Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

22 avril 2010

La liberté n'a pas de prix

koiseaux

Les informations que vous lisez régulièrement sur mon blog peuvent vous paraître hétérogènes, sans aucune ligne directrice. Cette diversité est, somme toute, normale. Elle est le reflet du pluralisme qui m'anime car je ne souhaite pas forcément privilégier un courant de pensée particulier. La vie est multiple et il n’y a pas une vérité absolue mais des vérités. Tout risque de dogmatisme crée un étouffement de la pensée et la liberté n’a pas de prix.

«  Tout est bon à prendre, il suffit simplement de trier ». Seule compte la capacité de discrimination. Pour l’esprit, sortir des sentiers battus, appréhender d’autres horizons, regarder la vie sous un angle différent peut être source d’enrichissement. Soyons simplement attentifs à nos stéréotypes de pensées qui parfois peuvent nous aveugler ou nous enfermer.

"Libres comme des oiseaux" disait Krishnamurti qui s'y connaissait en matière de liberté. C'était même une des bases de son enseignement.


Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 08:39 - Expériences de vie - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur La liberté n'a pas de prix

  • Pas gênant !

    Bien cher Daniel, votre aspect "hétérogène" ne me gêne pas du tout. Tant il me rappelle le mien ...
    Des articles divers et multiples, selon l'humeur et les rencontres. Pas de ligne directrice ! La fantaisie de l'âme en quelque sorte ...
    C'est comme une fenêtre que j'ouvrirais sur un nouveau paysage.
    Je pense au petit village de Montaren, près d'Uzès où j'avais de supers amis.
    Au lever du jour, ou à la tombée du soir, la vue sur une délicate colline boisée de pins au sommet, et plantée de vignes à la base, me remplissait d'un doux bonheur.
    Poursuivez Daniel de nous réjouir et de stimuler nos réactions.

    Posté par PLV, 22 avril 2010 à 12:25 | | Répondre
  • Liberté Chérie

    Ah liberté chérie, où es-tu ? Qui es-tu ?
    Comment te manifestes-tu ?
    A quel moment nous sentons-nous libre et à quel moment nous sentons-nous privés de cette sensation qu'est la liberté ?

    Posté par Alain Thomas, 22 avril 2010 à 12:37 | | Répondre
  • elle est là

    On peut tout aborder . Tout intéresse un chercheur spirituel puisque l'Esprit est en tout .
    La liberté est à portée de main . Qu'est-ce qui nous empêche de la saisir ? Nos peurs, sûrement .
    Elle nous dit :
    "Je suis la près de toi, en toi, à tout moment et je te cherche à travers l'obscure forêt de tes interrogations ."

    Posté par marie christine, 22 avril 2010 à 13:21 | | Répondre
  • Question ?

    Oui mais qu'est-ce que la Liberté ? comment la définit-on ? Est-elle aussi pour sa définition susceptible de se limiter ?
    Ne dit-on pas "Ta liberté s'arrête là ou celles des autres commencent"
    Est-elle soumis à condition ?
    J'adore ce terme mais ils impliquent beaucoup de chose qui ne se limitent pas au "on peut tout faire" !

    Posté par Nemrod, 22 avril 2010 à 13:37 | | Répondre
  • liberté = sagesse ?

    Bonnes questions, Nemrod !
    Je pense que la liberté ne doit pas se considérer que dans son aspect extérieur .
    C'est par le travail sur soi qu'on acquiert de plus en plus de liberté et de sagesse : les prises de conscience, les lâcher prises nous libèrent de nos attachements donc de nos chaînes .
    Et plus on est libre, plus on est conscient, et automatiquement, moins on dit de bêtises, et plus on se détourne de tout ce qui rabaisse .
    La sélection se fait tout naturellement ...
    On peut tout aborder, mais à différents niveaux de conscience possibles .

    Posté par marie christine, 22 avril 2010 à 14:12 | | Répondre
  • Libre comme l'air ? !

    La liberté n'est-elle pas liée à l'Unité?

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 15:58 | | Répondre
  • Libre comme l'air ? !

    Le libre arbitre n'est-il pas lié au choix?
    Donc à la dualité.

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 16:01 | | Répondre
  • haute voltige

    Oh Eve Lyne, voilà que tu nous fais plancher philo bac + 5 !!!!!????!!!!!!???

    Posté par marie christine, 22 avril 2010 à 16:14 | | Répondre
  • Oui Eve lyne !

