Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

05 mai 2010

La paix de l'esprit ...

Quand PLV nous fait partager une tranche de vie......en résonnance avec le texte d'Eckhart Tolle sur le mental.

SILENCECe texte n'est pas mon passage préféré d'Eckhart Tollé. Je le trouve un peu compliqué dans "le phrasé" comme dirait Nemrod. Pourtant son sujet du "bruit mental" me rejoint particulièrement.
Personnellement j'adore le silence. Ces rares instants où je laisse vivre mes rêves. En voiture, seul, regardant le ciel, ou les champs à perte de vue, coupant l'autoradio qui m'étourdit de son flot de publicités et de ses animateurs surexcités , une idée de vacances surgit, une mélodie sort de mes lèvres, un souvenir de fête se remémore, un visage aimé apparaît, une prière jaillit de mon cœur vers l'invisible sans fin, bref un court instant de bonheur.
Je n'ose pas souvent confier à d'autres mon goût du silence. Au risque de passer pour un "anormal", un pseudo-ermite qui se serait trompé de siècle ou de lieu ...
Je me baladais samedi après-midi dans les vieilles rues de Lille, accompagné par l'une de mes filles, jeune étudiante dans le vent. Une constatation est alors apparue à mon esprit : "Était-elle avec moi physiquement et mentalement ou bien était-elle plutôt en lien avec ses amies par portable interposé ?"
Peu de vraie communication, peu de réaction sur les vitrines ou sur les piétons, je sentais comme une légère solitude, comme une "présence absente" très bizarre.
Communiquer en temps réel, plus de place pour l'attente, pour la surprise, pour l'organisation, on improvise selon portable ...
Ah la technologie, cet extraordinaire fruit de l'intelligence humaine, capable du meilleur, mais aussi du pire !
La notion de "bruit mental" me renvoit à ma conscience. Cet aspect subjectif qui sommeille en chacun de nous ... En mon âme et conscience ...
Plus ou moins éclairé par les expériences de la vie, suis-je enchaîné ou libre ?

PLV

Posté par DANIEL GENTY à 08:06 - Expériences de vie - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur La paix de l'esprit ...

  • En mon âme et conscience

    Une belle journée d'Avril allait se terminer et pourtant, c'est dans la salle d'attente des " urgences " que je me retrouve, étourdie par le va et vient des urgences. Que dire? Poser des questions à l'ado ensanglanté qui de toute façon me mentira... Pour l'heure, il faut panser cette plaie béante qui le défigure juste au dessus de l'oeil. Où donc a-t'il passé une partie de la nuit à notre insue. Qui sont-ils ces gamins capuchonnés qui guettent sa sortie, avec dans le regard une froideur qui glace. Que le temps me semble long, et ce silence entre nous deux...
    Ni mère, ni père, qui suis-je donc à ses côtés ?
    Quel est mon rôle ? Bientôt 18 ans que je l'observe, encore un enfant docile qui ne vient pas de la rue, mais à cet âge là, la rue attire.
    Tandis que "mon gamin" se " fait recoudre " j'attends à côté avec ses effets perso . Il me vient une horrible envie d'inspecter poches et sacoche, j'hésite, mais en mon âme et conscience je me dis que je dois le faire, je l'ai fait!
    Surprise! qu'est-ce donc que ce papier à rouler les cigarettes ...
    Depuis ce temps, je ne le lâche plus d'une semelle. C'est un vrai parcours du combattant. On dirait que la fermeté semble produire de bons effets, je dirais même qu'une relation nouvelle s'installe. Le communiquer d'Alain semble être tomber à pic pour conforter et renforcer ma vigilance. Certe, on en est pas à la paix de l'esprit, loin s'en faut. L'expérience devrait avoir là toutes les chances d'éviter les dégats. Puisse le Ciel nous entendre!

    Posté par Eve Lyne, 06 mai 2010 à 07:20 | | Répondre
  • La vie = Des choix !

    Accompagner, rester présent, sans faire à la place.
    Sans reprocher, sans commander, sans juger, ...
    Pas si facile.
    La paix intérieure = Tout un état d'esprit.

    Posté par anonyme, 06 mai 2010 à 12:38 | | Répondre
  • Compromis

    la vie, les choix, les aléas nous obligent à faire de compromis pour avoir une paix intérieure.
    Car nous agissons par rapport à nos valeurs, notre éducation, notre enivronnement et nos ressentis tout cela conjugué au fait que nous sommes susceptibles de réagir fortement à des situations.

