Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

29 mai 2010

Mais quelle idée !!

SOUVENIR
Calvi, 1982: ma femme et mes enfants


 

Quelle idée m’a prise !!Je ne savais que faire. Alors j’ai pris un album de photos au hasard. Quel choc, me voilà replonger dans mon passé et, des souvenirs, oubliés depuis la nuit des temps, remontent à la surface. Émotions, mal être.
Je suis tout petit, j’ai un manteau de fourrure sur le dos et un appareil photographique à la main. Cette
photo me replonge dans mon enfance. Combien de fois m’a-t-on rappelé que cet appareil, je l’avais perdu et que l’on ne l’avait jamais retrouvé.
Une autre photo : Mon père en habit de marin, sur son bateau « La Marseillaise » coulé par les allemands pendant la guerre. Un
bel homme, sévère avec moi.
Et puis des photos de mon mariage. Je n’avais qu’une hâte : partir avec ma femme loin de la famille et de cette cérémonie. Les photos de mariage, un condensé de toute la famille réunie. Le grand père, la grand-mère, la tante……Ils sont tous partis dans l’autre monde. Il ne reste que ma mère. Pleins de photos de vacances avec ma femme et mes enfants, beaucoup plus agréables. L’impression que la vie vous file entre les doigts, les enfants qui grandissent, ma femme qui se transforme….et moi qui vieillit.Les photos figent les souvenirs, attrapent les images, la vie continue creusant l’écart entre hier et aujourd’hui. Instants fugaces fixés à jamais sur la pellicule. Un
 regard, une attitude, un sourire…….Je n’aurais pas du regarder tous ces albums. Ils me donnent un sentiment bizarre. On ne peut rattraper le temps, tout est éphémère, tout va très vite. Ce qui est passé ne se rattrape jamais.

 

Photos jaunies, photos souvenirs

Nostalgie du passé

Clap, un petit sourire

C’est pour la postérité.

 

Photo d’école

Petit oiseau s’envole

Le monsieur s’est caché

Derrière son appareil à pied.

 

Photos mariage

Ou la famille réunie

Offre son visage

De cérémonie.

 

Photo d’album

Qu’un soir d’automne

Je regarde avec mélancolie.

Passe la vie…

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 08:34 - Expériences de vie - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Mais quelle idée !!

  • bonjour,
    comme je vous comprends daniel nous avons souvent l'impression que ce n'est pas nous cette personne
    qui sourit à tous les ages de la vie. Pour moi votre poéme me parle beaucoup. merci de nous proposer des sujets de réflexions qui sont si importants. Souvent les photos sont synonyme de douleurs (amis famille disparue)quoique cela dépendra toujours de son état mental ou émotionnel du moment. Il m'arrive actuellement une impossibilité de consulter mes albums c'est un drôle de truc...
    nostalgie du passé?
    quand on n'a pas été aimé
    difficile de regarder le cliché
    où le sourire est factice, forcé,
    notre coeur transpercé...

    Posté par sylviesissi57, 29 mai 2010 à 10:50 | | Répondre
  • Si on est, on devient

    La photographie est le symbole suprême de l'illusion.
    Elle fige le temps qui n'existe pas.
    Elle nous fait croire que nous existons vraiment, or, nous ne sommes pas la même personne aujourd'hui que dans ces passés inexistants.
    Ce que je dis peut sembler stupide et en dehors de toute réalité.
    Pourtant, la réalité n'est pas dans nos projections, seulement dans ce que nous "sommes", dans l'instant présent, et en dehors de toute forme, uniquement dans le coeur (l'esprit).
    Imaginez assis devant vous un enfant de trois ans. Il vous regarde et vous le regardez. Vous semblez totalement différents n'est-ce pas ? Pourtant, c'est la même personne. Vous êtes étranger à cette personne que vous avez été. C'est cela l'illusion.

    Certes, le passé conditionne notre avenir et le futur sera le fruit de nos actes présents.

    Mais regardez bien cette photo !

    Elle ne correspond en rien à ce qui "est" maintenant.
    C'est cela qui est trompeur. Nous ne pouvons jamais revenir. La nostalgie n'efface pas le présent. C'est le présent qui l'écrase. La nostalgie nous perturbe et nous empêche d'"être", comme la projection que nous faisons constamment dans nos projets, nos buts et nos objectifs.
    Cela n'empêche pas de coller sur nos murs les photographies familiales, comme un lien. C'est l'attachement à ce lien qui pose problème. On peut vivre avec ces photographies, à condition qu'elle ne nous fasse pas souffrir. Mais qui peut parvenir à cela ?
    On s'accroche à ce qui n'existe pas vraiment parce que l'on croit à notre existence séparée.