    D'où d'ailleurs la question de savoir si il existe vraiment une liberté ou est-elle une notion qui nous impose des choix ?

    Posté par Nemrod, 22 avril 2010 à 16:29 | | Répondre
  • Surprise ? !

    @ Marie, penses-tu donc que je passe ma vie a faire l'andouille ?! Quoique... c'est pour mieux tromper l'ennemi... Tragédie! Marie! Tragédie ! ... Oh, pardon! stratégie,voulais-je dire bien sûr!

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 16:41 | | Répondre
  • Nemrod

    Il me faut d'abord réfffléchir pour vous répondre.

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 16:45 | | Répondre
  • Sédir

    Puisque vous m'avez conduit à Herculatum Nemrod ( j'en suis revenue intacte, rassurez-vous... )
    Je veux bien vous conduire à Sédir pour: l'homme libre.

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 17:19 | | Répondre
  • " libres comme des oiseaux"

    Ainsi nous pourrons comprendre le langage des oiseaux.

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 17:36 | | Répondre
  • Sé tout dir

    Eve Lyne, as-tu la liberté de ta stratégie ou la stratégie de ta liberté ?
    Nemrod, je crois qu'on est vraiment libre quand on est totalement maître de soi et conscient de tout . Alors c'est pas demain la veille !
    Bon allez, entre Hercule à Tom et C'est Dire, moi je retourne à la maternelle .
    Courage, Alain, c'est le 22 qui est dur à passer . Demain on sera le 23, ça ira mieux !

    Posté par marie christine, 22 avril 2010 à 19:11 | | Répondre
  • Hummm

    Tout est lier, Marie.
    Quand nous n'aurons plus besoin d'être gouverner, quand nous serons plus attentifs à nos devoirs, moins à nos droits, peut-être sortirons-nous de la condition d'homme ordinaire... Ainsi,nous pourrons nous fondre dans la lumière "d'Hommes Libres"
    Pour Alain, on lui souhaite encore pleins de 22 !
    n'est-ce pas, Marie!

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 19:33 | | Répondre
  • Hummm

    Tout est lier, Marie.
    Quand nous n'aurons plus besoin d'être gouverner, quand nous serons plus attentifs à nos devoirs, moins à nos droits, peut-être sortirons-nous de la condition d'homme ordinaire... Ainsi,nous pourrons nous fondre dans la lumière "d'Hommes Libres"
    Pour Alain, on lui souhaite encore pleins de 22 !
    n'est-ce pas, Marie!

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 19:34 | | Répondre
  • Problème

    L'ordi s'emballe! bonne soirée.

    Posté par Eve Lyne, 22 avril 2010 à 19:37 | | Répondre
  • @Daniel, tu dis qu'il n'y a pas une vérité absolue. Peux-tu développer cela ?

    @Eve Lyne, tu dis :
    "Le libre arbitre n'est-il pas lié au choix?
    Donc à la dualité."
    C'est très interessant.
    Cela ouvre la porte de l'être en soi, non duel, qui ne nous appartient pas.
    Pourtant, le libre arbitre, dans notre esprit ordinaire, trace notre destin ou plutôt l'avenir de notre condition. Il est essentiel pour garder l'équilibre sur le fil de la vie.

    @La liberté est un état, pas une réalité de notre condition. Elle est libre des concepts et de l'égo. Elle au-delà de notre état névrotique. Elle ne s'explique pas, elle se vit dans certains instants où l'être "est".

    Posté par Alain Thomas, 22 avril 2010 à 22:58 | | Répondre
  • Le libre arbitre ?

    Bien sûr Marie qu'il faut travailler sur soi. Le problème est que le travail sur soi est issu de l'égo et qu'il nous entraîne dans les jugements, les préjugés, les à priori, l'effort contre nature, les divergences, l'élitisme, les confrontations, le bien et le mal, le pêché, ce qu'il faudrait ou ce que l'on devrait, le positionnement, les concepts, les doctrines, les idéologies, le sectarisme et que sais-je encore !

    Rester soi-même tout en étant conscient, défabriquer, déconstruire, dissiper, dévoiler, découvrir, ôter, balayer, taiser, revenir, désobtenir, désatteindre, sans effort, dans le laisser être.

    Le libre arbitre ?
    C'est dans la déconception qu'il se dévoile, dans le laisser, dans l'ouverture totale. Là, il s'exprime librement.

