C'est aussi le pseudo que j'utilise sur mon blog (ozalee.canalblog.com)

    Merci à vous ! Merci à tous !
    Muriel

    Posté par Hanami, 18 septembre 2010 à 18:36 | | Répondre
  • Chère Hanami

    Et si je vous disais qu'à aucun moment, je n'ai pensé à vous lorsque j'ai écrit ce post.
    Je vais vous dire pourquoi.
    Ce n'est pas le fait d'écrire sous un pseudo qui m'est désagréable. Je le dis clairement à la fin de mon post :
    "signer vos posts par ce que vous voudrez, à condition que ce "ne" soit jamais un pseudo différent de ce que vous avez signé la première fois".
    Si Hanami signe Hanami dès son premier post, comme PLV signe PLV, cela ne pose pas de problèmes pour moi.
    Par contre si Hanami signe autre chose qu'Hanami pour détourner l'attention, cela n'est pas correct dans le sens du blog "Les voies de l'âme : les chercheurs sur le chemin de l'évolution spirituelle"
    Il est vrai que pour la Transparence, dès le début de mes interventions qui remontent à février 2009, j'ai donné mon prénom, mon nom, mon âge, ma profession, mon adresse, mon mail, mon numéro de téléphone portable et je peux encore dire plein de choses que je n'ai pas dites.
    Cela ne veut pas dire que je donne une leçon bien sûr et je vois que vous avez réalisé cela.

    Cela signifie que si nous voulons avancer sur notre chemin et découvrir notre vraie nature, cela passe par la Transparence la plus totale et je suis loin d'être transparent car qui n'a pas de choses inavouables dans un coin de son coeur (esprit) ?

    Hanami, j'apprécie vraiment vos interventions. Elles sont remarquables et je souhaite sincèrement que vous continuiez à écrire.

    En réalité, je sais exactement qui écrit sous tel ou tel pseudo et qui se cache donc derrière plusieurs pseudos. J'avoue que cela ne va pas dans le sens du blog et surtout ce n'est pas bon pour celui ou celle qui s'exprime ainsi et cela me fait de la peine.

    Mon seul but en écrivant ce post sur les pseudos est de permettre à celui ou celle qui s'exprime ainsi de réaliser qu'il cultive plus son égo qu'il ne le combat.

    Une belle nuit à vous.

    Posté par Alain Thomas, 19 septembre 2010 à 00:30 | | Répondre
  • Combat ?

    Ah Alain quel jugement que voilà !

    Je doute cultiver mon égo mais plutôt écrire un texte ou m'exprimer sous un autre pseudo par envie.


    Si on est là pour parler des pseudo qui a signé sous le pseudo Zacharie le texte de Zacharie "les vieilles filles"...cela serait sympa de le savoir.

    Tu vois l'utilisation de plusieurs pseudo n'est pas désagréable en soi car comme tu le dis on sait qui parle mais où il devient dangereux c'est lorsqu'il est signé pour citer un texte ou formuler une sensation, un "sentiment".

    Ce que je veux dire par là c'est que lorsque nous écrivons nous n'entendons pas la personne et nous ignorons si il s'agit d'une plaisanterie ou d'une phrase sérieuse cela est source d'incompréhension et peut générer une sitation de tension.

    Lorsque nous utilisons un autre pseudo pour nous exprimer sur le sujet ou réagir à une intervention dans la mesure où on reconnait le style d'écriture c'est pas gênant pour moi cela dit.... mais où je trouve que cela est génant c'est lorsque l'on veut dire autre chose et que l'on emploi un autre pseudo pour l'exprimer.

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 09:14 | | Répondre
  • Grain de sel

    A propos des pseudos, je souhaiterai donner mon avis car je me sens concerné puisqu'il s'agit de mon blog que vous animez tous, d'ailleurs, à merveille et j'apprécie.....Continuons donc à cheminer ensemble...

    Tout d'abord chacun est libre de faire ce qu'il veut mais, pour ma part, je rejoins les propos d'Alain dont je partage l'avis sur la question. Écrire toujours sous le même pseudo, oui...Pourquoi pas. Il n'y a rien de choquant puisque la référence sera toujours la même. Pour ce qui me concerne, j'écris toujours sous mon vrai nom ou prénom parce que, ce que je dis, je souhaite que cela me soit vraiment attribué. Je n'ai pas envie de déplacer le curseur. Je trouve que le lien entre moi et mon expression est ainsi bien réel. Une logique en quelque sorte...
    Par contre utiliser plusieurs pseudos pour s'exprimer ne me paraît pas très juste. Je pense que la communication est alors faussée.
    Bon chacun voit midi à sa porte et cela ne m'empêchera pas de dormir. Mais enfin....essayons d'être authentique.

