Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

26 juin 2010

Un voilier passe.....

Je relis souvent ce poème de William Blake. Il me parle beaucoup. Je le trouve simple, plein de poésie, abordant un sujet essentiel qui concerne chacun d'entre nous. Et en plus il est plein d'espoir !!

voilier_2

Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin,
et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon côté dit : « il est parti !»

Parti vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
sa coque a toujours la force de porter
sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi,
pas en lui.

Et juste au moment où quelqu'un prés de moi
dit : «il est parti !»
il en est d'autres qui le voyant poindre à l'horizon
et venir vers eux s'exclament avec joie :
«Le voilà !»

C'est ça la mort !
Il n'y a pas de morts.
Il y a des vivants sur les deux rives.

Poème de William Blake

Posté par DANIEL GENTY à 07:49 - Bazar spirituel - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Un voilier passe.....

    La vie est si précieuse

    Il n'y a pas de morts, jamais.
    La Vie est une offrande que nous nous sommes octroyée.
    Il suffit de tourner notre esprit et de reconnaître que nous sommes issus du divin.
    Alors, tout nous est permis.
    Ces paroles sont faciles à exprimer mais ô combien difficiles à réaliser.
    Le poème ressemble à celui qui prend la mer et part, pour une aventure au-delà du réel.
    Il faut du courage et une attirance pour l'absolu.
    L'homme, dans sa découverte de tout ce qui est possible, traverse les nuées de son esprit et lutte, pour se dépasser.

    Posté par Alain Thomas, 26 juin 2010 à 15:01 | | Répondre
  • Il n'y a pas de morts...

    Il est de très beaux textes, simples, accessibles à tous, dépouillés de "bondieuseries" diront certains, et, je pense, susceptibles d'apporter un réconfort à ceux et celles qui sont frappés par le deuil.

    Celui de William Blake, que nous présente ici notre ami Daniel, a été lu lors des funérailles de Pierre Bérégovoy par l'une de ses filles.
    ----
    Lors des obsèques des petites Julie et Mélissa, Marie-Noëlle Bouzet, maman d'Elisabeth Brichet, enlevée et assassinée par Michel Fourniret, lut cet autre très beau texte pour cette circonstance :

    Je t'attends... Je ne suis pas loin...

    « La mort n'est rien; je suis simplement passé dans la pièce d'à côté.
    Je suis moi. Tu es toi.
    Ce que nous étions l'un pour l'autre, nous le sommes toujours.
    Donne-moi le nom que tu m'as toujours donné.
    Parle-moi comme tu l'as toujours fait. N'emploie pas un ton différent.
    Ne prends pas un air solennel ou triste.
    Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
    Prie. Souris. Pense à moi. Prie pour moi.
    Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été ;
    sans emphase d'aucune sorte et sans trace d'ombre.
    La vie signifie ce qu'elle a toujours signifié.
    Elle reste ce qu'elle a toujours été.
    Le fil n'est pas coupé.
    Pourquoi serais-je hors de ta pensée, simplement parce que je suis hors de ta vue ?
    Je t'attends. Je ne suis pas loin.
    Juste de l'autre côté du chemin.
    Tu vois, tout est bien. »

    Cannon Scott Holland, écrivain anglais du XIXe siècle
    (la version française est attribuée à Charles Peguy)
    ----
    Il en existe d'autres, mais les circonstances particulièrement dramatiques aux cours desquelles les textes ci-avant ont été lus démontrent toute leur puissance réconfortante. J'y suis particulièrement sensible.

    Merci cher Daniel.

    José.

    Posté par José, 26 juin 2010 à 19:46 | | Répondre
  • cher José

    Il était bon de rappeler ce texte . Il est tout simplement magnifique !

    Posté par marie christine, 26 juin 2010 à 20:23 | | Répondre
  • Le nom du poète

    Cher Daniel, merci d'avoir affiché ce poème, que j'aime beaucoup moi aussi. Mais peux-tu corriger le nom de l'auteur : il s'agit de William Blake...(cf http://2009sediments.wordpress.com/2009/05/26/les-soleils-noirs-de-william-blake/

    Posté par elizabeth, 27 juin 2010 à 08:12 | | Répondre
  • Ce n'est pas rien !

    J'aime aussi ce très beau texte sur le deuil.
    Mais je crois qu'on ne peut pas dire : "La mort n'est rien !"
    Paradoxalement, la mort est, à mon sens, le plus grand moment de la vie. Enfin un moment de profonde vérité.
    Voilà, c'est fini. Qu'ai-je fait de ma vie ?
    J'ai reçu de l'amour, j'ai donné de l'amour, j'étais en attente de beaucoup, de beaucoup trop, sans doute, mais l'homme est ainsi fait qu'il désire toujours plus ...
    "Etre plus", ce fameux titre de Pierre Teilhard de Chardin. Et non pas "Treillage de Jardin" comme pourrait sourire certains esprits taquins (coucou Eve Lyne ...)
    J'ai fait ce que j'ai pu, avec maladresse parfois, mais toujours avec bonne volonté.

    Posté par PLV, 29 juin 2010 à 13:28 | | Répondre
  • Coucou P L V

    J'ai envie de vous dire que les morts ont parfois beaucoup d'humour pour nous faire réaliser qu'ils sont juste à côté de nous !

    Notre souffrance est une entrave, elle est bien humaine...

    Bonne journée.

    Posté par Eve Lyne, 30 juin 2010 à 04:41 | | Répondre
  • Ce texte est très beau ! Il a été lu par une de mes petites-filles lors des obsèques de mon mari. Il correspondait tout-à-fait à son grand-père qui aimait tellement la mer, les
    bateaux. Il naviguait, lui-même, pour son plaisir. Je le trouve très beau, très poétique. Merci de nous l'avoir donné.