    Posté par Alain Thomas, 23 avril 2010 à 01:18 | | Répondre
  • L'esprit Qui Peut Tout

    L'esprit est en tout, oui Marie et L'action de L'esprit Sur la Matière...
    Sujet abordé, développé dans l'ouvrage de Phaneg.
    J'avais presque oublié la véracité de ses dires...

    Posté par Eve Lyne, 23 avril 2010 à 06:19 | | Répondre
  • Philo ?! Philo...

    Philo...Quoi Marie ?
    Moi, je préfère me tourner vers Philomène... Comme qui, déjà ???

    Posté par Eve Lyne, 23 avril 2010 à 06:30 | | Répondre
  • création

    Excuse-moi de te le dire, Alain, mais tu cherches la solution de facilité . Tu attends que tout arrive tout cuit dans le bec . Tu as du être un enfant trop choyé, trop gâté et tu te retrouves démuni devant les obstacles qui se présentent . Les problèmes se résoudront bien tout seuls, comme par enchantement ! Mais quand les parents ne sont pas là pour tout aplanir à notre place, on apprend à faire face sérieusement et à se débrouiller pour trouver des solutions .
    La paix intérieure (quand on arrive à l'obtenir) est faite pour nous aider à progresser, à comprendre sans l'intervention du mental, à aimer sans l'intervention des émotions perverses, à nous dépouiller peu à peu de tous ces parasites . Elle n'est pas faite uniquement pour se reposer et advienne que pourra . La Paix est un moyen avant de devenir une fin . Elle nous apprend à devenir maîtres de nous-mêmes, c'est alors qu'elle pourra s'installer définitivement . Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs !
    Evidemment que le travail sur soi vient remuer toutes les choses indésirables qui nous habitent . Bien sûr qu'il est tout sauf agréable ! Bien sûr qu'on n'aime pas voir, qu'on préfère se voir comme on voudrait être . Mais c'est la SEULE solution possible pour s'en débarrasser .
    Le scientifique remue l'éprouvette, la solution est trouble, les particules se mélangent, se bagarrent, s'affolent, se combattent, se séparent avant d'arriver à la décantation .
    Travailler sur soi suppose de se regarder avec le plus de sincérité possible, le plus de neutralité possible . C'est oublier ce qu'on pense être ou ce qu'on aimerait être . C'est avoir la vraie curiosité de ce qui nous compose en "bien" comme en "mal" sans en éprouver de honte ni de culpabilité .
    Nous sommes un chantier et nous faisons l'état des lieux, sans jugement moral . On est comme on est . On est le promoteur de son propre chantier, on fait l'inventaire des dégâts et des richesses, des forces et des faiblesses de la construction . On consolide ici, on démolit par là . On embellit, on épure . Bref, on se recrée soi-même . C'est ça la Création .

    Eve Lyne, je dirais que quand nous n'aurons plus besoin d'être gouvernés, nous n'aurons plus de droits ni de devoirs ...

    Posté par marie christine, 23 avril 2010 à 11:10 | | Répondre
  • rectification

    Le travail sur soi n'est pas issu de l'ego . C'est l'ego qui refuse le travail sur soi !

    Posté par marie christine, 23 avril 2010 à 11:24 | | Répondre
  • ô! quel boulot !

    Bien, maitresse...

    Posté par Eve Lyne, 23 avril 2010 à 12:11 | | Répondre
  • STOP

    Surprenante ta réaction Marie. Tu juges incroyablement. Tu ne connais même pas mon enfance et tu te permets de juger. Bizarre.
    Je suis chef d'entreprise depuis l'âge de 23 ans en partant de zéro, sans un rond. Je suis toujours chef d'une petite entreprise en difficulté.
    Pour l'instant, je ne fais pas partie des 20 % d'agences qui ont fermé, ni des 180.000 emplois perdus dans notre profession.
    Je n'ai jamais eu un seul arrêt maladie de toute ma vie jusqu'à ce jour (malgré les maladies, opérations et autres).
    Ma femme n'a jamais travaillé et ma fille est en grande détresse.
    J'ai recuilli ma mère pour qu'elle ne meurt pas dans une maison de retraite. J'ai extirpé mon père d'une de ces maisons pour le rendre à la liberté aussi.
    Mon frère aveugle a souvent dit que j'étais son meilleur ami.
    Je ne suis pas un fonctionnaire qui prend sa retraite à 55 ans avec tous les privilèges honteux qui lui sont attachés.
    Je n'ai jamais fait grève de toute ma vie.

