_gliseAu mois d’août de l’année dernière, j’étais de passage à Sarlat, en Dordogne. Nous nous promenions, ma femme et moi, dans cette mignonne bourgade du sud ouest, capitale du foie gras. Ville touristique, Sarlat était noire de monde et il faisait une chaleur accablante. Pas un temps à manger du foie gras mais plutôt à boire une bonne bière bien fraîche. Nous flânions dans les ruelles étroites lorsque mon regard fut attiré par une grande bâtisse dont le toit ressemblait à celui d’une église. Le bâtiment était fermé par un grand porche tout noir à deux battants. Intrigué j’essayais de pousser le porche mais il était fermé. Je restais donc sur ma faim.

Il y a seulement quelques jours, en lisant la presse, j’eus la réponse à mon interrogation. Une photo (celle qui est sur le côté) s’étalait largement sur la page d’un magazine avec une légende expliquant qu’il s’agissait d’une ancienne église reconvertie en marché couvert !!

Achevée à la fin du 15e siècle, l'église Sainte-Marie de Sarlat aura eu une vie religieuse plus brève que prévu. Désaffectée en 1794, elle n'a, depuis, jamais été rendue à son action de propagande chrétienne. Vendue plusieurs fois, tombant peu à peu en ruines, elle a été transformée en maison d'habitation à la fin du 19e siècle puis en bureau de Poste de 1905 à 1935.

L'église Sainte-Marie a trouvé une autre utilisation depuis 2001, année où elle a été aménagée en marché couvert sous la direction de l'architecte Jean Nouvel. Le lieu n'abrite pas seulement les activités commerciales du marché mais possède aussi des salles destinées à diverses activités culturelles. L'entrée de l'église a été entièrement refaite pour y installer deux portes noires monumentales en acier.

Si présent les siècles dernier, le catholicisme se meurt doucement. Moins de vocation à la prêtrise, moins de fidèles aux offices, cette religion n’en finit pas de mourir. Il est vrai que l’enseignement dispensé est de plus en plus en décalage par rapport aux attentes spirituelles du monde actuel. Enfin, c’est mon avis. Les aspirations spirituelles ont beaucoup évolué, surtout ces derniers temps : plus individuelles, moins œcuméniques et peut être sans passer par le canal d’une religion. Spiritualités en kit, à chacun sa propre démarche. Moi je préfère….J’aime bien surtout les petits groupes qui cheminent ensemble à la recherche du Graal. Pas de dogmatisme, ni de prechi – precha mais une recherche sincère et non stéréotypée.

Donc les églises se meurent surtout dans les campagnes. Entretien trop coûteux, portes fermées par crainte de vol. On compte aujourd’hui 253 musées installés dans des églises. D’autres ont été transformées en théâtre, salles de conférences, offices de tourisme et même en magasins. Je rêve d’églises transformées en auditorium de musique. Mais surtout j’espère qu’elles demeureront toujours vivantes car ce sont souvent de magnifiques endroits de méditation, de recueillement mais aussi de rencontres.

Les églises se meurent en France mais les temples bouddhistes se multiplient. Sans doute un signe des temps !!

Daniel