    Posté par Daniel, 19 septembre 2010 à 09:49 | | Répondre
  • Pourquoi pas ?

    Daniel vous avez sans doute raison.

    Mais n'y voyez aucune défense quelconque ..j'estime que pour certain cela est une "sauvegarde" de s'exprimer sous un autre pseudo.

    Est-ce à dire qu'il fausse l'intervention ?

    Non je ne pense pas ..

    Mais les pseudos : fleurette, Zacharie ...sont des pseudos utilisés pour une autre utilisaton que celle d'intervention sur un sujet et ceux là à mon avis sont à bannir car sujet à interprétation, car sujet à supposition et enfin à conflit.

    Un compromis est parfois utile..rien n'est jamais tout blanc ou tout noir (oui oui c'est moi qui dis cela !!!)

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 10:18 | | Répondre
  • Lumière

    Bien vu! Daniel...
    La responsabilité d'un blog exige au moins de décliner son identité.
    Pour les pseudos, c'est plus complexe...
    C'est une expérience...
    C'est peut-être aussi la volonté de ne pas faire de raccolage pour sa paroisse...
    L'anonymat a du bon aussi...
    Enfin! il y a tant et tant...
    Il en va de même pour la transparence...
    A condition de ne pas violer l'espace psychique de quelqu'un d'autre et d'attenter à son libre arbitre. Dans la transparence, on est rarement impliquer tout seul.
    Ma chère Sarah, pour Zacharie...
    J'ai bien ri...
    Je lui ai répondu par du Zacharie, et là,
    j'avais toutes mes dents (sourire)
    Mais bon... On a coupé le sifflet à la vieille chouette...Dommage!


    Le développement personnel, pourvu que ça touche pas à mon porte-monnaie...( ma tire-lire elle est pour les urgences) et seul, Dieu sait que je suis pauvre.

    Allez! bon dimanche à tous.

    Eve Lyne

    Posté par Lucie, 19 septembre 2010 à 10:40 | | Répondre
  • Bonjour Sarah

    Chère Sarah, ce qui est important, me semble-t-il, c'est que celui qui s'exprime le fasse avec son coeur, en toute transparence car ce sera le moyen, comme le dit Daniel, d'être authentique.
    C'est important car cela permet d'évoluer ensemble sur le chemin de la spritualité, dissipant le plus possible les voiles obscurcissants.
    Ici, sur ce blog, il s'agit d'identifier ce que nous sommes vraiment, un joyau indestructible, une goutte essentielle dont la Source est sacrée.

    Posté par Alain Thomas, 19 septembre 2010 à 10:42 | | Répondre
  • Transparent !

    @Eve lyne : oui j'ai vu que vous aviez été muselée..j'avais lu votre texte en réponse !!!


    @Alain : Bonjour Alain,

    La transparence vient des mots que l'on dit.

    Comme tu le dis si bien on sait qui parle malgré le changement de pseudo car comme les empreintes digitales nous avons notre empreinte stylistique ou patte d'écriture (comme Goldman j'arrive toujours à savoir si il a écrit le texte ou pas !!!...mais c'est aussi parce que j'adore !)

    Donc que l'on intervienne sur le sujet sur un autre pseudo en traitant du sujet nous savons qui sait ...

    Par contre lorsque on intervient pour un autre sujet il est important de le faire sur son pseudo car on peut se poser des questions...et le danger découle de là..nous interprétons...

    Pour ma part, comme je l'ai dit à Daniel, même si il prévaut la transparence car le coeur parle dans certains cas et pour certaines personnes, laissons-les.

    Si ils se sentent plus à l'aise et peuvent s'exprimer plus facilement avec le coeur alors soit..on peut appeler ça de la peur, de la non transparence ou on peut appeler de la pudeur ..comme on veut.

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 11:53 | | Répondre
  • DANGER !!!???

    Mais Sarah il n'y a pas de jugement ici, bien au contraire. Nous échangeons dans le seul but d'évoluer ensemble.
    Parfois, on peut faire de la provoc comme on met une gifle parce que c'est un réflexe thérapeutique.

    Regarde :

    Tu dis :
    "Par contre lorsque on intervient pour un autre sujet il est important de le faire sur son pseudo car on peut se poser des questions...et le danger découle de là..nous interprétons..."

    DANGER ?!?!

    Mais de quel DANGER parles-tu ?