    Posté par violette, 05 juin 2015 à 13:53 | | Répondre
    • C'est vraiment un texte profond et fabuleux mais aussi plein d'espoir.

      Posté par DANIEL GENTY, 05 juin 2015 à 19:02 | | Répondre
  • Poème magnifique résumant avec une profonde vérité l'expérience que nous venons de vivre avec le départ de mon beau-père. Son dernier souffle il nous l'a donné comme un véritable cadeau. Il nous a inssuflé la force de la vie, de l'amour et de la sagesse. Il n'est pas parti, il est là à nos côtés. Je le remercie pour ce moment de grâce que nous avons vécu. Son dernier souffle n'est pas une fin mais une renaissance. Avant de partir il s'est battu plusieurs jours, nous sommes restés à ses côtés jours et nuits. Un combat magnifique pour nous transmettre une leçon sur l'amour de la vie. Merci Jean-claude pour ce magnifique cadeau. Son premier souffle son dernier souffle il n'y a pas de fin sa vie continue. Nous sommes debout sur la plage à contempler le rivage, nous l'apercevons au loin, il s'éloigne. Il est parti ! Non il est là près de nous et nous porte.... Le poème le voilier sera lu mercredi 9 décembre par sa petite fille Mathilde à l'eglise lors de la cérémonie religieuse, il était amoureux de la mer, et profondément amoureux de la vie. C'est un bel hommage que nous lui rendons. Corinne sa belle-fille

    Posté par Corinne, 08 décembre 2015 à 00:23 | | Répondre
  • C'est vraiment un beau poème. La vie continue de l'autre côté. La mort n'est qu'un passage d'un état à un autre. J'en suis persuadé. La cérémonie sera certainement belle et émouvante. Paix à son âme.

    Posté par DANIEL GENTY, 08 décembre 2015 à 15:17 | | Répondre
  • j'ai fait un poème sur mon voilier. Est-il possible que vous l'enregistriez ?
    Si oui merci
    Le vaillant petit voilier



    Regardez, là-bas sur les flots,
    Ce joli petit voilier qui file sur l’eau.
    Son mât fièrement tendu vers le ciel,
    Dans le frissonnement des vaguelettes arc-en-ciel.
    Sa proue avec aisance fend l’onde.
    Il se sent l’âme vagabonde.


    Se parant avec élégance de moustache d’écumes
    Avec grâce il se déplace léger comme une plume
    Il caracole sur les flots au grès des alizés,
    Louvoyant avec entrain entre les risées.
    Il est prêt à faire le tour de la mappemonde,
    En emportant au loin tout son petit monde


    Là… !!! A l’horizon, grondant et sombre
    De gros nuages noirs roulent sur l’onde.
    Un grain se prépare… !!
    Vite il faut engager le départ.
    Et vers le port sans plus attendre s’en retourner.
    De la douce brise qui plus tôt lui caressait le flan,
    Le voilà maintenant pris dans le tourment.
    1


    Paré à la manœuvre !!
    Affalez le génois ! Hissez la trinquette ! Bordez la grand’voile
    La barre loft pour loft, le vent prend la toile
    Il vire avec élégance sur les flots agités.
    Une bourrasque l’emporte sur les flots démontés


    Un instant immobile, la voile en passant, claque et se tend.
    Bordez les écoutes !! Vérifiez le foc avant !!
    Hardis à la manœuvre, souquez !!souquez !!
    Soulevant sa poupe, il pique du nez…
    Hésite… ; esquisse une embardée…
    La vague pourfendue de mille bulle, éclate !
    En milliers de petits diamants écarlates !


    Comme un étalon piqué aux flancs,
    Il se cabre et file dans le vent.
    Malmené à l’instant, bousculé à tribord,
    Il réplique en roulant sur bâbord.
    La vague se fait violente, le vent siffle dans les haubans.
    Le voilà transporté sur un rouleau tout blanc.
    En haut de la lame un moment suspendu,
    Il reprend à nouveau sa course éperdue.
    2




    Poussé par le flot qui l’agresse,
    Un instant submergé, il se redresse.
    Sa coque frémis sur cette onde longue tumultueuse.
    De la quille au mât la vibration se fait impétueuse.
    L’eau coule sur ses passes avant, inondant le carré
    Les nabs vomissent l’eau qu’ils viennent d’avaler


    Dans ciel assombri De gros nuages gris,
    Se rapproches plus vite, le ciel est pris.
    Là en vue !! Droit devant !! Le môle du port !!
    Bordez la voilure !! Allez !! Encore un effort !!
    Paré à virer ?.. Envoyez !!


    Elégant dans la manœuvre il amorce le détour.
    Il gite sous l’effort, glisse triomphant !! Il est de retour.
    Fier, il passe la rade, droit majestueux,
    Sa coque traçant un élégant sillage harmonieux.
    Sa voile faseille, il est temps d’affaler.
    Doucement sur l’eau calme il va aller s’amarrer.

    Christian Jailliard 3

    Posté par christian, 30 mars 2016 à 11:28 | | Répondre
  • Je le publierais dans quelque temps.

    Posté par DANIEL GENTY, 30 mars 2016 à 16:37 | | Répondre
  • Bonjour Avez vous publié mon poème?
    Si oui où est-il lisible ? y a t-il des commentaires?
    Merci

    Posté par christian, 07 mai 2016 à 12:38 | | Répondre
  • Non pas encore !

    Posté par Daniel, 07 mai 2016 à 15:38 | | Répondre
Nouveau commentaire