    Que tu ne sois pas d'accord avec moi est tout à fait sain et normal, mais tu ne cesses de me chercher des noises jusqu'à aller dire que j'ai été un enfant gâté.
    Mon père a fait faillite dans ma jeunesse. Mon frère ainé a été atteint d'héméralopie à l'âge de 14 ans pour devenir totalement aveugle vers 22.

    Occupes-toi de dire ce que tu veux sur n'importe quel thème mais je te prierai maintenant de cesser de me faire c....

    Posté par Alain Thomas, 23 avril 2010 à 14:13 | | Répondre
  • l'urgence

    Il y a le faire et l'être (l'attitude extérieure et l'attitude intérieure) .
    Je ne te cherche pas de noises Alain .
    Je dis mes impressions sans agressivité .
    Je sais que j'oublie trop souvent à quel point l'ego rend susceptible et croyez bien tous que si je blesse, c'est sans intention .
    J'étais beaucoup plus "diplomate" avant, quand j'étais très susceptible .
    Je mesure sans doute mal à quel point je bouscule peut-être un peu trop les habitudes de penser, les images que l'on veut se faire de soi-même, l'indolence et les belles chimères .
    Mais je me base sur mon expérience personnelle et je sais que tout cela est tellement vain, tellement artificiel, sans fondement, sans assise, sans consistance .
    Je sens qu'il y a urgence à changer nos façons de voir, pour notre bien, ici et maintenant, car si on laisse passer le coche ce sera cent fois plus difficile après .
    On ne peut plus se permettre d'être dans l'art et la manière de ...
    Certains se plaignaient de ne pas avoir de réponses à leurs questions . J'ai répondu par respect, politesse et intérêt pour les sujets proposés .
    Quand les réponses ne conviennent pas, on les discute . Il n'y a pas de jugements sans appel .
    L'heure des flatteries et des pommades a sonné . Nous abordons une autre époque . Les jeunes le savent déjà .
    Malheureusement, beaucoup d'entre nous ne comprendront que plus tard ...
    L'Amour n'a pas toujours l'aspect que l'on croit . L'Amour n'est ni mièvrerie, ni sacrifice inutile, ni dépendance .
    Si l'Amour n'était que cui cui les p'tits oiseaux, alors on pourrait dire que le parent qui sermonne son enfant pour avoir traversé la rue sans regarder ne l'aime pas .
    Quand je m'exprime, c'est pour dire ce que je pense et ressens du monde en général. Dommage si certains le prennent pour des attaques personnelles . L'ego est particulièrement parano . Je ne suis pas responsable de la paranoia des autres .
    J'accepte les critiques, ça me fait réfléchir, qu'elles soient fondées ou pas .
    Pour finir, je retirerai ce que j'ai dit, Alain : tu n'a pas été choyé ni gâté .
    Tendresse à tous .

    Posté par marie christine, 23 avril 2010 à 17:58 | | Répondre
  • Comme dit Eve Lyne

    Bien maîtresse...

    Heureusement que ton égo (parano ?) est là pour tout m'apprendre. Mais je te rassure. J'ai bien compris et je retiendrai ta leçon. Je vais aller voir un psychiatre pour lui demander de soigner ma paranoïa. Merci de m'avoir prévenu !

    Posté par Alain THOMAS, 23 avril 2010 à 18:17 | | Répondre
  • Comme dit Eve Lyne

    Eve Lyne elle dit: restons dans la simplicité. Quand elle comprend rien, elle dit oui maîtresse !
    (t'vas voir ta gueule à la récré ... )
    Alain, surtout pas de psychiatre...ou t'es foutu !
    Bonne nuit les petits et pas de cauchemars.

    Posté par Eve Lyne, 23 avril 2010 à 19:36 | | Répondre
  • Le chemin spirituel

    Chacun s'éxprime à ce qu'il a appris pour ce qui lui convient, parcours individuel, recherche personnelle, sans doute par rapport à ce qu'il a reçu ou qu'il n'a pas reçu...
    Ecouter ne veut pas dire addhérer, n'est-ce pas à travers les autres que l'on y voit plus clair quant à son positionnement.
    " Tout est bon à prendre, il suffit de trier"
    Tout n'est pas bon à prendre et chacun trie ce qui lui semble bon pour son cheminement.

