Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

12 juillet 2010

S’affranchir des automatismes de pensée


J’étais allé faire un tour sur le site de « Méditation France » et je suis tombé (façon de parler) sur ce texte de Matthieu Ricard. Encore un texte pour réfléchir sur nos comportements mentaux.

ricard

Lorsque nous sommes prisonniers d’automatismes mentaux, il faut observer la nature du mécanisme qui nous affecte et reconnaître en nous ce qui n’est pas affecté.

Ce qui nous affecte, c’est un enchaînement de pensées qui sélectionne et isole un aspect de la réalité, ou un événement parmi d’autres, et le magnifie en lui accordant le champ entier de nos pensées. Cet enchaînement va se poursuivre en rajoutant des interprétations et des perceptions de l’objet qui ne correspondent pas à la réalité.

Cette distorsion est renforcée par le processus de répétition d’un enchaînement de pensées particulier qui va être joué « en boucle » dans notre esprit et prendre un caractère obsédant, ce qui signifie qu’on se trouve impuissant à l’écarter du champ de nos préoccupations. Que cette obsession soit une attraction ou une répulsion, dans les deux cas elle nous tourmente.

Pour remédier à cela il faut d’abord comprendre ce qui, en nous, n’est pas affecté par l’obsession. Au fond de nous-mêmes, derrière l’écran des pensées, il y a toujours, dans l’exaltation comme dans la dépression, une présence éveillée qui demeure telle qu’elle est, simple et paisible. Généralement, nous n’y prêtons pas attention parce que les images colorées et la fanfare bruyante des constructions mentales monopolisent notre attention.

Cette présence éveillée n’est pas une entité mystérieuse : c’est la nature première de notre esprit, la qualité fondamentale de la conscience qui nous permet de faire l’expérience du monde et de nous-mêmes. Si nous portons notre attention vers elle et nous reposons en elle, nous nous apercevons que le chaos des pensées n’a qu’un caractère « périphérique » qui n’affecte pas vraiment la nature profonde de l’esprit. Nous pouvons alors nous reposer dans cette nature, ce qui agit comme un baume sur nos tourments, calme nos pensées sauvages comme lorsqu’on retire le lait du feu. Placer ainsi les choses dans une perspective plus vaste, redresse les distorsions que nous faisions de la réalité. Le résultat est un regain de paix intérieure.

Matthieu Ricard : interprète français du Dalaï-Lama depuis 1989

Qui est Matthieu Ricard ?

Matthieu Ricard est moine bouddhiste, auteur de livres, traducteur et photographe. Il vit, a étudié et travaille dans la région himalayenne depuis plus de quarante ans.

Matthieu Ricard est né en France, en 1946. Il est le fils du philosophe français Jean-François Revel et de l’artiste-peintre Yahne Le Toumelin. De ce fait, il a grandi parmi les personnalités et les idées les plus créatives des milieux intellectuels parisiens. Il a étudié la génétique cellulaire à l'Institut Pasteur sous la direction de François Jacob, prix Nobel de médecine. En 1967, il s’est rendu en Inde pour y rencontrer les grands maîtres spirituels du Tibet. Après avoir terminé sa thèse de doctorat en 1972, il s'est consacré à l'étude et à la pratique du bouddhisme. Depuis lors, il a vécu en Inde, au Bhoutan et au Népal ; il a étudié avec certains des plus grands maîtres de la tradition bouddhiste tibétaine, dont Kyapjé Kangyour Rinpotché (1897-1975) et Dilgo Khyentsé Rinpotché (1910-1991).

Texte pris sur Méditation France : http://www.meditationfrance.com/

Posté par DANIEL GENTY à 08:09 - Enseignement spirituel - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur S’affranchir des automatismes de pensée

  • Nature profonde

    Ce texte, un des premiers que j'ai lu au moment où je tente de trouver à nouveau une certaine joie dans la vie des blogs m'a touché cardes mots m'ont sauté aux yeux : cela n'affecte pas notre nature profonde. J'ai compris que, dans l'épreuve, quelque chose de solide existe en moi. Merci.

    Posté par Ariaga, 12 juillet 2010 à 11:32 | | Répondre
  • oui oui oui !

    Oui Ariaga :
    "Dans l'épreuve, quelque chose de solide existe en moi."
    Merci de me le redire.

    Posté par anonyme, 12 juillet 2010 à 12:23 | | Répondre
  • Emil !

    Anonyme vous avez oublié le premier précepte de Viktor ?!

    Je connais un proverbe qui dit "Ce qui ne te tue pas, te rend plus fort".

    A méditer !

    Posté par Nemrod, 12 juillet 2010 à 12:27 | | Répondre
  • Viktor l'autrichien ...

    Ah ce bon Nemrod !
    Il a toujours la petite citation qui va bien ...
    Eh oui, Viktor Frankl et sa logothérapie.

    Posté par anonyme, 13 juillet 2010 à 12:35 | | Répondre
  • Ah !

    Ah ce bon Anonyme toujours le mot attentionné qu'il faut ...
    Allez ...une autre "Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise"..

    Posté par Nemrod, 13 juillet 2010 à 16:19 | | Répondre
Nouveau commentaire