    Nous avons tendance en règle générale à reprocher, à juger ou à commander. Cette attitude est liée à ce nous voyons autour de nous. Nous avons tendance à recopier les comportements qui nous environnent puis avec les temps nous fondons nos propres règles.

    L'homme ne peut pas vivre sans règle. elles sont établies naturellement tout comme la nature qui édicte ses lois.

    La paix de l'esprit voudrait dire que nous nous fermons à toutes énergies néfastes.

    En théorie c'est possible, en pratique nettement moins tout simplement parce que notre monde nous sensibilise à notre entourage et nous oblige à réagir.

    Aujourd'hui prédomine dans nos relations l'amour, la haine peu ou pas de compromis est-ce lié à ce monde stressant dans lequel nous vivons qui est intransigeant avec nous pour nous obliger à notre tour à le devenir ?

    Je l'ignore.

    En tout cas de grands travaux s'annoncent !

    Posté par Nemrod, 06 mai 2010 à 13:12 | | Répondre
  • Marie, où es-tu ?

    Avec attention, j'ai relu ce que tu expliques sur les nouvelles tendances à l'école, avec de jeunes enfants.Je me demande si en ville celà marcherait... Actuellement, je pense que la blouse pour tout le monde et des éducateurs avec de la poigne quand il le faut, celà ne serait pas revenir en arrière, mais faire un grand pas en avant. Un bon coup de pied au c.. est souvent plus éfficace qu'une caresse. Pour les rebelles j'entends, celà les propulsent plus rapidement dans le rude de rude, de toute façon c'est la voie qu'ils ont choisi. Plus tard, comme par hasard, ils ont en mémoire les bons coups de pieds au c.. qui ont fait d'eux des hommes et pas des " mauviettes ". Aujourd'hui, hélas nos jeunes
    sont comme dans du coton, on fait tout pour qu'ils ne se fassent pas mal. Erreur. Mon avis est que l'on devient humain quand on a cotoyé tous les milieux, on se fait une idée de notre propre vie sur terre, pas à travers les livres, mais le véçu. C'est pourquoi je revendique encore aujourd'hui: "le serviteur inutile." Pour finir, Marie, continue de caresser la tête des enfants, quoiqu'ils deviennent, dans leurs vivrations celà est inscrit...