    Posté par Eve Lyne, 24 avril 2010 à 05:43 | | Répondre
  • ouverture et sagesse

    Voilà des vraies paroles de sagesse, Eve Lyne !
    Chacun fait part de ses expériences en y mettant plus ou moins d'ardeur et de conviction.
    Nous avons tous des zones d'inconscience dont, par définition, nous ne pouvons être conscient . Mais on peut être conscient de les avoir .
    L'ironie de l'histoire, c'est que ces inconsciences sont différentes pour chacun d'entre nous . Ce qui fait que chacun voit celles des autres !
    Les uns voient les miennes, je vois celles d'un autre, etc ...
    Le tout est de se mettre au diapason en reconnaissant que nous sommes tous encore
    imparfaits .
    On progresse même souvent sans le savoir . Un petit bilan personnel depuis le début du blog n'est pas inutile : qu'est-ce que j'ai appris ? Qu'est-ce qui a changé en moi ? On peut avoir des surprises !

    Posté par marie christine, 24 avril 2010 à 10:10 | | Répondre
  • Le progrès

    Sans les autres, est-il possible de progresser ? Il me semble Marie, que sur ce blog chacun a la possibilité de faire des efforts pour progresser, selon ses lacunes. Nous y travaillons tous, je crois sincèrement, sinon que faisons nous là ?
    Pour ma part, je travaille dur l'expression écrite. Les mots ne coûlent pas comme je le souhaite, donc c'est un travail qui devient plaisant sans m'en rendre compte... Et puis, à chacun sa façon de voir ou vivre son être spirituel, aprés tout on est pas tous fondus dans le même moule.

    Posté par Eve Lyne, 24 avril 2010 à 14:27 | | Répondre
  • chacun son chemin

    C'est vrai Eve Lyne, bien que nous soyons tous un peu pareils, issus de la même essence .
    J'ai mis un peu lourdement la pression dernièrement parce que je ne sais pas si tout le monde s'en fiche des staphylocoques d'Alain et de sa fille, pas moi ! J'avais le pressentiment d'une urgence .
    Il ne faut pas confondre les certitudes mentales de pure vanité avec les certitudes qui viennent du fond de l'être après de grandes prises de conscience .
    J'ai la preuve que le travail sur soi développe la capacité d'auto-guérison et empêche les idées noires de tourner en rond .
    Alain nous parle beaucoup de la mort . J'ai voulu lui parler de la vie et de l'espoir d'un avenir meilleur .
    Je l'ai sans doute fait maladroitement, je préfère conseiller, comme Nemrod, les livres de Lise Bourbeau qui sont très instructifs .
    Alain souffre . Mais qui peut aider ? Qui a la solution ?
    Comme tu le dis Eve lyne, chacun suit son cheminement à sa manière ...
    Et félicitations pour l'écriture !

    Posté par marie christine, 24 avril 2010 à 15:14 | | Répondre
  • La souffrance

    Je vois bien ce que tu veux dire,Marie.
    Il y a des moments dans la vie ou l'on se pense impuissant, alors il y a la pensée. Je ne puis te parler pour Alain. Parfois, les réalités sont telles...La souffrance nous empêche de vouloir l'apaisement. Dans l'épreuve, ne fait-on pas du travail sur soi? Je pense qu'Alain a de la ressource et qu'il n'est pas près de tomber !

    Posté par Eve Lyne, 24 avril 2010 à 15:55 | | Répondre
  • Pardon Nemrod pour ce long post

    Marie, tu as encore une preuve, une affirmation ou encore une certitude.
    C'est vrai en maths.
    En spiritualité, non.

    J'ai lu Lise Bourbeau.

    Il faut faire très attention en matière de psychologie et de psychiatrie. On travaille sur l'égo, l'illusoire inconstant, impermanent, éphémère.
    Ce travail enferme. Il n'ouvre pas.

    Pourtant, certains psychiatres et psychologues ouvrent. Ils ne s'appuyent pas sur leur science mais sur leur capacité à donner leur amour.

    Pour les psy, c'est souvent catastrophique. Je connais bien ce milieu. Je ne suis pas fan de Freud.
    Les êtres psychotiques ont besoin de médicaments et ils s'enferment dans leur maladie. Par contre, on les castrent... d'une certaine manière.
    Une fois qu'ils sont dans le milieu, ils sont quasiment condamnés et deviennent des légumes, victimes de la chimie... mais quelle autre solution ?