    On ne devient pas, on "est". Et si on "est", on devient.

    Facile à écrire n'est-ce pas ?
    Impossible à réaliser... sans doute.

    Voilà d'où vient la souffrance, la conjugaison des trois temps et la croyance en leur existence.

    Posté par Alain Thomas, 29 mai 2010 à 17:02 | | Répondre
  • trop d'émotion !!!

    Bonsoir
    Et bien moi aussi je trouve trop dur de regardé les photos et pourtant tout et très bien répertorié avec légende et même j'ai gardé les invitations! Poche dragée! Et même papier de messe, (cérémonie mariage communion) etc. ...un seul exemplaire mais aux pages que cela concerne j'ai pris beaucoup de plaisir à les faire mais je suis très sensible a cet émotion que cela provoque !!! Et pourtant c'est la vie
    bravo alain !!rien a dire !!!

    Posté par cloclo, 29 mai 2010 à 22:28 | | Répondre
  • la photographie

    Et oui Cloclo !
    Voyez-vous, j'adore photographier, particulièrement les portraits. Je possède un appareil de grande qualité et avec lui, je peux tout faire. Je recherche l'expression, le regard, l'amour qui ne se voit pas, la sensation de quelque chose qui se passe au-delà de la forme.
    La photographie peut vraiment être un art, si l'on capte cet instant qui se trouve en dehors de toute réalité formelle.
    Il y a dans la photographie la magie conjuguée de l'illusion et de la réalité.
    On voudrait figer ce qui nous fuit à chaque instant, le côté éphémère de toute chose. Alors on fige et on recommence, comme une fuite du présent que l'on veut saisir.

    Les grands photographes immortalisent certaines scènes de la vie, qu'elles soient humaines, animales, végétales ou encore naturalistes.
    La nature est tellement belle.
    Un visage, une main, une fleur, le givre sur les branches, la lumière...

    Posté par Alain Thomas, 29 mai 2010 à 23:30 | | Répondre
  • l'être profond

    C'est un joli poème, Daniel .
    On peut regretter, dans une certaine mesure, les changements extérieurs, mais on peut se réjouir mille fois plus des transformations intérieures, des progrès de la conscience, du rapprochement avec le vrai soi .
    Et là, on se dit que pour rien au monde on aimerait revenir en arrière !

    Posté par marie christine, 30 mai 2010 à 09:19 | | Répondre
  • bonne fétes a toute les maman

    Posté par cloclo, 30 mai 2010 à 11:53 | | Répondre
  • L'être profond

    Marie je ne pense pas que la conscience puisse faire des progrès. C'est nous qui pouvons accéder ou non à ses différents niveaux car elle est immuable et ne peut jamais être souillée d'elle-même.
    C'est nous qui la souillons, avec notre esprit ordinaire qui juge et qui est affecté par ses humeurs changeantes, son karma, ses régressions multiples.
    On ne peut pas "être" en permanance et l'avidité qui nous anime, cette soif de chercher le bonheur à l'extérieur, nous rend inconscients le plus souvent.

    Par contre, le rapprochement avec le vrai soi est justement l'effort d'attention à notre propre esprit, par son observation, ce qui nous permet de dissiper les voiles des obscurcissements, de dépoussiérer, telle une femme de ménage, afin de découvrir notre vraie nature, universelle, interdépendante et soustraite de la non séparation.

    En clair, si chacun de nous pouvait réaliser sa vraie nature, nous serions identiques à celle-ci, comme des clonés non séparés du Tout.

    Revenir en arrière, c'est comme vouloir se projeter dans le futur. Nous nous leurrons de l'existence du passé et du futur car nous ne savons pas vivre dans l'instant présent et je sais de quoi je parle puisque moi-même je n'y arrive pratiquement jamais.

    Posté par Alain Thomas, 30 mai 2010 à 12:59 | | Répondre
  • Correction
    Il faut lire : "soustraite de la séparation".

    Posté par Alain Thomas, 30 mai 2010 à 13:02 | | Répondre
  • paix

    Paix à nos âmes .

    Posté par marie christine, 30 mai 2010 à 16:03 | | Répondre
  • Un voeu pieux

    Oui paix à nos âmes !
    Un voeu pieux.

    Posté par Alain Thomas, 30 mai 2010 à 16:17 | | Répondre
Nouveau commentaire