    Posté par Eve Lyne, 06 mai 2010 à 17:31 | | Répondre
  • les jeunes

    Eve Lyne, tu soulèves plusieurs problèmes .
    Tout d'abord, je pense qu'il ne faut pas opposer l'enseignement donné dans les livres et l'expérience . Les livres seuls donnent une connaissance mentale des choses, donc insuffisante sans son application pratique ; l'expérience donne une connaissance vivante mais souvent sans base solide pour la comprendre . On a besoin des deux : l'une qui structure le raisonnement, l'autre qui apporte les preuves, ou non, de ce raisonnement .
    Personnellement, je n'affirme jamais des enseignements que je n'ai pas expérimentés .
    J'ai lu beaucoup de choses dont je ne parle pas, tant que je ne les ai pas suffisamment vécus dans ma vie ou dans mon corps .
    Je ne vais pas raconter ma vie mais je dirai, en résumé, que j'ai beaucoup roulé ma bosse depuis ma première jeunesse . J'ai habité seule à Londres à l'âge de 19 ans dans les années chaudes où les drogues foisonnaient, puis en Allemagne dans une ville étudiante . Je n'avais peur de rien, me promener dans la ville en pleine nuit, suivre des inconnus ... J'ai connu les risques de viol, les attaques, etc ... Puis je suis partie au Portugal, mariée, deux enfants . Quand je suis revenue en France, j'ai fait plusieurs écoles, dont des ZEP, écoles difficiles à la périphérie de Lyon . J'ai connu les insultes, les menaces de mort, etc ...
    J'ai toujours exercé en ville . Cela ne fait que quelques années que je suis à la campagne .
    En campagne, nous sommes confrontés à un nombre croissant d'enfants dégénérés (débilité mentale, autisme, troubles du comportement, maltraitances...) . Les psys sont incapables de donner des noms à leurs maladies . Ajoutons le grand nombre d'enfants placés en familles d'accueil, (une tradition dans mon département) les parents étant eux-mêmes débiles mentaux, violents ou alcooliques .
    En ce qui concerne les jeunes dont tu t'occupes, il faut évidemment considérer plusieurs facteurs : l'âge, le type d'éducation reçue, le caractère de l'enfant .
    Nous avons aussi beaucoup d'enfants rois . Certains sont relativement heureux, d'autres extrêmement agités . Tout dépend de l'amour qui est donné .
    Il y a des enfants qu'on laisse tout faire mais que l'on écoute et respecte . Ceux-là ont besoin d'être recadrés avec fermeté . Il y en a d'autres qu'on laisse tout faire mais sans s'en occuper : hygiène, nourriture, affection . Ceux-là sont terriblement rigides et violents : ils sont incapables de comprendre le mal qu'ils font à l'autre, pire : ils s'en réjouissent . Ils ne craignent aucun adulte, aucune punition, ils semblent hermétiques à toute parole, à toute morale . A 4 ou 5 ans, ils font des doigts d'honneur et profèrent des gros mots dignes d'un rappeur de banlieue, quand ce ne sont pas des actes ... Ce sont ceux-là que nous mettons en relaxation et auxquels nous caressons les joues . Ce sont peut-être les seuls moments de leur vie où ils font l'expérience de la douceur ... Au moins, ils découvrent que ça existe !
    Hélas, Plus ils sont âgés, plus l'empreinte est grande et plus il est difficile de les sortir de leur enfer . Je te conseillerais de suivre ton instinct, Eve Lyne, car je n'ai pas la solution .
    Enfin, pour ne pas perdre de vue l'aspect plus général de la question, n'oublions pas que nous sommes à un tournant de l'histoire de l'humanité .
    Pour qui a vu l'excellent film "La guerre du feu", imaginons que nous sommes en train de vivre la même chose, mais un cran au-dessus .
    Dans ce film, cohabitaient des êtres ressemblant encore fortement à des singes, ayant des comportements très animaux, et d'autres peuples plus civilisés . Les premiers ont massacré beaucoup les deuxièmes avant que ceux-ci réussissent à imposer leur humanité, leur intelligence et leur plus grand raffinement . Ceux qui, parmi les primitifs, acceptaient d'apprendre et de coopérer évoluaient, les autres ont disparu .
    Aujourd'hui, les hommes-singes ne sont plus . Il y a les hommes avec leurs comportements mi-animal mi-évolué, et il y a les hommes qui cherchent à atteindre un autre niveau d'évolution, à devenir des hommes-spiritualisés .
    Personne ne sait comment ils seront . Nous sommes en pleine période de transition, une étape mémorable au cours des millénaires de notre Histoire . On a peut-être du mal à y croire mais il faut se dire que nous la préparons depuis de nombreuses vies antérieures .
    Pour en revenir à tes jeunes, Eve Lyne, je pense que beaucoup d'entre eux se sentent écartelés entre le vieux monde qui les dégoûte et le nouveau qui les attire, mais ils se sentent impuissants et se réfugient dans les paradis artificiels . Tu es capable de leur faire comprendre qu'ils ne sont pas seuls au monde à croire en autre chose que le cours de la Bourse, les films pornos et le confort d'une vie sociale bien réglée .
    Je te souhaite bonne chance et courage, et fermeté s'il le faut .
    J'ai été un peu longue, je m'en excuse, mais il fallait que je développe tous ces points car dans mon esprit, ils sont liés .

    Posté par marie christine, 08 mai 2010 à 10:09 | | Répondre
  • une précision

    Il ne s'agit pas, bien sûr, de faire du prosélytisme, de leur parler de spiritualité ...
    Ils ont juste besoin d'un IDEAL plus élevé .
    Le matérialisme tue notre jeunesse .

    Posté par marie christine, 08 mai 2010 à 10:21 | | Répondre
  • Naviguer à vue

    Oui, Marie, il y a tant de facteurs à prendre en compte...
    Pour l'heure,nous développons nos muscles à rouler des cailloux. J'me tape du rapp, le gamin y's'tape des cailloux. Merci, facteur Cheval qui nous motive!
    C'est du coup par coup,sans coups ni caresses.
    Je me dis que pour celui-là,c'est pas encore gagné mais c'est pas encore perdu. Pour d'autres, hélas, c'est déjà dans le lac. Irréversible.
    Certains sont des délinquants occasionnels, on peut les reconnaitre. Dans un certain milieu on parle de délinquance innée ou acquise...
    Pour la spiritualité tu as raison Marie, on en parle pas, on la vit, on montre sans contraindre. Tôt ou tard, il en sortira bien quelque chose. Certains font de la cuisine avec des livres de recettes, d'autres marchent au pifomêtre. Bon, Marie, j'me dépêche, le dimanche pas question de glander au lit, les ados faut pas leur laisser le temps de glander. C'est pas bon pour l'esprit, n'est-ce pas Marie? Au fait, ton fils, y t'as pas fait trop de misère malgré le 14 juillet!!!