    Les psychologues ne traitent pas les psychoses, seulement les névroses. Ils parlent. Ils n'écoutent pas en dormant. Ils apportent du réconfort et tentent d'ouvrir la porte, mais n'enseignent pas "l'être en soi".
    Eux aussi sont victimes de Freud.

    Marie, je pense parler moins de la mort que de la vie. Cependant, la mort est un passage primordial. Chacun la prépare à sa manière.
    Quand à la vie, elle est si précieuse que je souhaiterais que tout le monde y participe. Je suis conscient qu'il y a des milliards d'êtres qui n'ont pas la facilité que j'ai à être heureux, si souvent.
    Ma souffrance vient de ce que tous ces êtres souffrent.

    Vois-tu, j'ai une grande amie exceptionnelle qui souffre d'un cancer du colon depuis plus d'un an maintenant. Il ne se passe pas une semaine sans que je sois avec elle. Nous savons maintenant que le processus de la mort est entamé. Elle s'est battue, se bat encore, avec ses 38 kilos et ne peut plus prononcer un mot.
    Quand la détresse nous vient, si personne n'est là, c'est terrible. Son mari est extraordinaire. Ses enfants ont du mal à vivre cela. Je lui offre ma présence. Je lui envoie des fleurs multicolores chaque fois que je le peux et lui transmets des messages de paix et d'amour, régulièrement. Nous savons qu'elle va mourir prochainement. Elle est sous morphine pour ne pas souffrir physiquement. Mais qui connaît sa détresse ?
    La détresse me plante. Elle me cloue, me crucifie. Je voudrais dans ces moments-là me crucifier. En même temps, je souris à sa vie prochaine et l'emmène dans la poésie des fleurs, le sourire constant.

    Arrêtons de justifier nos maux soi disant issus de notre enfance. C'est un leurre. Nos maux proviennent de bien plus loin.
    Certains êtres mangent leurs crottes de nez parce qu'ils ont survécu un peu grâce à cela dans le camp de concentration où ils sont morts dans des conditions de souffrance indescriptibles. Ils ont bu leur urine et mangé le coeur et le foie de leurs compagnons, morts avant eux.
    Aujourd'hui, ils sont tellement marqués qu'ils pissent au lit, se cachent sous leurs draps et ont peur au moindre bruit. Ils avalent leurs crachats pour être sûrs de se nourrir. Ils sont craintifs, maladroits, aux aguets comme des chats.
    La vie qui se présente à eux les apaise, doucement...

    Quand à moi, je ne suis pas prêt de tomber, juste prêt à mourir... pour continuer.

    Posté par Alain Thomas, 24 avril 2010 à 20:08 | | Répondre
  • Une pensée pour Françoise

    Oui, Alain, c'est un vrai crève coeur, quand la fin est proche... La douleur de ceux qui restent et en même tant la délivrance de ceux qui partent.

    Posté par Eve Lyne, 25 avril 2010 à 06:25 | | Répondre
  • Merci Eve Lyne. Tu te souviens même de son prénom.

    Posté par Alain Thomas, 25 avril 2010 à 10:24 | | Répondre
  • Un mot (Alain moi aussi je fais long !)

    Même plongé dans leur inconscient, attendant la libération finalee, la pensée, la parole, une main qui serre est un élan qui les mènent à la plénitude.

    On ne peut pas vivre leurs douleurs, ni la ressentir physiquement mais mentalement nous le pouvons et nous souffrons d'une autre façon.

    Etre impuissant qui ne peut qu'apporter ces moments d'amour capable d'atténuer la douleur sans la faire disparaître.

    Je ne suis pas allé de ma vie voir de psy mais j'ai lu et je me suis renseigné...il faut bien comprendre ou tenter de comprendre ses démons.

    Freud et cies sont des éléments moteurs pour la psychiatrie ou la psychanalyse ; rien nous empêche de partir de la base et d'appliquer notre propre voie d'ailleurs un bon psy est celui qui sait apporter une écoute suffissante pour que celui qui souffre puisse par la parole se libérer sans jugement.

    Il donne des clés mais ne doit pas imposer la direction.

    J'ai un de mes neveux qui va voir un pédospy, ce dernier n'a pas caché à ses parents que à l'heure de l'adolescence ils n'auront pas de problèmes mais le fait d'avoir fait le pas pour que mon neveu mette des mots sur sa douleur est un premier pas afin d'éviter un état dépressif avant l'heure !