    Ici, il ne peut y avoir de danger. Il n'y a que des opinions fraternelles.
    Même si elles sont différentes, le but est bien qu'elles convergent, quelles que soient nos religions ou nos visions.

    La Transparence, justement, élude le danger, la peur. Et je la revendique non pas comme un jugement pour ou contre mais, comme l'a très bien compris Hanami, comme un soin que je tente de prodiguer vers tous ceux que j'aime ici, c'est-à-dire tous, sans exception.

    Grosses bises à toi

    Posté par Alain Thomas, 19 septembre 2010 à 13:34 | | Répondre
  • Oui Danger !

    Danger d'incompréhension.

    Regarde la personne qui a cité le texte de Zacharie sans aucun mot sans rien.

    Que voulait-il ou elle dire ? Est-ce que cela a un sens ?

    Comment doit-on le comprendre ? Est-ce pour dire quelque chose de manière détournée ou une simple envie de citer un texte ?

    Si on veut de la transparence alors il faut aussi lorsqu'on cite un texte sous un autre pseudo de mettre un texte....enfin je dis ça je dis rien !!!!

    La transparence effectivement élude toute peur et donc tout danger mais j'estime pour ma part que l'on peut par pudeur ou pour tout autre raison ne pas poster sous son pseudo dans une intervention en rapport avec le texte ..et comme on sait qui s'est ; la transparence demeure.

    Il n'est pas souvent bon d'imposer une attitude ou une manière d'être..elle vient petit à petit.

    Laissons ceux qui par moment préfèrent poster sous un autre pseudo pour des raisons qui sont les leurs ..ils évolueront petit à petit....

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 13:48 | | Répondre
  • Ah j'oubliais

    Grosses bises à toi aussi.

    Bon je ne vais pas tarder à partir ...journée du patrimoine...

    Hier j'ai découvert l'Eglise de ma ville...bah ...faut aimer !!!...hmm je ne peux pas décrire ce j'ai ressentie !!

    Et puis là je vais faire un ch'ti parcours ...saviez-vous que ma ville a accueilli Bossuet, Mme Recamier, Mme de Stael, Jean Jacques Rousseau, son éditeur était dans la rue de Paris.., Edith Warthon, Paul Eluard et Sa femme Gala, Max Ernst que Paul Eluard a aidé à quitter l'allemagne en lui donnant son passeport...en l'aidant à avoir des faux papiers et se faire appeler ainsi Jean Paris..

    Que le Prince Vencelas du Lichtenshein demeure dans ma ville ..et j'ai fréquenté son CES ouahhhhhhhhhhhhhhh !!!!!!!!!! LOL !!!!!!!!!!!!

    Etonnant que si petite ville aie une si grande histoire !!!

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 13:56 | | Répondre
  • Sarah! aidez-moi...

    Je ne trouve plus les vieilles filles...
    On dirait qu'elles ont disparu ...Aussi
    Ben! dites donc, y'a du beau monde par chez vous !
    C'est comme chez moi, qu'est-ce qu'il y a comme Lumières!!!

    Posté par Eve Lyne, 19 septembre 2010 à 20:01 | | Répondre
  • Oui je sais

    Oui je sais je l'ai cherché mais pas trouvé..bah alors ... Daniel ... !!!!! lol
    Ah ces femmes et leurs mémoires si elles pouvaient oublier !!!!!

    Eve lyne si toutes ces illuminations pouvaient aider le monde !

    Je suis dégoutée..j'étais entrain de faire le résumé avec des photos sur mon blog est tout est parti...je ne recommence pas..j'attendrai le 3 oct date de la suite de la visite..

    Tenez pour vous je vous mets en ligne la maison de Paul Eluard...en ruine (oui elle ne paie pas de mine mais quand on sait de André Breton, Desnos, Max Ernst y ont vécu cela lui donne un certain cachet)...et ...la vue de l'Eglise de ma ville de l'intérieur

    http://yfrog.com/jbdscf0382terj

    (maison de Paul Eluard)

    http://yfrog.com/b9dscf0366bisj

    (Eglise)

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 20:28 | | Répondre
  • Les vieilles filles

    Non, non cherchez bien. Les vieilles filles sont toujours là. Je ne les ai pas censurées !! Je viens de vérifier.....

    Posté par Daniel, 19 septembre 2010 à 20:34 | | Répondre
  • On peut avoir un petit indice ?

    On peut avoir un petit indice pour le retrouver ?!! s'il vous plait daniel ?

    @Eve lyne : J'ai fait un gâteau aux quesches ça vous dit ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Posté par Sarah, 19 septembre 2010 à 20:42 | | Répondre
  • Miam! miam...