    Posté par Eve Lyne, 09 mai 2010 à 06:33 | | Répondre
  • les ados

    J'ai eu de la chance avec mon fils, Eve Lyne . Il est très attaché à la famille . Mes deux enfants n'ont jamais aimé les boites de nuit, les ambiances électriques, la vie de groupe enflammée ...

    Posté par marie christine, 09 mai 2010 à 16:35 | | Répondre
  • PLV, Nemrod, Marie, Eve Lyne

    Vos propos à tous me touchent beaucoup.
    Ce thème est traité avec une grande transparence, cette sincérité qui n'a pas d'opposé, comme si le tiroir s'ouvrait en grand.
    Vous êtes au coeur de la vie, telle qu'elle est ici.
    J'avoue ma surprise en lisant Marie ainsi. Elle nous dresse un portrait sans concessions de ce qu'elle expérimente, chaque jour qui passe, dans sa profession et dans sa vie.

    La paix de l'esprit est un parcours individuel qui concoure à l'esprit universel. Imaginez cette alchimie des ondes positives et négatives.
    Tout ce que nous produisone en esprit concoure au bien être et au mal être de la condition humaine. Chaque pensée, chaque parole et chaque acte produisent leur effets plus ou moins dévastateurs ou bénéfiques sur l'ensemble de l'humanité.
    Marie, une femme très positive, ne laisse pas son esprit indifférent à ce qu'elle constate.

    Il faut donc se battre sans cesse, contre soi-même et contre ce que nous observons, pour que l'esprit s'apaise, autant que possible, malgré notre passé.
    La nature ne nous fait pas de cadeaux. Elle ne juge pas, elle ne sanctionne pas, elle se révèle selon nos actes.
    Aujourd'hui, elle interagit.
    Nous avons beau freiner, nous sommes comme un paquebot qui fait machine arrière devant l'obstacle de notre inconscience collective. Nous avançons toujours, dans un engrenage.
    Comment trouver la paix de l'esprit si nous ne faisons pas machine arrière pour l'avenir de tous nos enfants, en mal de vivre ou eux-mêmes pris dans l'engrenage ?
    Faut-il préférer l'ardeur sanglante de nos technocrates, de l'élitisme éducatif qui entraîne ses élèves dans la continuité ou bien trancher par ceux qui s'opposent, en marginalité, afin de soustraire la décadence de notre société ?

    La jeunesse actuelle est coupée en deux. N'est-ce pas là le signe d'une fin de civilisation pour renaître et continuer, encore et encore, dans la recherche de la paix de l'esprit ?

    Posté par Alain Thomas, 13 mai 2010 à 17:01 | | Répondre
  • lutter en paix

    Ne jamais renoncer . Ne jamais abandonner . Tenir la barre . Tenir le cap . Même si on ne sait pas où l'on en est . Même si on ne sait pas où l'on va . On y va . On doit y aller . Au plus fort de la houle, la foi nous guide toujours dans le sens de la Vie . Générosité suprême : on nous offre à tout instant la paix de l'esprit . Tentons de la saisir et de la garder ...!

    Posté par marie christine, 13 mai 2010 à 20:53 | | Répondre
  • Jeunesse !

    La jeunesse, Alain, n'est pas coupée en deux à mon humble avis mais elle n'a plus de repère.

    De nombreuses théories au cours de ces deux dernières décennies nous ont matraqué que l'enfant devait s'épanouir et se développer mais pour aboutir à un enfant "fini" il fallait lui montrer que les barrières n'existaient pas.

    Aujourd'hui ces enfants sont perdus car ils sont confrontés à des barrières qu'ils ne connaissent pas ; dont les parents n'ont pas souhaité leur incluquer.

    Ces barrières sont des fondements des précepts et de principes à la vie en communauté elles ont été polies et on a dit à l'enfant "tu es légal de l'adulte, tu as donc le droit de tout savoir et donc tu es mon égal".

    Est-ce bien raisonnable ? est-ce que l'enfant ne doit-il pas vivre dans son monde d'enfance et vivre pleinement son enfance ?

    N'est-il pas déjà pollué par les disputes des parents quand il en est témoin ?

    J'ai une de mes voisines qui m'a expliqué qu'une de ses amies (professeur) a été troublée par le comportement d'une de ses élèves.