    Il a fait bcp de progres, il a plus confiance en lui et comprend mieux son histoire ..je pense que plus tard il fera des recherches pour savoir d'où il vient qui était son père. Mais d'avoir accepter son absence c'est déjà ça.

    C'est comme le livre de lise Bourbeau, il donne des pistes, des solutions (tout est relatif il faut faire attention) pour résoudre notre mal-être.

    Néamoins seul l'être est capable de se guérir et d'avancer. On pourra le secouer, le sermoner tant et plus si il ne veut pas admettre son problème rien ne pourra le guérir.

    Bon allez je vous laisse Paris m'attend avec de bonnes ch'tites crêpes ......hmmmmmmmmmmmm !!!

    Posté par Nemrod, 25 avril 2010 à 10:24 | | Répondre
  • comme au foot

    Je suis d'accord avec toi, Alain, sur la psychanalyse .
    Et sois heureux autant que possible, je te le souhaite sincèrement .
    Il faut savoir de temps en temps donner un grand coup de pied dans le ballon de la souffrance qui fait le jeu des forces de l'ombre .

    Posté par marie christine, 25 avril 2010 à 10:31 | | Répondre
  • Bon dimanche

    @bon dimanche Nemrod ! Tu n'es pas si long que ça. Ce que tu dis est toujours très judicieux (pour moi bien sûr).
    Mange une crêpe pour moi, s'il te plaît. Oh pis non ! Tu m'as donné une idée. Je suis tout seul aujourd'hui. Allez, deux oeufs de ferme, 125 grammes de farine et un quart de litre de lait frais entier.
    Une bonne poèle au fond cuivré et du beurre fermier, du bon beurre fermier.
    Du sucre, de la confiture, du nutella et hop, une bonne vingtaines de crèpes très fines et fondantes.
    Hummh ! Je vais me régaler aujourd'hui.
    Merci Nemrod pour l'idée.

    @Au fait PLV, j'ai désherbé et tondu hier, comme tous les samedis. Tout ça entre midi et deux. Vous allez bien ?

    @Petite Marie est de retour dans mon coeur. Hummh !!! On a envie de faire l'enfant et de s'endormir dans ses bras. Attention au réveil ! On pourrait bien prendre une fessée ou des engueulades comme :
    "Fais-pas çi, fais-pas ça, il faut, tu dois, c'est pas comme ça...
    Non je taquine, Marie. Bon dimanche !

    @Eve Lyne, je trouve que tu te lèves de plus en plus tard. Tu te laisses aller. Bonne jour née avec l'Anthelme ! Je t'embrasse !

    @Grande Sarah est de retour. Gros bisous au cancer.

    @Andrée, est-ce que ça va ?

    Posté par Alain Thomas, 25 avril 2010 à 10:50 | | Répondre
  • Cailloux à roûler

    Bon, moi, j'me sauve j'ai des cailloux qui m'attendent, avant que ça chauffe pour moi.
    Le temps des carottes râpées est là, c'est délicieux, ça donne bonne mine et les fesses bien rose !!!

    Posté par Eve Lyne, 25 avril 2010 à 11:07 | | Répondre
  • l'âge adulte

    J'apprécie aussi les commentaires de Nemrod qui sont très judicieux . Heureusement que le monde psy évolue et arrive à guérir . On a beaucoup d'enfants perturbés dans les écoles . Nous avons instauré pour eux une période de relaxation le vendredi avec musique douce, caresses sur la tête, les joues, le dos, et même massages . Résultats surprenants ! Ces enfants que vous sermonniez à longueur de journée parce qu'ils ne font que des bêtises, vous sautent au coup, vous sourient et vous embrassent ardemment à la fin de la séance . Et ils changent de comportement, une sorte de complicité s'installe ...

    Pour changer de sujet, Alain (ou rester dans le même, finalement), as-tu entendu parler de cette théorie de "faire l'enfant, le parent ou l'adulte" ? Je ne sais plus le nom du précurseur ce cette méthode qui date déjà de quelques années mais que je trouve judicieuse et qui nous concerne .
    Chaque fois que l'on fait l'enfant, la victime, le faible, etc..., on déclenche chez l'autre un mécanisme de parent, c'est à dire une attitude qui se durcit, devient sévère, autoritaire ...
    De même inversement, quand on se trouve face à une personne autoritaire, colérique (patron, parent ou autre), on fait l'enfant .
    C'est à dire qu'on oscille sans arrêt d'un extrême à l'autre .
    Etre adulte, c'est prendre conscience de ces écueils et communiquer sur un plan d'égalité, de respect mutuel, sans laisser intervenir des attitudes, des émotions qui nous ont conditionnés depuis l'enfance .
    Etre adulte serait en quelque sorte l'équilibre mental et émotionnel, la voie du milieu . C'est être hors de tout chantage affectif, de tout intérêt personnel . C'est regarder ensemble dans la même direction, comme on dit .