    Ce gâteau sent bien bon!
    Je vais m'endormir avec cette douceur.
    Tôt matin, je partirai à la recherche des vieilles filles... Je m'en va m'occupé de leur sort.
    Pour le lien, ca prend pas, ca bloque on dirait.
    Bonne nuit.

    Posté par Eve Lyne, 19 septembre 2010 à 20:54 | | Répondre
  • Au fait, Daniel

    Juste pour savoir...
    Qu'est ce qui clochait avec la chouette???
    C'était mignon.. mignon, non!

    Posté par Eve Lyne, 19 septembre 2010 à 20:59 | | Répondre
  • J'ai vu !

    Magnifique l'église!
    Quand j'en serai à pouvoir passer des photos...
    J'aurai fait du chemin...
    Humm...

    Posté par Eve Lyne, 19 septembre 2010 à 21:12 | | Répondre
  • Dans les poubelles !!!

    Eh! oui, il a de la suite dans les idées ce Zacharie...A une heure aussi tardive, bonjour les rêves!
    Ma chère Sarah: " un jour spécial" 10 juillet. Les vieilles filles!
    Bon, j'lâche avec ça de bon matin...
    J'sens les tensions qui montent en haut de l'échine, ça me démange de reprendre le bâton!
    Et le Daniel, il aime pas ça...
    Allez, j'retourne vers un monde meilleur.

    Posté par Eve Lyne, 20 septembre 2010 à 04:46 | | Répondre
  • Tiens! j'y pense tout d'un coup

    C'est pas une blague, comme on peut pas plaire à tout le monde...
    Y'a ceux qui nous bénissent presque.
    Y'a ceux qui nous regardent d'un mauvais oeil.
    Le pêcheur, il en rajoute une couche:
    " Ma femme, elle me coûte pas cher, elle voyage qu'en balai"!!!
    Allez! bon vent.

    Posté par Eve Lyne, 20 septembre 2010 à 04:56 | | Répondre
  • Ce si cher Alain !

    Qu'il a raison notre ami avec sa prose sur les pseudos !
    Et mon Daniel qui évoque "SON" blog ...
    Moi, qui pensais naïvement que c'était devenu "NOTRE" blog ? Je rigole bien sûr.

    Alors, je me tire un peu la "tehon" (euh la honte) car j'ai, moi aussi, usé du stratagème des masques. Jamais méchamment soyez-en sûr !
    Mais parfois, je n'avais pas envie d'être perçu comme le catho de service (le "gateau" de service ?) Et en plus, y se croit drôle ...

    Posté par PLV, 21 septembre 2010 à 13:21 | | Répondre
  • Bon anniversaire ???

    Dis-donc Marie, par déduction ! Tu es bien née un 22 je crois !
    Je ne sais plus si tu es balance ou vierge.
    Ton anniversaire, ce ne serait pas aujourd'hui ou était-ce le 22 août ?
    Je pencherai pour aujourd'hui moi.
    On le saura quand tu reviendras, pas avant.
    Grosses bises de toute façon et pis tiens, grosse bises à tous tes enfants.

    Ah pis tiens, telle que je te connais, fais gaffe demain ! Comme tu vas être en tête de cortège, des revendications plein la tête et pas ta langue dans ta poche, fais tout de même attention à toi ! Je ne sais pas pourquoi, j'ai un drôle de pressentiment pour demain et les manifs. J'ai peur que ça se muscle, du côté des autorités. Ils ont tellement fait de conneries ces derniers temps qu'ils n'en sont pas à une près.
    Te mets pas au premier rang, s'il te plaît, même si tu ne sais pas faire autrement !
    Et pis t'as plus l'âge merde !
    Quoi ?
    J'te parle pas de ton esprit, je parle de ton corps. Ton corps, y suit plus c'est tout. Tu sais bien que plus on vieillit, plus on tombe par terre bon sang !
    Quoi, tu vois pas les feuilles tomber des arbres ? Hein, quoi ? J'entends rien.
    Oh, elle m'énerve, elle m'écoute pas. Tout ça parce qu'elle se croit la meilleure et qu'elle arrête pas de donner des leçons, du matin au soir.
    Bon, de toute façon, elle entend pas ; ça sert à rien que j'l'ouvre. Si c'est pas une révolutionnaire la Marie, moi j'suis pas un ancien footballeur.
    Câlin !

    Posté par Alain Thomas, 22 septembre 2010 à 13:54 | | Répondre
Nouveau commentaire