    Les professeurs étaient entrain de discuter tranquillement sur leur petits problèmes lorsqu'une enfant de 5 ans s'est approchée d'eux et a commencé à donner son avis sur la question.

    Les professeurs se sont interrompus et lui ont demandé gentillement d'aller jouer avec ses petits camarades.

    N'y a-t-il donc plus de frontières entre les enfants et les adultes ?

    La paix de l'esprit passe à mon avis par là. Il faut que l'être évolue avec ses propres étapes sans les brûler pour se forger son esprit, pour avoir son esprit critique et accéder ainsi à la sagesse.

    Il ne faut pas freiner pour revenir à des fondementaux, à des principes simples et nécessaires.

    D'ailleurs je le constate par rapport à l'enseignement il n'y a pas si longtemps mon neveux apprenait la grammaire en la "devinant" aujourd'hui il revient au cher bled et aux exercices de grammaire.

    Notre paix d'esprit vient avec nos acquis, nos expériences.

    Ils permettent de nous positionner par rapport à des situations.

    Il n'y a pas si longtemps j'ai lu un texte qui disait en substance ceci "Un homme sage doit savoir se faire un triomphe de sa propre défaite, rappelle Gracian. Il ne s'agit pas de baisser les bras ou de démissionner devant la moindre difficulté, mais plutôt de ne pas perdre son temps et s'user dans de vains combats.

    Ainsi faut-il savoir renoncer à sa jeunesse ou à sa beauté et accepter le conseil des années. Il faut admettre que les choses ne se passent pas toujours comme on l'avait prévu et savoir se retirer de la partie, pas forcément pour la perdre, mais pour la voir en perspective.."

    Voilà pour moi ce qu'est la paix de l'esprit.

    Savoir à un moment donner passer à autre chose pour découvrir autre chose et gagner en sagesse.

    Nous entrons au plus profond de nous et alors le véritable dialogue s'installe.

    Posté par Nemrod, 13 mai 2010 à 21:05 | | Répondre
  • Nemrod, une société élitiste ?

    Quand je dis que la jeunesse est coupée en deux, je fais référence à l'actualité.
    La France est le dernier pays en Europe, concernant les résultats scolaires de nos enfants. Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les statistiques européennes.
    Surtout, ne jeter la pierre à personne en particulier, seulement à un système volontairement élitiste.
    C'est en cela que la jeunesse est coupée en deux.
    Je te rejoins par contre sur le fait que cette jeunesse n'a plus de repères.
    La religion disparaît, l'enfant est roi, les valeurs spirituelles n'apportent pas de réponse immédiate, la société est en pleine déconfiture. Que reste-t-il pour cette jeunesse, sinon la foi profonde en sa richesse intérieure, réelle, ou la croyance en une société élitiste qui pousse à la discrimination ?

    Posté par Alain Thomas, 13 mai 2010 à 22:09 | | Répondre
  • Elite

    Je ne fais pas l'apologie de l'élitisme bien au contraire je serai plutôt adepte de cette maxime de Jules Ferry "De l'instruction nait la grandeur des nations".

    J'estime que tout être a le droit d'avoir accès à la connaissance, à la culture, à s'instruire.

    Cette instruction fera de lui un être doué de raison lui permettant de prendre des décisions utiles à lui-même mais aussi à la nation.

    Nous n'avons plus qu'hélas que des politiciens politicard qui ne font de la politique pour obtenir un certain prestige mais pas pour le bien du peuple et pour le peuple.

    Eux sont des Elites mais qu'ont-ils fait de leur Grandeur ...

    La religion n'a pas disparu. Elle est toujours vivante mais nous l'avons effacé au nom de la laïcité nous en avons fait un méchant pantin qui serait plus susceptible d'apprauvir l'esprit, de le rendre intégriste plutôt que de le faire évoluer.

    Néanmoins on remarque qu'il y a de nouveau un élan des religions quelle qu'elles soient cela est dû justement parce que la raison ne peut résoudre les problèmes.

    L'être cherche un refuge, une certaine paix pouvant l'aider à affronter ses problèmes actuels.

    L'enfant ne peut que s'enrichir et chercher au plus profond de lui-même qu'avec l'adulte.

    Il est son premier guide. Celui qui va lui montrer les barrières du monde et les règles qui le gouverne.

    En suivant le chemin, en ayant auprès de lui ce rempart alors l'enfant grandira, s'enrichira, trouvera le foyer lui permettant de se développer suffissament pour sauter le pas et aller vers ce monde.

    Posté par Nemrod, 13 mai 2010 à 22:48 | | Répondre
Nouveau commentaire