    Posté par marie christine, 25 avril 2010 à 11:43 | | Répondre
  • Ma chère Marie

    Tu es incorrigible.
    Reçois toute mon affection .

    Posté par Alain Thomas, 25 avril 2010 à 15:30 | | Répondre
  • Idée Bretonne !

    Content de t'avoir donné l'idée de manger des crêpes...
    Les miennes étaient délicieuses ...oui je n'en ai mangé pas qu'une !!!
    La tentation était trop grande !
    Après ce bon repas une petite marche à pied pour faire passer les crêpes et le cidre.
    Eh oui que serait un repas breton sans sa boisson fétiche !

    Bon dimanche à toi aussi ...il est un peu tard pour te souhaiter un bon dimanche ensoleillé !!!

    Posté par Nemrod, 25 avril 2010 à 21:29 | | Répondre
  • Pelouse presque "nickel"

    Mon gazon, voici un sujet peu philosophique, mais il me rapproche d'Alain. Alors ça me rend heureux de songer à l'ami de Lyon.
    Oui Alain, notre herbe pousse au même rythme et hier, samedi, j'ai tondu de 15 h 00 à 18 h 00.
    Soleil éclatant. Cerisiers éblouissants de blancheur. Pommiers aux fleurs naissantes délicatement rose.
    Moi aussi je souhaite avoir des nouvelles d'Andrée ...

    Posté par PLV, 25 avril 2010 à 23:55 | | Répondre
  • Un peu maso ?

    Sur une brocante, j'adore feuilleter les livres d'occasion. Que voulez-vous, j'aime tellement découvrir les connaissances des autres, surtout lorsqu'elles complètent ou éclairent les miennes.
    Et comme ma mémoire est souvent défaillante, le support papier est une aide très précieuse. Encore faut-il se souvenir du lieu de classement ...
    Je suis tombé sur une petite phrase qui va, n'en doutons pas, lancer le débat : "La vertu se perfectionne dans la persécution."
    Ouh la la, quel vilain mot d'une autre époque : "La Vertu" !
    Pourtant, n'est-ce pas à la vertu que se vérifie la vraie noblesse ? Celle du coeur.
    Belle nuit à chacun.

    Posté par anonyme, 26 avril 2010 à 00:08 | | Répondre
  • Vertu

    C'est quoi la vertu? Des vers qui tuent!!!
    Bon, moi, j'vais m'taper des crêpes au nutella, en attendant la Bretagne.
    Aïe! j'viens d'prendre un coup de bâton...

    Posté par Eve Lyne, 26 avril 2010 à 06:29 | | Répondre
  • Ces vers ! (sévère !)

    Dans ces cas là Eve lyne ne vaut-il pas mieux les garder à soi ...Vers à soie !!! (facile je sais)

    Savoir arrêter quand il est temps est une vertu.
    Le coeur arrive par instant à écouter la raison.

    Quand les deux agissent dans le même sens alors ils atteignent la sagesse...c'est une Grande Noblesse.

    Poursuivre vainement dans une situation qui meurt d'elle-même n'a pas une vertu c'est de l'inconscience.

    Bon pour retouner dans la légerté, n'est-ce pas Eve lyne les crêpes sont légères ...d'où vient ce bâton...un berger vous aurait-il frappé ?!

    Posté par Nermrod, 26 avril 2010 à 07:45 | | Répondre
  • Bizarre

    Nemrod, vous avez la même vision de la légèreté que Sarah...

    Posté par Eve Lyne, 26 avril 2010 à 08:22 | | Répondre
  • Bizarre

    Et puis je remarque aussi que mon L majuscule en prend un coup dans l'aile ...
    La même vision que Sarah...

    Posté par Eve Lyne, 26 avril 2010 à 08:41 | | Répondre
  • Pas de bizarerie

    N'ai-je pas droit à une certaine folie ?
    Si il me faut redevenir rabat joie ..pourquoi pas ...Qu'en dites-vous ?

    Posté par Nemrod, 26 avril 2010 à 09:30 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire